mercredi 21 septembre 2011

Bonjour, Depuis quelques semaines, le FNC (Front du Non à la nouvelle Constitution) entreprend de mobiliser, sensibiliser nos concitoyens autour de la question de l’inopportunité du référendum constitutionnel en préparation dans notre pays. Ainsi, le FNC (Front du Non à la nouvelle Constitution) a, après son "Appel du 26 Août", saisi l’Ambassadeur du Mali à Paris, les députés de l’Assemblée nationale, les Forces armées et de sécurité, les organisations féminines (CAFO et APDF), les organisations religieuses (musulmane, catholique, protestante), dont copies des correspondances ci-dessous. Lettres ouvertes à : L'imam Mahmoud DICKO : Président du Haut Conseil Islamique du Mali Monseigneur Jean ZERBO : Archevêque de Bamako Révérend Joseph DEMBÉLÉ : Président de l’Église Évangélique Protestante du Mali Respectable Imam, Nous avons l’honneur de vous adresser copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. Nous vous sollicitons afin que vous puissiez intercéder auprès de la plus haute autorité du Mali pour qu’elle s’engage à préserver notre pays d’inutile et couteux "test" d’un fichier électoral, de l’avis d tous les acteurs, non encore existant en terme de crédibilité. L'Assemblée nationale a adopté dans son écrasante majorité, le 2 août dernier, un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), nous adressons à vous, faisant "Appel" à votre sens élevé de la justice et de la paix sociales. Notre objectif est d'informer les Maliens des villes et des campagnes sur l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel et sur les réserves soulevées par certaines de ses dispositions encore insuffisamment débattues. Nous en appelons donc aux débats, à tous les débats qui ont été occultés afin de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Veuillez croire, Respectable Imam, en l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France Excellence, Nous avons l’honneur de vous adresser copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. Sachant l’Église catholique du Mali très engagée en faveur des populations laborieuses et pacifiques de notre pays, et particulièrement durant « les journées chaudes de mars 1991 », nous vous saurions infiniment gré d’intercéder auprès de la plus haute autorité du Mali pour qu’elle s’engage à préserver notre pays d’inutile et couteux "test" d’un fichier électoral, selon l’avis général, non encore existant en terme de crédibilité. L'Assemblée nationale a adopté dans son écrasante majorité, le 2 août dernier, un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), nous adressons à vous, faisant "Appel" à votre sens élevé de la justice et de la paix sociales. Notre objectif est d'informer les Maliens des villes et des campagnes sur l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel et sur les réserves soulevées par certaines de ses dispositions encore insuffisamment débattues. Nous en appelons donc aux débats, à tous les débats qui ont été occultés afin de nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Veuillez croire, Excellence, en l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France Respectable Révérend, Nous avons l’honneur de vous adresser copie de notre "Appel du 26 août" relatif au projet de référendum constitutionnel en cours dans notre pays. Nous savons l’église protestante du Mali engagée depuis toujours dans l’élévation et le soutien des populations laborieuses et pacifiques de notre pays. À ce titre, nous vous demandons d’intercéder auprès de la plus haute autorité du Mali pour qu’elle s’engage à préserver notre pays d’inutile et couteux "test" d’un fichier électoral, de l’avis de tous, non encore existant en terme de crédibilité. L'Assemblée nationale a adopté dans son écrasante majorité, le 2 août dernier, un projet de nouvelle Constitution dans un contexte politique, social et économique des plus ténébreux sur fonds d'informations persistantes faisant état d'intimidation, de démission ou d’égarement. Sans doute faudra-t-il une révision de la Loi fondamentale de notre pays, une hypothèse qui peut s'envisager sous certaines conditions. Si tel devait être le cas, cela devra se faire dans la transparence démocratique et dans la sérénité, avec notre préférence qu'une telle possibilité relève de la responsabilité du président élu en 2012 ! C’est dans cette attente que nous, Maliennes et Maliens de la diaspora africaine, personnes physiques et émanation d’organisations politiques et de la société civile malienne, réunis au sein du Front du Non à la Nouvelle Constitution (FNC), nous adressons à vous, faisant "Appel" à votre sens élevé de la justice et de la paix sociales. Notre objectif est d'informer les Maliens des villes et des campagnes sur l’inopportunité du projet de référendum constitutionnel et sur les réserves soulevées par certaines de ses dispositions encore insuffisamment débattues. Nous en appelons donc aux débats, à tous les débats qui ont été occultés pour nous imposer un instrument dont le besoin n’est jusqu’ici ni avéré ni justifié ! Veuillez croire, Respectable Révérend, en l’assurance de nos meilleurs sentiments patriotiques. La Coordination F N C – France -- ---------------------- " Le Mali ou rien : Nous avons choisi ! " P / FNC - France La Coordination (00 33) 6 63 92 86 49 et (00 33) 6 59 66 37 44 ______________________________________

Aucun commentaire: