mercredi 10 avril 2013

Profession de foi du Docteur ASSADEK Aboubacrine.



Mes chers Maliennes et maliens,
A partir de juillet prochain, les urnes nous permettront de tracer la voie que notre pays empruntera pour les cinq ans à venir Incha Allah. A chaque jour son lot de peines et de difficultés, c’est éprouvant.

Notre pays est confronté à une crise politico sécuritaire, qui le menace dans son existence et sa souveraineté. La crise mondiale, l’effritement du tissu social et économique, l’affaiblissement de l’Etat Mali ont eu des conséquences incalculables, dangereuses, indescriptibles sur les hommes, les femmes, les vieux et les jeunes du Mali. Certains secteurs sont depuis très longtemps sous le coup des politiques d’ajustement structurel. Les braves paysans, pêcheurs, éleveurs, artisans peinent à vivre de leur travail. La grande pauvreté, la crise du Nord, la guerre, l’état de l’école malienne, le chômage chronique, la santé, la justice, l’administration, la corruption, le foncier, etc. sont autant de préoccupations qui coupent le sommeil de l’ensemble des maliennes et des maliens.  Tous les produits ont connu une hausse vertigineuse : les denrées alimentaires, les services sociaux de base, les logements, les transports, l’électricité, l’eau…, Bref tout est devenu cher. Notre brave et dynamique jeunesse est sacrifiée sur l’autel des hommes politiques pour servir leurs propres causes. L’environnement se dégrade de jour en jour. Les retraites ne sont pas financées, les salaires ne suffisent pas. Le pays croule sous une dette abyssale qui a surtout servi à entretenir une gestion d’asservissement du peuple. Une solidarité nationale de mot au détriment de la solidarité dans l’action. Nos us et coutumes, nos valeurs et nos traditions, notre culture et nos repères, ont pris un sévère coup de massue.

Le ou les coupables sont tout d’abord nos dirigeants qui ont tronqué notre confiance en un blanc-seing pour mettre tout le contraire qu’on s’attendait  …
Aux compatriotes qui ont monnayé leur bulletin de vote.
Mon devoir est d’apporter le changement à ce mal vivre des milliers de mes compatriotes.
Un vrai changement. C’est pourquoi, je suis candidat à l’élection présidentielle de 2013, pour redonner confiance aux Maliens et recoudre le tissu social et économique du Mali. 
Ma politique sera basée sur la doctrine : développement économique, justice sociale, le respect de l’environnement.
Le redressement est indispensable, mais il ne sera possible qu’avec votre vote massif et désintéressé.
Je veux redonner confiance en l’avenir et retrouver la promesse républicaine pour que les fils du pays puissent enfin croire à la politique, à la force du changement. 
Nous ferons en sorte que chaque génération vive mieux que la précédente ; que l’État soit impartial et que la morale publique soit respectée. En portant haut les valeurs patriotiques, la dignité, l’honneur, le travail qui caractérisent le malien de tout âge et de tous bord. 
Je me suis préparé à cette mission, tout au long de vie. J’en connais le sacerdoce, j’en résume les contraintes.
Je suis prêt à conduire notre Nation, à redresser le bateau Mali et à rassembler les maliens. 
Je le bâtirai avec vous : les salariés et les entrepreneurs, les élus locaux et les partenaires sociaux, les associations, les organisations de développement local, de défense des personnes démunies et en situation de grande précarité... Je renforcerai le Parlement. Je redonnerai à la justice les moyens d’accomplir son travail, en toute indépendance. J’engagerai un nouvel acte de la décentralisation et ferai confiance aux forces vives du pays. Je les soutiendrai, je les redynamiserai.

Un grand débat inclusif va se dérouler dans le pays sur le développement des régions.
J’ai voulu formuler des propositions précises, que je vous soumettrai plus tard. 
Ce sont là quelques engagements que je veux prendre avec vous pour le redressement du Mali. Avec moi, l’espoir est permis pour les générations futures.

Dans notre programme, une grande place est réservée aux minorités silencieuses, dont la voix ne compte plus. Je ferai en sorte que ces couches soient au centre des débats au même titre que les autres.

Ensemble pour un Mali requinqué, qui fait son retour sur la scène internationale comme un exemple de bonne gouvernance en l’Afrique et dans reste du Monde.

1 commentaire:

Kalifa Goita a dit…

Bonne chance! J'aurai préféré vous vour joindre nos rangs à la Convention nationale pour une Afrique solidaire-Faso Hèrè, derrière Soumana Sako.

Kalifa Goita