jeudi 24 mars 2011

: Ma contribution au témoignages sur le 26 Mars



 

                                      Le 26 Mars 1991, 20 ans après !

Il y a 20 ans que le peuple malien se débarrassa de la dictature du général Moussa Traoré pour se frayer un chemin vers la démocratie. Ce fut dans le sang et dans les larmes. Moussa Traoré avait oublié comment il avait trahi la confiance du Président Modibo Kéita, un chef hors du commun sur tous les plans. 23 ans durant il a pataugé en mettant à sac les unités industrielles, le génie du peuple malien à travers son école si réputée et les vertus qui ont fait sa grandeur.

Le 26 Mars avait suscité un immense espoir à tous les niveaux. Il fut, hélas ! de courte durée. Le désir des hommes politiques de s'accaparer du pouvoir a vaincu la volonté de changer le système  en place. L'essentiel a été dangereusement oublié sciemment ou inconsciemment. Le groupe le mieux tapis dans l'ombre a terrassé les autres avec le renfort venu de ceux qui venaient de tomber. La victoire du peuple lui a été volée et une confusion sans nom s'installa. Aujourd'hui, il est très difficile de faire la différence entre les partisans et les adversaires d'hier du général Moussa Traoré. Les ténors du mouvement démocratique n'ont pas survécu au sens propre comme au sens figuré. Bakary Karembé, Maître Demba Diallo, le professeur Mamadou Lamine Traoré…sont morts. Maître Mountaga Tall, sorti très populaire des évènements du 26 Mars n'a pu tenir les immenses espoirs qu'il avait suscités. Oumar Mariko et Cheick Oumar Sissoko tiennent encore la barre et présentent une image propre. Tiébilé Dramé et Maître Hamidou Diabaté ont choisi la souplesse mais l'honorable Konimba Sidibé ne cesse de confirmer sa combativité, redorant ainsi la ligne du PARENA.

La création du RPM a sauvé IBK et Bakary Pionnier de la noyade car la palme de la plus grosse déception des acteurs du 26 Mars revient à ceux qui sont restés dans l'ADEMA/Pasj. Voici 20 ans qu'ils dirigent le Mali qui a pris de l'eau partout. Ses cadres n'ont jamais perdu les postes clés qu'ils ont occupés depuis le règne d'Alpha.Ils ont accompagné ATT à tous les niveaux.Quelle sauce nous réservent-ils en 2012 ? Vont-ils parachuter par le masque des élections encore leur homme à la tête du Mali ? En tout cas tout est possible au Mali, y compris le retour de Moussa Traoré ! Le Mali d'Alpha et d'ATT compte au moins 134 partis politiques. Pour quelle démocratie et pour quelle efficacité ? Voici 20 ans que les radios libres et les journaux privés « champignonnent ». Et pourtant, il y a  plus de détournements et plus de gaspillages que sous le régime à parti unique de Moussa Traoré. Le travail honnête ne nourrit guère son homme et les médiocres mènent la danse. Le vérificateur a bien fait sa mission mais ses rapports  papivores ont sombré dans les tiroirs. Le Mali a basculé dans la totale impunité et bat des records dans l'inégalité et la pauvreté malgré les tonnages annuels d'or . La plupart des acteurs du 26 Mars ont pris goût au pouvoir si bien qu'ils peuvent difficilement regarder Moussa Traoré et ses partisans dans les yeux. Toute honte bue, il ne restait plus qu'à les associer à la gestion du Mali. La réconciliation fut silencieuse et n'a guère abouti. Tous les maux d'avant le 26 Mars ont pris une ampleur inégalée. La cassure entre le peuple et les dirigeants est énorme. Les immenses remous du code de la famille et la grogne actuelle autour de l'AMO traduisent une ambiance délétère. C'est le retour à un certain esclavagisme qu'on croyait à jamais révolu ! Le gouvernement est pris en otage par les ambitions démesurées des ministres du Pdes qui ont juré de rafler toutes les élections de 2012.Qui vivra verra ! En tout cas le sentiment d'extrême suffisance que dégagent ces ministres de la République n'augure rien de bon. Comment ont-ils osé s'afficher ainsi 20 ans après un évènement aussi douloureux que le 26 Mars ? Oubli, mépris ou ironie ?  Une célèbre sagesse de notre culture nous rappelle qu'en période de feu de brousse il est précoce qu'une sauterelle présente des condoléances à une autre sauterelle. Tous les moyens sont-ils bons pour garder le pouvoir ? Nous sommes de l'avis de Martin Luther King qui pense que non. Il faut éviter l'aveuglement et la démesure et nous ne croyons pas que le Mali a connu une alternance démocratique depuis 1992. Alpha et ATT ne sont pas différents. La continuité n'a pas été rompue et la complicité aussi. Ces deux présidents ont privilégié l'argent, les biens matériels au détriment de l'humain. L'histoire leur donnera t-elle raison ? En mettant l'humain au service du matériel et non le contraire n'ont-ils pas pris un risque ? Un pays peut-il exister sans vertu ? La pagaille, la débrouillardise et la magouille sont la règle d'or au Mali. Le savoir est toujours loin d'être une référence  et l'attente est chimérique de valoriser la fonction enseignante à l'image de l'administration civile et de la magistrature. La vraie presse libre et indépendante est rare  et le souci du quotidien l'emporte sur celui de la qualité. L'ORTM était plus libre dans les derniers instants de Moussa Traoré qu'aujourd'hui. Les jeunes rappeurs, et  quelques presses privées égrènent la vérité aux oreilles de vrais sourds. L'injustice a atteint son paroxysme et le Mali d'aujourd'hui n'a rien à envier à l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid. Il est vrai que les salaires ont été multipliés par 3 ou plus depuis la 3è République mais ils ont été noyés par le coût exorbitant de la vie qui s'est multiplié par plus de 6. La politique politicienne est plus que jamais à l'honneur ainsi que le trafic d'influence. La course n'est plus au million mais au milliard !  Le paradoxe est que les 20 ans d'après 26 Mars ont généré autant de mal que de bien. L'accaparement est à tous les niveaux et il est à craindre que certains hommes ne plongent le Mali dans un  désastre pire qu'en 1991. Un dicton si précieux proclame que l'on peut se vanter d'être le meilleur fils de sa mère et non de toutes les mères. Le Mali est éternel et ne saurait appartenir à un homme et à son clan.

             Lassana Djigaly Namaké Keita, professeur de lettres modernes à Bamako


 


FREE Animations for your email - by IncrediMail! Click Here!


Aucun commentaire: