jeudi 9 juin 2011

*A Mme la Première Ministre du Mali: * *L’Ecole se meurt…faites quelque chose*


*A Mme la Première Ministre du Mali: *

*L'Ecole se meurt…faites quelque chose*


 Bien malin qui pourrait prédire la fin de la tourmente à l'école. Une école
qui sombre chaque jour davantage irrémédiablement vers une mort certaine, si
rien n'est fait.

Mme la première Première Ministre du Mali c'est l'avenir même de votre pays,
de mon pays qui est compromis. Point besoin de vous rabâcher les oreilles,
au moment où tous les projecteurs sont braqués sur vous, avec les maux dont
souffre notre école depuis deux décennies. Fonctionnaire de la haute
administration, mère de famille et chef de Gouvernement, vous savez
certainement plus que moi que l'école reste le stigmate de tous les
gouvernements successifs de post 26 Mars. Aussi, le citoyen lambda que
suis-je, même hors de son Mali natal, continue t-il de faire entendre son
cri de cœur et sa honte face à une situation qui n'a que trop duré.

Que d'énergies et de ressources dépensées dans l'organisation et le suivi du
forum sur l'éducation ? On pourrait presque dire : tout ça pour rien.
Pendant ce temps, les années scolaires passent et se ressemblent : blanche
ou presque selon les écoles. Si une étudiante en première année à la faculté
de lettres passe en classe supérieure avec moins de deux mois de cours, son
promotionnaire étudiant à la faculté des sciences peut stagner deux années
dans la même classe parce qu'il n'a pas eu la chance de passer les examens
bloqués par les enseignants.

Si ce n'est pas une grève des élèves qui suspend les cours, c'est une grève
des enseignants : telle est la carte postale d'une année scolaire «normale»
au pays d'ATT, l'ami des enfants. C'est le lot de notre quotidien, me
racontait dans les coulisses du premier forum de la diaspora scientifique
organisé en juillet 2010, avec désespoir et fatalité un père de famille de
cinq enfants. *«Jusqu'à quand va-t-elle perdurer cette situation à l'école?»



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: