jeudi 8 septembre 2011

Monsieur Le Maire



Monsieur Le Maire

Monsieur Le Maire,
Je sais que votre tâche n’est pas des plus faciles.
En réalité je veux sortir de l’ombre.
Je ne comprends plus rien quant à votre fonction.

Au moment des élections vous m’avez sollicité.
J’ai adhéré à votre projet et votre discours.
Dans les urnes j’ai choisi mon camp,
Pour voter pour vous suivant mon instinct.

Aujourd’hui, je m’en mords les doigts,
Je me pose continuellement des questions.
Quand je regarde votre action
Je n’arrive plus à vous cerner.
L’incapacité a été à la hauteur de la trahison.
C’est dur à avaler.

Monsieur Le Maire,
Etes-vous venu pour le mieux vivre ensemble ?
Ou que nous te regardions jouir sans fin ?
Jouir et vivre mieux que chacun ?

Hier vous n’aviez rien.
Vous vous promeniez en bicyclette dans le village.
Cherchant à conquérir nos voix.
Aujourd’hui vous roulez à toute allure,
Dans des voitures flambantes neuves.
Feignant de ne plus nous apercevoir,
En nous aspergeant de poussière rouge.

Monsieur Le Maire,
Je veux maintenant savoir :
Qui se moque de qui à ce train ?
Le sorcier oublie.
Ceux à qui il a dévoré les enfants n’oublieront jamais.
Nous vous avons confiés notre sort pour un mandat.
Il y’en aura plus un second !

Dites-vous bien que vos ennuis,
Sont loin d’être terminés.
Un jour vous allez devoir tout justifier.
Votre villa, vos voitures, vos troupeaux,
Celle de vos beaux parents et la Jakarta de votre maitresse.

La terre villageoise que vous morcelez
Et que vous vendez aux riches,
Ne vous appartient aucunement.
Elle est l’héritage légué par nos ancêtres.
Vous semblez l’oublier.
Nous vous rafraîchirons la mémoire pour toujours
Aboubacar Eros Sissoko

Aucun commentaire: