samedi 5 février 2011

La médaille de la controverse : Quand le récipiendaire prête le flanc

La médaille de la controverse : Quand le récipiendaire prête le flanc
Le débat consécutif à la médaille de l'UNCC à ATT se résume à une simple
question : Faut-il récompenser un père de famille pour s'être acquitté de ses
devoirs conjugaux ?
C'est ce samedi que le président ATT recevra la médaille de l'Union des Chambres

Consulaires du Mali (UNCC) regroupant la Chambre permanente des Chambre
d'Agriculture du Mali (APCAM) et l'Assemblée permanente des Chambres de Métiers
du Mali (APCM). A la tête de tout ce beau monde, le président du Conseil
Economique Social et Culturel, M Jeammil Bittar.
La distinction a pour but de récompenser l'homme pour les immenses efforts à
l'endroit de ces secteurs d'activités. Et allant du principe qu'un honneur ne se

refuse pas, le récipiendaire a donc décidé de prendre part au drôle de jeu. Ne
soyons pas aussi simpliste !
Le bénéficiaire n'est pas n'importe qui. Il s'agit du président de la
République, président de tous les Maliens et pour l'intérêt desquels il a été
élu. Il est, en somme, le chef de la grande famille malienne et comme le disait
l'autre, « le grand frère sans être l'aîné ».

Il est donc censé œuvrer aux bonheurs de tous. Telle est, ou du moins, doit
être, sa mission cardinale. Sa seule récompense devrait alors être le sentiment

de son peuple d'avoir été bien servi et celui du récipiendaire d'avoir bien
servi les siens. Aucune médaille, être-t-elle d'or, de diamant ou acquise à
hauteur de centaines de millions F CFA n'aurait autant de valeur symbolique.
En clair, un père de famille ne doit s'attendre ou accepter un présent pour
avoir nourri, entretenu et éduqué ses enfants. Si oui, que penseront alors de
leur paternel ceux-là parmi les rejetons dépourvus de ressources pour le combler

? Continueront-ils de le percevoir comme un père juste et soucieux du devenir de

tous sans préférence aucune ? N'auront-ils pas le sentiment d'être marginalisés
du seul fait de n'avoir pu offrir cadeau ? Le président autoproclamé du Parti de

la Demande Sociale se doit de réfléchir davantage… Ses compatriotes
l'observent. Et beaucoup d'entre ses admirateurs ne le reconnaissent plus, lui
jadis, Homme du peuple auquel s'identifiaient le berger du Macina dans le Delta
central, le paysan de Wakoro dans le Banico, le colporteur du Khasso et le
bédouin du Sahel.
Pour sa part, M. Bittar, pouvait bien attendre la fin du mandat annoncée de son
idole pour le gratifier d'un tel honneur et sans choquer ses compatriotes qui,
faut-il le rappeler, cherchent plutôt en ce moment à survivre dans un
environnement profondément empreint de cherté de la vie. Et Monsieur ne se gêne

en outre, de déclarer qu'au lieu de trois centaines de millions F CFA, que le
symbole n'aura coûté que la modique somme de 20 millions ! Une insulte de plus
pour ce peuple martyr et venant de la part d'un président de chambre de commerce

doublé de celui du Conseil Economique SOCIAL et Culturel ! Un mépris !


B.S. Diarra

Le Combat, est seul responsable du contenu de cet article 205 hits
http://www.maliweb.net/category.php?NID=70712
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44

Aucun commentaire: