mercredi 3 octobre 2012

BOLONG POUR LE PROFESSEUR DIALLA KONATE



Lassana Keita
BOLONG POUR LE PROFESSEUR DIALLA KONATE
Professeur émérite de Mathématique, mort au combat pour la patrie, Dialla Mes paroles se mêlent au son héroïque du Bolong, instrument ancestral de célébration des braves
Professeur Dialla, Koro, mon grand frère comme je t’appelais,
Ton sacrifice n’est pas futile et tes idées et ta voix et ton combat fertiliseront A jamais la terre natale que tu as si aimée
Bolong, instrument des Grands Hommes
Lance tes notes épiques pour le Professeur Dialla Konaté
En ce Mali si trouble du 13 septembre 2012
Pour changer et construire le Mali dans la paix, Dialla a prôné
Le forum sur l’éducation
Le forum sur le foncier
Le forum sur la justice
La concertation nationale après le 22 Mars
La coalition patriotique pour le Mali (CPM) qu’il créa et dirigea
Koro (grand frère), je te célèbre pour ton engagement patriotique
Dialla de Bafoulabé
Dialla de Bamako
Dialla de Lyon
Dialla de Paris
Dialla des USA
Dialla des deux Congo
Tu n’oublies pas Denis Sassou Ngesso qui t’a couvert de son Immunité diplomatique de Chercheur à Paris
Dialla de « CAUSERIE SUR LA PAUVRETE ET LE DEVELOPPEMENT » pour résoudre la pauvreté et le chômage au Mali
Dialla, Conseiller scientifique de maints présidents
Dialla des conférences sur les grands sujets
Tu avais bien conscience des risques pour faire le Mali malgré mes inquiétudes
Dialla, tu es mort pour la patrie et ta mort est noble
Qu’importent des funérailles nationales mais le chantre a clamé :
“Faso baara ba maa faa i ma jufa “
“Mourir pour la patrie n’est jamais inutile !”
Dialla, tu as été ôté de la vie mais tu n’as pas perdu le combat
Tu n’as pas perdu l’honneur et la dignité !
Bolong pour toi Dialla
Tu as toujours brandi la force de l’intelligence et non
L’intelligence de la force
Tu as cru à la logique au milieu de gens incrédules violents et cruels
Dialla, je tremblais fort pour toi mais tu as toujours clamé que
L’homme n’est rien s’il ne donne pas un sens à sa vie
Par ton idéal par ton combat, par tes idées et par tes actions
Dialla, tu défiais la mort et les méchants en disant haut tes idées
L’amphi de la Fast (faculté des sciences et techniques de Bamako)
La bibliothèque nationale de Bamako
Le Centre Djoliba de Bamako
Plein d’autres lieux d’ici et d’ailleurs sont peuplés de ta voix d’Homme
Bolong des ancêtres, terrible instrument des braves
Lance tes notes graves pour célébrer le professeur Dialla Konaté
Ils l’ont envoyé à la mort depuis ce fatidique mois de juillet 2012
Où il a vomis tout son sang
Pour arroser la terre natale
Qu’importent les mesures pour sécuriser les Savants
Qu’importent tous les méchants
Ils mourront sans tarder pour fertiliser le combat du professeur Dialla Konaté
Ils mourront de chauds remords
Ils mourront de Honte éternelle
Ils mourront de lâcheté
Ils mourront de traitrise
Ils mourront de bêtise
Ils mourront d’obscurité
La mort du Professeur annonce leur mort si proche
Koro, l’hivernage malien
Les profondes eaux du Niger
L’air du pays
La forte terre du Mali
Les Femmes et les Hommes du Mali
Les Jeunes et les Enfants de la Patrie
Tous les Pauvres et tous les Désespérés
Porteront à jamais tes Idées, ton Idéal, ton Combat, tes Actions et ta Bravoure
Bolong, noble et grave instrument ancestral
Mêle tes notes au combat épique du Professeur Dialla Konaté
Fier fils du Mali, d’Afrique et du Monde
Bolong des intrépides, chante le Douga pour Dialla
Il a ridiculisé la honteuse mort
Il a refusé la petite mort
Il a refusé la lâche mort
Il a refusé la mort obscure
Dialla est Grand et il est mort en Grand
Le mystère de sa mort empoisonnée
Brillera comme le soleil de Mars
Le mystère de sa mort empoisonnée
Grondera dans l’agonie de ses tueurs et commanditaires
Le mystère de la mort empoisonnée du Professeur Dialla Konaté
Soufflera dans les confessions débridées des méchants et des complices
Bolong, noble et grave instrument de musique
Le Champ hippique de Bamako et le ciel pluvieux de Bamako
Ont vibré pour le Professeur Dialla Konaté
En ce Lundi après-midi du 17 septembre 2012
Ils ont témoigné comme sa famille
Ses proches et ses amis
Ses sympathisants
Ses camarades de combat
De son passage à l’autre monde
Bolong des Morts et des Vivants
Porte loin et très loin la renommée du Professeur Dialla Konaté
Porte loin et très loin l’Hôpital-Mali
La Salle et le lit du Professeur qui a choisi de mourir à Bamako
Un Jour, un autre Jour
Son nom resplendira au fronton d’une Université
Bolong des braves ancêtres
Dialla n’est pas mort
Il vit dans les fiers regards de son Epouse
Il vit dans les fiers regards de ses Enfants
Il vit dans les fiers regards de ses parents
Il vit dans les cœurs et les esprits des combattants du Changement
Il vit Partout
Bolong des braves ancêtres
Dialla Konaté n’est pas mort
Dialla Konaté ne mourra jamais

Lassana Namaké Keita, professeur de lettres modernes au lycée Massa Makan Diabaté , Bamako, Mali

Aucun commentaire: