mardi 5 avril 2011

Abidjan dechirée, Abidjan meurtrie

Chers tous,
A la fois durant les debats sur  RFI et la Voix de l'Amerique et dans mes ecrits, j'ai toujours denoncé la guerre, toujours affirmé que la guerre est rarement la solution a un problème. Beaucoup m'ont traité de naif, de reveur, ils ont peut etre raison, mais lisez ci dessous, le pathetique message que notre ami Ernest m'envoie et vous comprendrez la douleur d'un etre profond.
J'entends sur RFI qu'on discute des conditions de redition de Laurant Gbagbo et ses hommes, si cela est vrai, Pourquoi une telle attitude maintenant, apres tant de degats humains et materiels ?
J'ai aussi beaucoup d'inquiétude concernant la nouvelle gouvernance mondiale, je me pose des questions sur le role de l'ONU, organe crée pour la paix dans le monde, et qui est entrain de devenir, un instrument de legalisation de guerre. J'ai aussi beaucoup d'interrogations quant au role de l'Union Africaine, qui n'arrive ni a prevenir ni eteindre les conflits sur le continent. Voila deux instruments de gouvernance internationale qui se caracterisent par leur impuissance et leur inefficacité. Il faut reconnaitre que le dysfonctionnement des Etats en Afrique a été l'effet ZOOM qui a permis de mettre en exergue le mauvais fonctionnement des instruments de gouvernance mondiale. En effet, que cela soit en Libye où un clan voire une famille domine l'Etat, le Senegal, l'Egypte, le Gabon, le Togo ou les risques de transmission du pouvoir de pere en fils a la tête de l'Etat est et ou fut réel, le Benin, la RCI, le Kenya, le Zimbabwé, la RCA ou la gestion des elections a mis l'Etat sens dessus dessous, le Rwanda et le Burundi avec les conflits latents de guerre ethnique, le Mali, le Niger, la Mauritanie, le Tchad, le Soudan, la Somalie, l'Algerie ou a cause de terroristes les Etats connaissent de serieux problemes de sécurité transfrontalieres, il est clair que s'impose, la necessité de repenser l'Etat et son fonctionnement en Afrique dans un environnement de mondialisation de l'information. Mais aussi de globalisation des economies, faisant qu'il est difficile aux autres pays de rester passifs lorsque leur interet et ou leur securité est menacé. Les economies sont de plus en plus interdependantes, ce serait idéaliste, d'attendre des pays developpés que l'on sollicite pour financer nos elections et nos budgets, qu'ils n'interviennent pas dans nos affaires interieures. 
Pour bien comprendre cela il faut relire le message fort ci dessous de Francois Baroin, jeune et talentueux Ministre du budget de la France. Il disait ceci en parlant du deficit bugetaire. Je cite:  C'est une question de souveraineté nationale. Plus on est endettés, plus on est dépendants des autres, et plus on est dépendant des autres, moins on a son destin en main." François Baroin , Journal Le Monde du 28 Mars 2011.
 
Voila pourquoi chers tous, nous nous acheminons vers le choix de la thematique Quel Etat pour le 21e siècle pour la 12e édition du forum de Bamako.
 
N'oubliez surtout pas de lire ci dessous l'excellente contribution de notre ami Ernest.
Bonne soirée
votre devoué serviteur
Abdoullah COULIBALY
vice président FFB
 
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, April 05, 2011 12:47 PM
Subject: Abidjan dechirée, Abidjan meurtrie

 Un nouveau jour se lève, triste et maussade, avec son lot de mauvaises nouvelles et ses coups de canon à vous briser le cœur. J'ai vu ce matin des vidéos de la nuit dernière, déchirée par des éclairs et des explosions lumineuses lointaines dans plusieurs quartiers d'Abidjan, quelque part à Cocody, à Adjamé ou encore au Plateau. Ce soir, demain, ou un autre jour, on fera le décompte macabre des morts, suivis de quelques complaintes aussi inaudibles qu'hypocrites. Et on passera à autres choses... à un autre conflit peut-être, ou aux préparatifs de la défense de causes obscures qui cachent mal des intérêts économiques ou géostratégiques évidents.

Je pense aujourd'hui aux miens, et à tous les autres qui  souffrent ou meurent dans une bataille qui n'est pas la leur, pour des intérêts qu'ils ne défendent même pas, pour des raisons qu'ils ne comprennent pas très bien. Et je suis triste et dévasté... mais au delà, le plus difficile pour moi, c'est le sentiment d'impuissance face au déluge et à la folie humaine.

Prenez soin de vous et de vos proches. En ces moments tourmentés, on mesure mieux la chance de vivre en paix avec sa famille et ses proches, et de savourer ces rares et précieux moments de répit et de lucidité dans un monde si troublé.

 

Ernest Akpoué

 

 

 

 
+++
 

Aucun commentaire: