vendredi 11 février 2011

Jean-Marc donne "l'exemple" du Sud-Soudan comme reference


Bonjour,

Merci Soumaila, Jean-Marc.

Les messages donnent a rebondir.

Mais je voudrai d'abord  saisir l'occasion de revenir sur une crainte exprimee par notre ami Jean-Marc dans son avant dernier message qui merite  d'etre posee, a savoir : "...peut être que ces choses ne doivent pas se dire..."

Certaines questions comme celles que posent Jean-Marc, semblent avoir un statut de 'tabou' qui les entoure. En effet, si observe par exemple les debats autour de ce qu'on a nomme  " le probleme du nord" ou "la question du nord", beaucoup ('classes' confondues) evitent d'y intervenir directement, du moins dans l'espace public, ou en dehors des forums/sites ou l'anonymat est de mise.

Globalement on peut distinguer plusieurs cas ajoutant a la complexite, a mon avis:

- ceux qui par 'pudeur', je pense, s'abstiennent parce que qu'ils risqueront de recevoir en retour des 'missiles' et des 'étiquettes' de "rebelle", "independantiste" ou de "raciste" d'un cote, et de l'autre de "collabo" en fonction de l'orientation de la declaration.

- ceux qui s'y abstiennent parce qu'ils risqueront d'etre taxes d'exprimer une "haine" ou "ne pas vouloir du bien"

- a un niveau un peu plus eleve  il y a ceux qui pensent que " le probleme du nord" est un probleme extremement sensible et il doit etre gere comme une 'reserve' par des colleges restreint. "On" ne doit en parler  de facon publique seulement  si n'est dans des "reunions" et "colloques" subventionnes.

- ceux pour lesquels il apparait un "fond de commerce" de populisme

- ceux pour lesquels il apparait un " fond de commerce" juteux qu'il faut maintenir et entretenir.

- il y a le fait qui pourrait etre constater dans nos debats, notamment africains de facon generale, "on" peut se sentir facilement "insulte" ou "manque de respect" par rapport a la remarque ou la critique opposee. Si ce n'est pas l'interlocuteur qui le trouve, "un autre" trouvera a sa place.

- ceux pour lesquels c'est un "epouvantail", ou la "bombe" qu'il faut lacher par moments, car ca "fache"

- etc...

Bien entendu ces enumerations ne representent pas une generalisation et n'ont pas vocation a representer une verite absolue, mais seulement de constats personnels.

Je voudrai rassurer Jean-Marc que je suis de ceux qui pensent que toute question doit etre debattue , et toutes opinions doivent etre exprimees et entendues sans prejuges, tant qu'elles relevent de la libre expression, et conformement aux regles d'etique de la plateforme sur laquelle on intervient.

--- - - -


Par rapport au message precedent de Jean-Marc:


Ce n'est pas sa sincerite dont je ne suis pas convaincu, mais les arguments poses.


1 - Jean-Marc donne "l'exemple" du Sud-Soudan comme reference


C'est bien. On ne peut s'opposer a toute resolution acceptee par les concernes.


D'abord je pense qu'il y a ici un amalgame entre des situations ayant des differences notoires, de la meme maniere que je pense qu'il y a des differences sur plusieurs plans entre les cas du mali et le Niger. Je ne connais pas le Soudan, mais de ce  que j'en appris, il y a un fond a la base ethnique , mais egalement culturel et religieux. Compare au Nord qui est en majorite de culture arabo-musulmane, le Sud-Soudan est a predominance noire ( pas plus que ceux du Nord d'ailleurs si on doit dire)  animiste et  chretienne (minorite). Je ne pense pas que ce soit le cas du mali ou Niger.

Mais ce que Jean-Marc ne mentionne pas, c'est de quelle  "nation-peuple-ethnie" il en est question. Car si on suit la logique des exemples de "peuples" donnes a la fin , alors il faudra s'attendre a d'autres "independances" entre de groupes ethniques ayant eu ou ayant encore de tensions. Il faudra avoir egalement d'autres independances dans le  "sud-sud", "sud-ouest", "sud-centre", etc.........


En resume , ici , on ne parle ni d'une  langue ou d'une "ethnie-peuple".


2- "Le droit à l'indépendance des "peuples" est inscrit dans la charte internationale des droits de l'homme"


J'ai plutot eu impression que vous faites reference a la  "Declaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones", et que vous avez omis "autochtone" non ?


Si c'est le cas, moi aussi je trouve ce mot assez vague de par son sens et plus sources de conflits dans certains cas, des notions qu'on lui donne.  Sur la base de l'autochtonie, des juifs ayant vecu pendant des generations en europe avaient ete massacres , plusieurs personnes tuees en cote d'ivoire par qu'elles n'etaient pas "autochtones", etc...


Si  on prend  le Sahara par exemple, je ne suis ni paleontologue ou egyptologue, mais je pense qu'il y a des indices que d'autres formes de vie ont eu lieu.  Ainsi, est-on  vraiment sur que toutes les dunes actuelles par exemple  sont "autochtones" ?  

Est-ce que les descendants du fondateur du village qui s'appelle officiellement Traore ( nom du fondateur ) entre Gao et Ansongo au bord du fleuve, nes et grandis la seront un jour traites de non "autochtones" par ceque x ou y ? NON.


Je ne peux predire l'avenir , mais ce que je pense, c'est que les "peuples" peuvent et doivent trouver les moyens de mieux vivre ensemble, avec  plus de justice equitable pour tous et sans favoritismes quelconques. C'est deja un pas de poser les problemes. La decentralisation amorcee mais en panne semble-t-il, est de toute evidence une meilleure reponse. Il y a sans doute beaucoup de failles a combler et il y a d'autres prealables au niveau des representations qui n'y pretent pas enncore, il faut le dire.

Merci.








Date: Thu, 10 Feb 2011 16:51:52 +0100
From: eot07700@orange.fr
To: sMariko@icfi.com; abdoulseydou@hotmail.com; malilink@malilink.net
Subject: Re: [malilink] malinet année zéro

Corps du message
Bonjour Soumalia et merci pour votre "style" de réponse humoristique !
Je connais très peu Niamey (j'y ai séjourné deux fois), j'ai eu le plaisir d'aller jusqu'à Terra, mais ma zone d'action ( Entraide-Occitano-Touarègue ) est entre Arlit, In Abangarhit, Sikerat, Agadez et les Monts Bagzam.
Il n'est pas de mon devoir de donner des "leçons" à mes amis Nigériens mais seulement de faire des propositions dans un cadre démocratique et non-violent.
Je constate par exemple ce qui se déroule en Côte d'Ivoire et si le mouvement auquel j'appartiens fait des propositions dans le seul but d'installer une paix entre les différentes "régions", il est bien évident que seuls les protagonistes des tensions sur place seront à même de régler leurs problèmes...
Vous n'êtes pas sans savoir que ces questions "ethniques" ou "régionales" existent aussi en Europe.
Certains "peuples" vont vers l'autonomie ou l'indépendance par des moyens très démocratiques et pacifiques ( Catalans-Ecossais-Occitans ), d'autres préfèrent, à tord d'après moi, la violence ( Basques- Corses ).
A long terme le résultat sera le même, tous ces peuples accèderont à leur autonomie ce qui signifie qu'ils deviendront maître de  leur destin.
L'autonomie ou l'indépendance ne signifie absolument pas que tous les problèmes sont réglés et solutionnés !
Les questions de "classe" seront encore d'actualités, les problèmes de domination entre sexe seront encore d'actualités, et le paradis sur cette terre serra le fruit d'une très longue marche !
Je persiste à dire et à écrire qu'il est dommage de passer par des guerres, des massacres, pour arriver quelques années plus tard à se retrouver autour de la table pour signer la paix comme cela se passe au Soudan par exemple.
Le droit à l'indépendance des "peuples" est inscrit dans la charte internationale des droits de l'homme et il est très clair que le mot "peuple" à un sens "consensuel". Il y a un Peuple Haoussa, il y a un Peuple Arabe, il y a un Peuple Hébreux, il y a un peuple Kurde, il y a un Peuple Tibétain, il y a aussi un Peuple Touareg ou un Peuple Occitan.
En me levant le matin je me dis " comment peut-il se faire qu'il existe encore des peuples dominés culturellement-politiquement-économiquement ?"
Cordialement votre
jean-marc






Bonjour,
 
Je regrette d'intervenir sur cet aspect malgré que je ne trouve pas certaines interventions justes, honnêtes, impartiales, véridiques. Je ne vois de la passion, et/ou de l'émotion qui sous tendent certaines interventions.
 
Merci infiniment à Mr Pellet de nous apprendre, ou de m'apprendre ce qui se passe au Niger, même si les éléments ne sont pas relatés. En toute honnêteté, je ne connais pas ce qui se passe au Niger, et je m'excuse de cette ignorance ; et par conséquent je ne peux pas prétendre le connaître. Je connais Niamey, mais d'autres.
 
Par contre ce que je déplore chez Mr Pellet, c'est lorsqu'il dit qu'il est resté majoritairement en milieu Touareg, en milieu Touareg "brousse" et qu'il semble bien connaître, et de là en tirer une conclusion basée sur la comparaison avec les autres régions du pays, ou la capitale peut-être. Ma question serait alors : dans quelle autre région du pays a-t-il séjournée, et autant (pour être juste et équitable) qu'il a séjourné en milieu Touareg au Niger ? Sinon, il aurait déjà adopté un biais de sélectivité qui déterminera toute son analyse et sa perception des problèmes.
 
A mon avis, c'est très risqué, sauf s'il y'a d'autres enjeux ou d'autres considérations, qui sont au-delà de mes connaissances, de vouloir comparer sur le simple fait d'avoir séjourner sur la lune, que la lune est plus pauvre que les autres astres ; et de là, en conclure qu'il faut extraire ou exclure la lune du système solaire ! Que savez-vous des autres astres ?
 
Peut-être que ce ne sera pas bénéfique pour la lune d'être hors du système solaire ! Que savons-nous de cela, quelles sont les limites de nos connaissances ?
 
Merci,
 
Soumaila
 

From: Jean Marc pellet [mailto:eot07700@orange.fr]
Sent: Wednesday, February 09, 2011 11:58 AM
To: Abdoul; malilink@malilink.net
Subject: Re: [malilink] malinet année zéro

> Ce qui en soit s'inscrirait dans une
> demarche d'exclusion qui violerait encore une fois "l'acceptation et le
> respect de la différence de l'autre."
Cher amis (es), cher Abdoul.
Il n'est pas dans mes habitudes d'exclure "l'autre" pour sa différence, bien au contraire !
Occitan de culture, mes parents et grands-parents étant des "provençaux typiques", la France par l'intermédiaire de son école "jules Ferry" a passée des années à me "franciser", à me "déraciner", à me couler dans ce moule que je réfute depuis de nombreuses années.
Pour pouvoir respecter la différence de "l'autre" il faut déjà que "l'autre" respecte et accepte la vôtre.
Le respect n'est pas à sens unique.
Ce qui se passe au Niger, ancienne colonie française, est le reflet de ce qui s'est passé ici et qui perdure.
Les Touareg sont au Niger ce que les Occitans sont à la France.
Je ne connais le Niger que depuis 1998, première année où j'y ai séjourné.
Il se peut que mes fréquentations dans ce pays n'aient pas été les bonnes à mon arrivée...
Je suis resté majoritairement en milieu Touareg, en milieu Touareg de "brousse", et de plus, en compagnie de gens peu fréquentable, des anciens "rebelles".
De la même façon que la  Paix au Soudan passait par une scission, je suis persuadé que à moyen terme le Niger et le Mali seront obligés pour vivre en Paix de mettre en place au minimum un fédéralisme interne.
De trop nombreux amis font une "fixation" sur les frontières, héritées ou non, du colonialisme.
Je préférerais voir un Etat Touareg qui vive en bonne entente et bonne coopération avec un Etat Haoussa/Djerma que de voir ce qui se passe actuellement avec les rebellions successives.
Mais peut être que ces choses ne doivent pas se dire car ce n'est jamais bon d'avoir raison avant que l'histoire ne le démontre.
Au mois de juillet le continent africain accueillera un nouvel Etat indépendant et ce sera la fête. Ce ne sera pas le dernier.
Cordialement et amicalement.
Jean-Marc








Aucun commentaire: