mercredi 14 septembre 2011

Lettre ouverte aux Députés du Mali.

Bonjour, Le FNC (Front du Non à la nouvelle Constitution) a, ce jour 13 septembre, déposé auprès du secrétariat général de l’Assemblée nationaledu Mali à Bamako, une lettre ouverte nominative à l’attention de chacun(e) des 147 députés de la législature en cours, dont copie ci-dessous et un exemplaire en pièce jointe. Une démarche similaire est entreprise en direction de la Société civile, des Syndicats des travailleurs, des Forces Armées et de Sécurité du Mali (Chef d'Etat-Major Général des Armées, Chef d'Etat-Major de l'Armée de l’Air, Chef d'Etat-Major de l'Armée de Terre, Chef d'Etat-Major de la Garde Nationale, Direction Générale de la Gendarmerie Nationale, Direction Générale de la Police Nationale) destinataires d’une lettre ouverte consacrée devant faire l'objet de communiqués ultérieurs. Lettre ouverte aux Députés : Honorable Député(e), Nous avons l’honneur de vous adresser copie de "l’Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. L'Assemblée nationale a, en effet, adopté le 2 août dernier, dans son écrasante majorité un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement Il n’est cependant pas tard pour faire amende honorable ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), nous nous adressons à vous faisant "Appel"à votre sens du devoir et à votre sang-froid. Notre objectif est d'informer les Maliens, plus particulièrement ceux de la diaspora, notamment en France, sur l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel et sur les réserves soulevées par certaines de ses dispositions encore insuffisamment débattues. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! Nous en appelons donc au
x débats, à tous les débats qui ont été occultés afin de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Recevez, Honorable Député(e), l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France -- ---------------------- " Le Mali ou rien : Nous avons choisi ! " P / FNC - France La Coordination (00 33) 6 63 92 86 49 et (00 33) 6 59 66 37 44 ______________________________________

2 commentaires:

Anonyme a dit…

la population Malienne dans sa grande majorité a besoin d'être informée sur le contenu réel de la présente constitution proposée. comment aller aux urnes sur du vide et du faux? si la révision constitutionnelle ne profite qu'au Mali et seulement qu'au Mali en réalité, le Mali dit NON au referendum. une nouvelle constitution pour quoi faire? la promotion d'un seul homme et de son clan? NON,NON et NONNNNNNNNN

Anonyme a dit…

cet homme et encore ce seul homme a fait du Mali un cobaye en y expérimentant tout sous le regard naïf de la bonne volonté des Maliens. s'il faut tenir les bœufs par leurs cornes, il faut tenir l'homme par sa parole et le Maliba souffre du non respect de la parole par ses dirigeants.