jeudi 17 novembre 2011

La révolution de mars 1991 ou quand au Mali, ventre plein n’a point de mémoire !

Sekou Kyassou Diallo Je ne vote pas l’ADEMA encore moins le PDES en 2012! La révolution de mars 1991 ou quand au Mali, ventre plein n’a point de mémoire !
Dans le journal « Le Matin du 17 novembre 2011, on peut lire la déclaration suivante de Malick Sène : « C’est le Secrétaire exécutif du Haut conseil national de lutte contre le Sida (Hcnls), Malick Sène qui l’a annoncé : « le Fonds mondial a enregistré directement 150 appels téléphoniques de Maliens pour se plaindre ». Son indignation était grande. Pour lui, au lieu que ces Maliens appellent directement le Fonds mondial à Genève, pour dénonciation, ils auraient dû plutôt contacter le Hcnls. « C’est vraiment frustrant que des personnes accusent et dénoncent la gestion d’une institution de leur propre pays à une institution étrangère. Je ne peux pas comprendre que des Maliens appellent (plus de 150 appels) directement le Fonds mondial, jusqu’à Genève, pour se plaindre et dénoncer la gestion du Hcnls, mettant du coup la crédibilité de leur propre Etat en jeu», a-t-il regretté. (Le Matin, du 17 nov. 2011). Evidemment, Malick Sène ne comprend pas que les Maliens téléphonent à une institution étrangère pour dénoncer la gestion faite dans leur propre pays. Mais ce que Malick Sène ne comprend pas, c’est que nous, Maliens, ne comprenons pas aussi qu’un pays comme le notre, qui vend des tonnes d’or annuellement et qui est classé troisième producteur en Afrique, aille quémander de l’argent dans les institutions étrangères pour soigner ses malades ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que ces institutions étrangères donnent de l’argent au Mali pour soigner de pauvres malades et que cet argent soit détournée de la façon la plus ignoble pour construire des villas, se procurer des voitures luxueuses et prendre de nouvelles femmes ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que nous dénonçons ces voleurs en longueur de journée au Mali sans que les coupables soient punis ; que c’est cette raison qui nous pousse alors à les dénoncer aux institutions étrangères qui donnent LEUR ARGENT à des malades et que certains Maliens n’ont pas honte de voler. Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que les autorités ne soient pas capables de maintenir la propreté élémentaire dans les villes maliennes, surtout à Bamako, de faire dégager des villes les ordures qui sont source de beaucoup de maladies infectieuses; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que le rapport du BVG ait épinglé les coupables et que ces derniers soient en liberté et ne répondent de rien comme si voler au Mali est inscrit dans notre Constitution ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que l’école malienne soit cassée, que 70% des jeunes diplômés soient en chômage, que des Maliens meurent en mer pour tenter de rejoindre l’Europe, que les Maliens instruits préfèrent « l’immigration choisie » de Sarkozy, tandis que 338 milliards de francs (676 millions de dollars US) ont été détournés impuniment au Mali en quelques années ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que la classe politique malienne (Koulouba, Assemblée nationale, gouvernement) ait tant déçu le peuple malien et que nous aspirons à un changement radical ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas ce Mali du vol impuni, ce Mali du laisser-aller et du népotisme, que nous n’avons pas fait la révolution de mars 1991 pour voir ce que nous voyons actuellement dans notre pays. Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas qu’après tant de cas de vols signalés au Mali par les Maliens, aucune mesure n’ait été prise pour mettre fin à cette grande corruption et punir les coupables ; et qu’après tout cela, le discours qu’il tient ici nous convainc davantage de la nécessité d’un changement profond au Mali ; Malick Sène ne comprend pas cette majorité écrasante des Maliens qui croupissent dans la misère totale et dans les maladies de toute sorte, qui mangent à peine et qui n’ont autre espoir que dénoncer la gestion au niveau des institutions internationales. Ca, il ne le comprend pas car on ne pense pas de la même manière dans un palais que dans une chaumière ; Malick Sène ne comprend pas que nous, Maliens, ne comprenons pas que des fraudes électorales puissent se produire en 2012 quand nous voudrons choisir les hommes intègres que nous jugeons capables et dignes de diriger le Mali et de relever l’image tant ternie du pays ; Mais Malick Sène comprendra tout en avril 2012 : que nous, Maliens, sommes plus que jamais déterminés à dire AU REVOIR à beaucoup une fois pour de bon. Car nous avons marre de tout ce qui se passe au Mali. Car nous ne voyons aucune différence entre l’UDPM et l’ADEMA, et que le PDES nous fatigue par ses « show » réguliers. Malick Sène comprendra en 2012 que nous n’avons plus confiance à l’ADEMA, encore moins au PDES ; que nous ne voulons d’aucun dauphin à Koulouba. Ca, Malick Sène le comprendra bientôt en avril 2012. Wait and see !

Aucun commentaire: