mardi 23 août 2011

Que les armes cèdent à la toge.

Que les armes cèdent à la toge



Ces derniers temps, il nous a été donné de lire un tract anonyme invitant les militaires patriotes à faire un coup d’Etat. Dans une Republique démocratique, c’est une faute grave que d’envisager une pareille solution. Pour paraphraser Georges Clémenceau, il serait plaisant de dire que le coup d’Etat, est une chose sérieuse pour la confier aux militaires. Qu’est ce que les maliens espèrent-ils d’une bourgoisie militaro-compradore gangrénée et affairiste ? Certains maliens, dans leur déception et leur amertume, reprochent à un autre militaire d’avoir usurpé la paternité de mars 1991. Les résultats patents sont là , offerts à l’appréciation de tout un chacun. « La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.» disait Albert Einstein. Il est vrai que le peuple malien éprouve de grandes douleurs, mais la passion nuit au jugement et au bon sens. Alors, faisons preuve de sagesse. La solution au problème malien n’est pas militaire, elle se trouve ailleurs.
Pendant près de dix ans, le Mali d’ATT a vécu dans une espèce de mythe du héros, du mythe du bonheur et du mythe du mensonge triomphant. Les politiciens, semble-t-il, ont signé un lugubre pacte avec le diable. Contrairement à la mythographie, l’Adema/pasj de konaré et les partis issus de son démembrement ont été le creuset de conception de la corruption et de la chienlit dont souffre notre pays. Tous ceux de ces partis qui ont saccagé notre économie sont fort redevables aujourd’hui à ATT pour avoir sauvé leurs peaux. ATT continue toujours de savourer son plaisir d’avoir affaire à des politiciens-obligés timorés et pusillanimes. Croyez moi , ils seront obligés de la dernière obligation car liés par un serment d’allégeance. Il les tirerait par le bout du nez jusqu'à l’instant ultime de  son règne. ATT, ce maître fidèle, avec une âme faite de la plus fine fleur de la complaisance les aurait laissés aller à la concussion, l’impunité à la clef. Le Mali fut gouverné par la corruption. La corruption fut au début et a la fin. Des aventuriers, des apologistes cyniques de tout poils ont à bon dessein composé des vers pour lui, lui auraient offert des bouquets et des médailles pour le remercier et célèbre sa gloire réelle ou supposée.
 
Pendant près de dix ans, la démocratie au Mali est en souffrance faute d’esprit de contradiction, de critiques romantiques apparentes sans gravités et même de frédaines. Nous avons ajouté nos voix à celles d’une presse privée, indépendante et courageuse pour contrarier avec nos satires, nos railleries, nos ironies subtiles de trublions qui n’ont pas été suffisantes pour contraindre les gouvernants sûrs de leurs faits. Oui nous avons bravé la peur pour stigmatiser les incartades des tenants du pouvoir et de leurs affidés.
Pendant près de dix ans, la transparence politique n’est pas encore entrée dans les mœurs, la bonne gouvernance fut un mouvement de diversion. Notre pays a passé aujourd’hui d’une démocratie à une oligarchie au grand damn du bas peuple. Une bourgoisie politico-administrative en collusion a,  avec impudence, pris le pays en otage et entend contre vents et marrées ne rien lâcher. L’Etat malien dans le cynisme de son attitude de mépris et de son langage de mensonge, fut le plus froid de tous les monstres froids. Les riches deviennent de plus en plus riches, les pauvres n’ayant que leurs pleurs et prières pour s’en remettre à Dieu. Le mensonge d’Etat excellemement ficelé, n’a pas été un cache-sexe suffisant pour cacher la réalité à nos yeux impudents. Les  mannes générées de la vente de nos sociétés d’Etat se sont évaporées par enchantement. La crédibilité des  rapports du Végal  fut diluée dans des arguties juridiques auxquelles le peuple n’a rien compris.(manque à gagner et je ne sais quoi!)….. A quelques huit petits mois d’Avril 2012, on jure au peuple, la main sur le coeur,  que le Dieu Cronos a donné sa bénédiction pour la tenue d’une convocation référendaire et d’un scrutin présidentiel à temps échu.
Nous n’avons pas besoin d’instabilité, nous n’avons pas besoin de verser du sang de martyrs, nous n’avons non plus besoin de militaires pour nous sauver. Notre passé recent de pays révolutionnaire, les idées et les rêves de changement seront à coup sûr de puissantes levures dont se nourrira notre volonté implacable de changement. Les pays africains au sud du Sahara, qui ont joué la carte des coups d’Etat depuis l’avénément de la démocratie ne se sont pas mieux portés. Nous avons des voies légales pour excommunier ceux là qui veulent nous embarquer pour une aventure à l’issue incertaine. Les révolution de la rue dans le maghreb : Tunisie, Libye, Egypte sont une source d’inspiration pour changer et chasser la farce de la démocratie de l’hypocrisie et de l’illusion. Nous avons toujours soutenu que nous ne saurons nous satisfaire de l’aberration de l’autoflagellation et de l’infatuation en se targuant faussement de l’excellence ou l’exemplarite de notre démocratie. Oui! Notre democratie fut une démocratie de l’hypocrisie et de l’illusion. La démocratie (demos: peuple; kratia: gouverner) est par définition, selon une optique grecque, le pouvoir du peuple par le peuple. Ce qui veut dire que le peuple participe à la gestion des affaires du pays par le biais de députés qui le représentent. Les  députés maliens ont –ils su vaillamment défendre les intérêts du peuples? Ont-ils gêné, contrôlé ou contre-carré les actions gouvernementales? Une fois élus, ont-ils gardé des attaches d’avec le peuple qui les aurait élus? République: Res publica (bien public ou chose publique), les tenants du pouvoir ont-ils un seul instant donné un droit de savoir à ce peuple quant à la gestion des affaires qui n’a tenu que de la nébuleuse? Après qu’une camarilla et une coterie se soient tout partagé, quelle fut la côte-part du peuple si ce n’est que désolation?
La répétition est pédagogique : nous avons dit et repété que c’est l’intérêt suprême de la nation malienne qui doit prévaloir. Notre credo est que nous n’aurons de cesse de taquiner le pouvoir et de mener un mouvement de conscientisation des masses en vue d’une transformation du statu-quo. « Il vient une heure ou protester ne suffit plus : après la philosophie il faut l’action; la vive force achève ce que l’idée a ébauché » disait Victor Hugo. Le peuple malien a aujourd’hui besoin de courage pour prendre son destin en main et re-écrire son histoire. Artistote n’avait –il pas raison de dire que le courage est le juste milieu entre la peur et l’audace ?. De quoi ce peuple a –t-il encore peur ? Rien, si ce n’est la peur de se débarrasser des pourritures d’un système de mépris et de dédain révoltants. A y regarder de très près, notre système de gouvernement ressemble à s’y méprendre à une monocratie dont l’absolutisme relève de la pure pathologie. Il convient de s’en débarrasser. C’est justement sous une optique marxiste que nous aborderons l’analyse de la situation lugubre dans laquelle notre pays est empêtré. La philosophie de Marx fut une philosophie d’émancipation: sa finalité est l’homme dépouillé de l’asservissement, de l’injustice, de l’inégalite,de l’abandon et du mépris des classes supérieures. La capacité de refus d’une classe brimée, sevrée a été le moteur de l’évolution dans les sociétés. Les revoltes des esclaves contre l’esclavage dans l’antiquité, du vassal contre le suzérain au moyen âge, les jacqueries des paysans contre la féodalite, des ouvriers contre le capitalisme et aujourd’hui le désir des peuples méprisés dans de pseudo contextes démocratiques constituent a coup sûr des léviers puissant du progrès historique. En définitive, le monde ne peut changer que par la volonté des hommes et des femmes conditionnés par leur existence sociale. Il appartient au peuple malien de prendre conscience de son destin et le prendre en charge. Cette prise en charge doit être un combat collectif en vue de renverser le staut quo: l’Etat et la division actuels de notre société.
L’heure est venue pour le peuple du Mali d’apprendre à lire entre les pages de son histoire passée. Si la volonté populaire a eu raion d’une dictature d’airain un certain mois de mars 1991, pourquoi ne pas  re-jouer la même carte pour exprimer son ras le bol devant une autre autocratie? L’histoire des hommes et des peuples a cette particularité de se repéter. La première fois, elle est tragique mais peut être comique la seconde fois. Si l’efficacité de notre révolution fut jugée à l’aune du sang des martyrs et du nombre de nos morts, peut être de véritables marées humaines dans les rues de Bamako, de Sikasso, Kolokani, Ségou, kayes, Mopti, Gao……suffiront à faire réculer le pouvoir et à abdiquer. Dieu aime le Mali, cette terre multimillénaire bénie par l’esprit tutélaire de nos ancêtres.
                     Nous conclurons de la plus belle des manières en citant le philosophe et homme d’Etat romain avant Jésus Christ, Cicéron qui disait dans sa sagesse: “ Cedant arma togae” Que les armes cèdent à la toge” pour poser le primat du pouvoir civil sur le  pouvoir militaire. Dans l’histoire du Mali, les militaires ne nous auraient pas donne beaucoup de raisons d’être heureux. Méfions nous d’eux.
 

fatogoma mohamed ouattara
Orange, new jersey
usa
fouattara2@ gmail.com
http://fouattara.blogspot.com
www.ouattaradonzo.com

Aucun commentaire: