dimanche 2 octobre 2011

Alerte: prise en otage du peuple malien.

Malgré l’accueil favorable fait à la démocratie malienne à l’étranger, Le Front du Non à la nouvelle Constitution (FNC) est aujourd’hui tenu de porter à l’oreille du monde entier que les Malien(ne)s et leurs droits les plus simples sont pris en otage par le projet de référendum en cours. Aujourd’hui, très peu de nos concitoyens ordinaires peuvent se prévaloir d’avoir eu le droit (devenu un honneur, voire un privilège pour quelques initiés !) d’accès au texte du projet de constitution adopté par l’assemble nationale le 2 août dernier. Pas d’accès non plus à la lettre № 0303/PRM du 1er juillet 2011, portant projet de révision, du Président de la République à l’Assemblée nationale. Cette faute de l’exécutif, délibérée et exploitée à des fins exclusivement personnelles, sert aux supporters de la révision à clamer avec légèreté et déloyauté : « … les gens rejettent la nouvelle constitution sans même l’avoir lue… » En effet, nulle part, sur aucun support, ni sur le site officiel du gouvernement, ni sur celui de la Primature ou de l’Assemblée nationale, on ne retrouve copie ne serait-ce que d’un brouillon de texte du projet de révision de la constitution. C’est dire combien les dés sont pipés et les jeux - faux et faits ! Même le très sérieux organe de presse "Info-Matin" et son directeur rigoureux (Sambi TOURÉ) ne détiennent pas le bon texte quand ils publient, en début d’août, « Mali : la constitution qui sera soumise à Référendum - Écrit par Toure Sambi » Que dire alors des autres compatriotes, de bonne ou mauvaise foi ? Que le monde entier le sache ! Au Mali il n’existe aucun blocage des institutions, ni aucune autre nécessité impérieuse commandant d’effectuer une consultation populaire autre que les élections générales en avril / mai 2012 ! En outre, aucun élément probant ne permet d’augurer de la bonne tenue des élections légalement prévues, à fortiori le référendum. Il n’y a surtout pas de fichier électoral et ce n’est pas le fait du hasard ! Le Front du Non à la nouvelle Constitution (FNC) met quiconque au défi d’apporter la preuve du contraire en rendant d’abord accessibles aux Malien (ne)s les trois (3) documents suivants : le texte adopté par l’Assemblée nationale le 2 août dernier, la lettre № 0303/PRM du 1er juillet 2011 du Président de la République à l’Assemblée nationale, la justification élaborée, article par article, par le ministre de la Réforme de l’État (Monsieur Daba Diawara, ancien président du Comité d’appui à la réforme institutionnelle - CARI) -- ---------------------- " Le Mali ou rien : Nous avons choisi ! " P / FNC - France La Coordination (00 33) 6 63 92 86 49 et (00 33) 6 59 66 37 44 ______________________________________

Aucun commentaire: