jeudi 20 octobre 2011

L’heure est grave : le référendum constitutionnel inapproprié et inopportun du Mali pourra se tenir le 29 avril 2012

Bonjour, L’heure est grave, très grave, puisque le président ATT vient de fixer la date du référendum constitutionnel inapproprié et inopportun au 29 avril 2012, en le "couplant" avec le premier tour de l’élection présidentielle. Cette mascarade donne l’illusion que l’opération de prise en otage de la démocratie malienne ne coûtera rien du tout. Que le peuple se détrompe : la pilule est avariée et amère ; le réveil sera brutal ! Le FNC (Front du Non à la nouvelle Constitution) aura alerté, sensibilisé et mobilisé. Ci-dessous la copie de la lettre ouverte que nous avons adressé, cette semaine, à chacun des 125 partis politiques répertoriés par le Ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales (MATCL) : Monsieur le président, L'Assemblée nationale de notre pays a adopté le 2 août dernier le projet de nouvelle Constitution initié par le Président de la République – Son Excellence Amadou Toumani TOURÉ, à quelques mois du terme constitutionnel de son dernier mandat. Or, nul n’ignore les contextes politique, social et économique ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement dans lesquels cette adoption s’est accomplie. Nous regrettons que le Président de la République ait persisté, contre toute attente raisonnable, en réaffirmant sa volonté de maintien dudit projet, lors de son adresse à la Nation à l’occasion du 51ème anniversaire de notre accession à la souveraineté ! Aussi, nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la nouvelle Constitution (FNC), vous adressons copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours. Notre objectif est d'informer et sensibiliser l’ensemble de nos compatriotes sur l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel et sur les réserves soulevées par certaines de ses dispositions encore insuffisamment débattues. Faut-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays ? Sans doute, sous certaines conditions ! Dans une telle hypothèse, notre préférence pour l’appréciation de la nécessité de révision agirait pour que cela relève de la responsabilité du président élu en 2012. Nous en appelons simplement aux débats responsables, occultés délibérément aux seules fins de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Recevez, Monsieur le président, l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France -- ---------------------- " Le Mali ou rien : Nous avons choisi ! " P / FNC - France La Coordination (00 33) 6 63 92 86 49 et (00 33) 6 59 66 37 44 ______________________________________

Aucun commentaire: