dimanche 1 janvier 2012

Aigle Azur Paris Bamako Mon fils de 7 ans dépouillé de ses bagages


Aigle Azur Paris Bamako
Mon fils de 7 ans dépouillé de ses bagages

Le 19 décembre 2011, mon fils de sept ans embarque à bord du vol Aigle Azur Paris Bamako. Je n’avais aucune connaissance parmi les passagers. J’ai dû monter un dossier UM en confiant mon enfant au personnel de la compagnie. Pour se faire j’ai payé les frais de prises en charge d’un montant de 70 euro. Le jour du départ j’ai confié mon fils à l’hôtesse avec deux valises en soute et une valisette de 11kg en bagage à main contenant des affaires des cadeaux destinés à mes proches que j’ai minutieusement préparé tout au long de l’année. Ces cadeaux sont le fruit d’une année de travail. Dieu sait que j’ai utilisé mon salaire pour les acheter. Nous les maliens de l’extérieur travaillons très dur pour obtenir le peu que nous avons. Avant de monter à bord de l'avion, mon fils disposait d'un sac à dos en plus de son bagage à main de 11kg et deux valises dans la soute. Le premier pesait 19kg quant au second il valait 19kg. En tant que mère ce fut un grand soulagement. À ma grande surprise, quand l’enfant est arrivé à Bamako la valise à main n’a pas été retrouvée et le plus étonnant les clés des bagages en soute, placées dans cette même valisette à main ont été prises pour les ouvrir et retirer tous les objets les plus importants. Je croyais franchement rêver. Il est vrai que mon fils est arrivé saint et sauf à l'aéroport de Senou mais il avait totalement été dépouillé de ses bagages.
D'abord, son bagage à main de 11kg dans laquelle ses affaires personnelles étaient soigneusement et des cadeaux à offrir à mes parents s'est carrément volatilisé. dans une des poches de cette même valise se trouvait les clés des deux valises en soute, lesquels furent dépouillés de son contenu et refermé comme si de rien n'était. Au total un ordinateur portable a disparu, 8 téléphones portables, des boites de parfum de grandes marques et des vêtements de sports ainsi que des friandises don je ne connais plus la valeur. Sans oublier 12 livres que m'avait confiés mon jeune frère du nom d'Aboubacar Eros Sissoko. Ces ouvrages écrits par ses soins étaient destinés aux membres du jury en vue de concourir pour la rentrée littéraire de 2012. Ce jeune écrivain devait participer ainsi au prix lancé à cet effet.
En définitif depuis cette affaire je ne sais plus à quel saint me vouer. Avec ce que mon fils vient de vivre ne donne aucunement une bonne image du Mali et surtout de la compagnie de voyage Aigle Azur. Au delà je veux purement et simplement être remboursé par la compagnie dans les plus brefs délais. Enfin mes derniers mots vont à l'endroit de la radio libre Kayira qui a bien voulu me donner l'antenne pour informer les habitants sur des pratiques de ce genre.
Un tel comportement est inacceptable dans un pays comme le nôtre reconnu mondialement pour son accueil et son hospitalité légendaires. Que penserait mon fils de 7 ans du comportement des gens de mon pays d’origine. Où va le Mali ? Voilà des questions que je ne cesse de me poser inlassablement depuis ce jour.

Madame Kadidiatou Traoré
Paris 19e France

Je souhaite aujourd’hui que la compagnie Aigle Azur me rembourse l’intégralité de mes affaires disparues. A cet effet, je lance un appel au Président de la République son Excellence Amadou Toumani Touré chef Suprême de la magistrature de trouver une solution pour éradiquer ce fléau qui casse la dynamique sociale et porte atteinte à la dignité des personnes.
Je demande également à la compagnie aérienne de respecter leur engagement envers leurs clients quelque soit leur classe sociale et leur âge. Nous les maliens de l’extérieur nous ne demandons pas de faveur, nous souhaitons que chacun soit responsable envers soi-même et envers la société et fasse ce qui lui semble juste pour atteindre cet objectif.
Je profite de l’occasion pour lancer le même appel à tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012 de s’engager à protéger et préserver les intérêts et les droits des maliens de l’extérieur, à les soutenir pendant leur séjour au Mali. Je ne peux tolérer ce que mon fils et moi venions de subir. Je demande au plus vite réparation à la compagnie pour le préjudice subit.


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Sans vouloir vous manquer de respect, quel idée de laisser un enfant de 7 ans aussi précieux que tout ces objets précieux à des inconnus, aujourd'hui il ne faut faire confiance à personne sauf Dieu.
Bon courage pour les démarches.