mardi 13 septembre 2011

Les pauvres du Mali profitent-ils des bénéfices de la croissance économique ?
Ibrahima GACKO, Ingénieur Statisticien Economiste Les études portant sur le lien entre la croissance économique et la réduction de la pauvreté sont aujourd’hui au centre des préoccupations majeures des chercheurs, des bailleurs et des gouvernements des pays en développement en particulier le Mali. Allant dans ce sens, ces pays ont élaboré des Documents Stratégiques de Réduction de la Pauvreté (DSRP) recommandés par le FMI. L’objectif de cet article est de voir si les pauvres au Mali profitent des bénéfices de la richesse créée par le pays afin de pouvoir donner des recommandations aux décideurs. La croissance économique est-elle synonyme d’une réduction de la pauvreté ? Pendant plusieurs décennies, les pays en développement ont accordé une priorité à la croissance économique. De ce fait, plusieurs politiques et réformes institutionnelles et économiques ont été mises en place par un grand nombre de ces pays en vue de relancer la croissance économique et de lutter contre la pauvreté. Ces réformes économiques ont permis à ces derniers d’accéder à des taux importants de croissance économique mais la pauvreté persiste toujours. Nous apercevons ainsi que l’accélération rapide de la croissance économique n’implique pas nécessairement la rapidité de réduction de la pauvreté. En particulier, le Mali a élaboré et mis en œuvre un Cadre de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (CSRP) couvrant la période 2003-2006. Les résultats obtenus par le Mali sur cette période sont jugés satisfaisants en matière de la croissance économique. En effet, le Mali a enregistré durant cette période une croissance économique de 5.3 % (Source : OCDE) accompagnée d’une amélioration de la gestion des finances publiques, d’une maîtrise de l’inflation et d’une consolidation des autres agrégats macroéconomiques fondamentaux. Tandis que, le taux moyen de la pauvreté sur la période avoisinait dans les 60%. Ces constats faits dans les pays en développement ont amenés les experts du monde à revoir leurs théories reliant la pauvreté et la croissance économique. En effet, la théorie économique stipulait que les bénéfices de la croissance économique allaient d’abord aux riches grâce à leurs avantages comparatifs en capital financier et humain. Ensuite ces derniers feront profiter les pauvres en dépensant leurs gains. Cet effet de ruissellement ou « trickle down effect » fait que les pauvres ne pouvaient que bénéficier qu’une petite partie des avantages de la croissance économique. La naissance du nouveau concept de croissance économique : la croissance pro-pauvres Face à ces observations, pour pallier ces problèmes, une des méthodes consiste à diriger la croissance vers le secteur des pauvres. Ceci permet aux pauvres de bénéficier au maximum possible des fruits de la croissance économique. La croissance devrait profiter plus aux pauvres qu’aux riches : la croissance doit être pro-pauvres. Ce concept de croissance pro-pauvres, suite à la lenteur de réduction de la pauvreté observée dans certains pays en développement, est au centre des débats tant du côté des chercheurs que des bailleurs de fonds et des décideurs. Cette préoccupation s’est traduite en une multitude de recherches sur le sujet. Evolution de la pauvreté et de la croissance économique au Mali entre la période 2002 et 2008 Le Mali a fait des efforts considérables en matière de croissance économique. Depuis la dévaluation du FCFA en 1994, il enregistre des taux de croissance supérieurs à la croissance démographique. Cependant, il convient de dire que ces taux de croissance sont relativement instables puisqu’ils varient de 4,3% en 2002 à 2,3% en 2004 puis 5,3% en 2006. Le taux de croissance annuel moyen du PIB a été de 5,1% au cours de la période 2002-2008 alors que le rythme annuel moyen de la croissance démographique est estimé à 3,8%. S’agissant de la pauvreté, la période 2002/2008 s’est caractérisée par une diminution de la pauvreté. Entre 2002 et 2006, l’incidence de la pauvreté est passée de 68% à 59%. La croissance économique est-elle pro-pauvres ou favorable aux pauvres au Mali ? Certes le pays a fait des taux positifs de croissance économique au cours de la période 2002/2008. Mais la question que l’on se pose naturellement est de savoir si réellement les pauvres ont profité cette croissance économique. L’analyse de la croissance pro-pauvres au Mali entre 2002 et 2008 révèle que la croissance a été pro-pauvres au Mali au sens absolu. En effet, on observe une diminution de la pauvreté. Mais les pauvres profitent moins que proportionnellement cette croissance économique que les riches. La croissance est donc pro-pauvres au sens absolu, mais elle n’est pas pro-pauvres au sens relatif. (L’indice de croissance pro-pauvres de Kakwani et Pernia (2001) est de 0.88 inferieur à 1, Source : EDM 2008 et PARSTAT 2002). Il est clair qu’au Mali, au niveau global, la croissance économique est favorable aux pauvres car elle permet de réduire l’incidence de la pauvreté. Mais cette croissance économique est inégalitaire car en termes de revenu, les 10% les plus riches consomment environ 12.5 fois plus que les 10 % les plus pauvres au Mali en 2008. Entre la période 2008-2011, face aux politiques menées par le gouvernement malien à travers la construction des logements sociaux pour les pauvres, l’attribution des nouveaux taxis aux jeunes et la création de l’emploi et le développement du secteur agriculture par l’attribution des tracteurs aux pauvres, la croissance économique serait encore davantage plus favorables aux pauvres. Cette croissance serait accompagnée avec moins d’inégalité contrairement aux années précédentes. Quelle solution pour que les pauvres bénéficient plus des avantages de la croissance économique ? En guise de recommandation, nous incitons le gouvernement malien à continuer à investir dans les secteurs des pauvres. En effet, pour promouvoir une croissance pro-pauvres au Mali c'est-à-dire une croissance favorable aux pauvres, il est indispensable que l’Etat malien identifie un ensemble de politiques adaptées à chaque situation. Ces politiques doivent avoir un effet important sur la réduction de la pauvreté grâce à l'augmentation des revenus, la création d'emplois, mais aussi de réduire les inégalités au sein du pays. Pour finir, nous dirons que même si le pays a fait des efforts considérables au niveau global sur le plan de la croissance économique, de réduction de la pauvreté et des inégalités, il peut arriver que cette croissance économique ne soit pas favorable aux pauvres vivants dans ses milieux ruraux. Dès lors, on se pose la question, quelle est la position des pauvres vivants dans les zones ruraux au mali face à la croissance économique ? Une contribution de Ibrahima GACKO, Ingénieur Statisticien Economiste Email : gacko12@yahoo.fr

Aucun commentaire: