samedi 26 mars 2011

Fwd: [Gouvernance] L'ordre mondial en question



---------- Message transféré ----------
De : Michel <michel_filion_qc@yahoo.fr>
Date : 26 mars 2011 20:19
Objet : [Gouvernance] L'ordre mondial en question
À : Bonne_gouvernance_et_gestion_de_l_Etat@yahoogroupes.fr


 

Chers amis,

Bien que je tienne à maintenir notre groupe dans la réflexion sur les politiques nationales, je ne veux pas exclure le sujet de la gouvernance mondiale. D'abord le seul fait de partager entre nous, de tous les pays de la francophonie, nous amène à vouloir parler du système global. De plus, le sujet passionne beaucoup de nos membres.

Cependant, je continue de croire que, outre l'inéquité dans les subventions de secteur économique au Nord et les limites aux commerces entre les pays, les situations nationales s'expliquent bien mieux par les facteurs internes que par les facteurs externes.

Ceci dit, je vous place ci-dessous une réflexion intéressante d'un collègue. Bonne lecture!

Michel Filion

**

"Réflexion d'un autodidacte sur la théorie des relations internationales

Nous ne pouvons parler d'ordre international durable que si aucune nation n'est dépendante d'une autre, chaque nation doit rester maîtresse de son destin et de son droit absolu à avoir sa propre identité et sa propre culture.

Le jeu de la soumission et de l'insoumission économique ne doit pas être dans les relations.

L'esprit de l'entraide internationale doit régir loin de ce jeu dont des millions d'enfants de femmes et d'hommes subissent les conséquences chaque jour.

Le comportement de la société internationale ne prend en considération que les traits matériels de la société : l'investissement, les échanges, les taux de croissance, les capitaux …il néglige les traits immatériels de la société : culture de l'entraide, l'éducation sur les droits de l'homme et la religion de la tolérance…

L'esprit et le comportement public et social de la communauté internationale doit se faire dans le cadre du cheminement démocratique de toutes les civilisations avec ces multiples facteurs d'évolution sociales et économiques.

IL doit ce faire aussi par la naissance d'une relation internationale basée sur la confiance au lieu de la méfiance.

Chaque pays encourage la confiance de l'autre et respecte son droit à la différence.

Ceci n'est pas forcement une idée idéaliste.

Les hommes de bonne volonté comme moi existent. Ils veulent se retrouver et agir pour le bien de l'humanité au risque de déplaire aux réalistes qui, eux ,veulent décrire la scène internationale telle une société de méfiance sous prétexte qu'il faut constater et s'adapter à ce qui est au lieu de ce qui doit être les guerre par exemple la famine etc.

Pourquoi ne pas s'adapter et travailler, dans nos écoles, à encourager l'esprit d'initiative ? Pourquoi ne pas apprendre dans nos écoles et au sein de nos cellules familiales que la société de confiance est une réalité beaucoup plus bénéfique que la société de méfiance qui cherche à protéger ses intérêts internationaux et à accroître sa puissance ?

Samir Mohamed Bouzid"

__._,_.___
Activités récentes:
.

__,_._,___



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: