mardi 27 septembre 2011

Lettres ouvertes au Médiateur de la République et au Vérificateur général pour qu'ils fassent pression sur ATT pour abandonner son référendum.

Bonjour, Le Président de la République, dans son discours officiel prononcé à l’occasion du 51ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté, a réaffirmé sa volonté de maintien du référendum constitutionnel contre toute attente raisonnable. Le Front du Non à la nouvelle Constitution (FNC) avait, par lettres ouvertes, sollicité de Messieurs Diango CISSOKO et Amadou Ousmane TOURÉ, respectivement Médiateur de la République du Mali et Vérificateur Général de la République du Mali, leur intercession afin que le Président de notre pays renonce à la consultation référendaire jusqu’ici inappropriée et injustifiée. Lettres ouvertes à Messieurs Diango CISSOKO et Amadou Ousmane TOURÉ, respectivement Médiateur de la République du Mali et Vérificateur Général de la République du Mali : Monsieur le Médiateur de la République, Nous avons l’honneur de vous adresser copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. Comme vous le savez, l'Assemblée nationale de notre pays a, le 2 août dernier, adopté dans son écrasante majorité un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), nous adressons à vous, faisant "Appel" à votre sens élevé de la justice et de la paix sociales. Notre objectif est d'informer et mobiliser nos compatriotes, convaincre les institutions et la plus haute autorité de notre pays, de l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel ; les convaincre de la nécessité d’examiner les réserves soulevées par certaines dispositions dudit projet encore insuffisamment débattues. Nous en appelons donc aux débats, à tous les débats qui ont été occultés afin de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Veuillez croire, Monsieur le Médiateur de la République, en l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France Monsieur le Vérificateur Général, Nous avons l’honneur de vous adresser copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. Comme vous le savez, l'Assemblée nationale de notre pays a, le 2 août dernier, adopté dans son écrasante majorité un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis en France au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), vous adressons copie de notre "Appel», en en appelant à la raison d’être de votre institution : « la défense du Mali à travers son économie et la préservation de l’Homme malien à travers son labeur. » Notre objectif est d'informer et mobiliser nos compatriotes, convaincre les institutions et la plus haute autorité de notre pays, de l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel ; les convaincre de la nécessité d’examiner les réserves soulevées par certaines dispositions encore insuffisamment débattues dudit projet. Nous en appelons donc aux débats, à tous les débats qui ont été occultés afin de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Recevez, Monsieur le Vérificateur Général, l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques La Coordination F N C – France -- ---------------------- " Le Mali ou rien : Nous avons choisi ! " P / FNC - France La Coordination (00 33) 6 63 92 86 49 et (00 33) 6 59 66 37 44 ______________________________________ Aller au message Précédent | Aller au message Suivant | Retour aux messages | En-têtes complets Répondre Répondre à tous Faire suivre Faire suivre Rechercher un mail BienvenueBoîte de réceptionÉcrireDossiersOptions de Mail

Aucun commentaire: