mardi 8 novembre 2011

Faut-il avoir peur de l'avenir ? ou simplement avoir peur de ne pas avoir d'avenir ?

Mes cher(e)s ami(e)s, Tous mes voeux pour la fête de l'Aïd el Kébir. Cher(e)s ami(e)s,
Il fut un moment où les humains pensaient à la fin totale des conflits dans le monde, mais très rapidement, les humains se sont rendus compte que désormais, le monde sera fait d'incertitudes. L'homme politique a été très rapidement dépassé, car aucune prévision n'est valable, et donc les crises se sont enchainée. La plus grande erreur de l'humanité a sans doute été de cacher la VERITE pendant les crises, car quoique l'on fasse la vérité finit par réssurgir. Dans notre pays le Mali, le MENSONGE a prit une telle proportion, que dire la VERITE est devenu un crime. Bon nombre de cadres compétents et dignes en ont fait les frais. Que celles et ceux qui veulent être PRESIDENT, commencent par dire la VERITE sur eux même, sur les comptes de l'Etat et sur les échecs du gouvernement sortant, sauf s'il n'y a pas eu d'échecs. L'avenir qui me fait peur c'est celui de voir la génération future sans avenir. Une génération qui sera condamnée à vivre dans un pays soumis, à cause des dettes de l'Etat, une génération qui ne pourra pas vivre en sécurité à cause des mauvavais choix et enfin une génération qui sera désorientée à cause du manque de planification pour l'avenir. Dire que l'heure n'est pas grave au Mali est faux, la promotion des divertissements à travers des émissions de télévision peu éducatives, contribuent à masquer la dure réalité, celle de la souffrance des maliens. Chacun a sa VERITE concernant le Mali, mais personne ne peux dire que les maliens ne souffrent pas, cette souffrance est le résultat de mauvais choix. Le buget du Président actuel est progressivement passé de 11 à 25 puis 37 milliards, la plupart des ministres disposent d'un fond spécial mensuel (environ 38 millions pour le Premier Ministre et 25 millions pour le Président de l'Assemblée Nationale). Ce fond n'est pas le salaire, et ce n'est pas une prime, c'est simplement un fond destiné au gaspillage. Hèrè tè dogo farikolo la, signe extérieur de richesse, une richesse insolente et arrogante, la plupart de nos gouvernants exposent sans aucune gêne cette richesse. Les gouvernants font couler l'argent à flot, les conditions de vie des "excellences" changent, mais celles des citoyens se dégradent. Jacques Chirac disait: "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs" Monde est en crise, à l'heure où la solidarité doit s'exprimer, les gouvernants ont décidé simplement de tourner le dos à la solidarité. Aucun prétendant ne parle de rupture avec le système actuel et pourtant chacun sait que la politique c'est d'abord le courage. Nous avons l'obligation de construire un autre Mali, un Mali complètement transformé. Un Mali qui fera le bon choix, un Mali qui sera respecté et respectable. Les prétendants doivent obligatoirement se prononcer sur la réduction des dépenses de l'Etat et l'affectation des recettes vers les investissements et les salaires. La question de la peine de mort doit être réglée, l'Etat malien aurait dû construire au minimum deux grandes prisons de haute sécurité. Sans prison, les criminels, les pédophiles et autres délinquants sont en liberté et ils croisent souvent les chemin de leurs victimes. Le statut du Chef de l'Etat doit être reformé, il doit redevenir un citoyen normal un an après son départ du pouvoir, avec la perte de l'immunité, il doit aussi s'abstenir de faire de la politique partisane pendant l'exercice de son pouvoir. L'engagement à soutenir l'égalité parfaite entre tous les maliens doit être exprimé. La protection de nos espaces écologiques vitaux qoit être une réalité. Aucune personne ne doit acceder au pouvoir sans ce prononcer sur des sujets vitaux, les discours sont creux, sans fond et sans perspectives. Les quelques propositions qui existent sont inspirées des propositions du gouvernement sortant. Mais la continuité ne nous arrange pas pas, s'il s'agit de continuité mieux vaux laisser le Président ATT en place et faire l'économie des élections. Les candidats doivent s'adresser au peuple du Mali et dire au peuple leur plan pour un avenir meilleur pour le Mali. Je voudrai une éducation par la justice, je ne connais pas un seul homme sur terre, qui quand les conditions le permettent, ne profite pas d'une situation de bien-être. L'homme oublie vite et tout homme est vulnérable surtout devant l'argent. Tout le monde parle de corruption mais tout le monde a été corrompu de manière directe ou indirecte car tout ce qui dépasse le simple salaire et les primes officielles peut être considéré comme une chose qui sert à corrompre. Celles et ceux qui vivent avec simplement leur salaires sont des personnes qui n'ont pas d'autres choix, sinon chacun rêve de belles villas, des belles voitures etc... Dons la seule solution c'est une JUSTICE forte indépendante du pouvoir central ! Sinon personne n'est incorruptible. Dans certains cas le silence est corruption. Sans force supérieure, l'homme a du mal à se fixer des limites. Transmettons ! B.S TRAORE.

1 commentaire:

adama a dit…

j'aprecis vraiment cet article c'est bien rediger