samedi 26 février 2011

Communiqué de presse sur la sécurité du PARENA

 
PARENA

Parti pour la Renaissance Nationale

Pour une société démocratique et solidaire

___________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA SECURITE

 

 

 

 

 

 

 

           FEVRIER 2011

1-                Le lundi 21 février 2011,  à l'issue des cérémonies de célébration du Maouloud, une bousculade meurtrière a entraîné la mort de 36 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, au stade Omnisports Modibo Keïta (Bamako). 112 autres personnes ont été plus ou moins gravement blessées. .

 

2-                Dans un communiqué rendu public le 23 février, le PARENA a présenté ses condoléances aux familles des victimes et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

3-                Le 22 février, un dépôt clandestin de carburant, soit une trentaine de fûts de gasoil,  a pris feu au quartier de Sébéninkoro (Bamako),  faisant deux blessés et de nombreux dégâts matériels.

 

4-                Le drame du 21 février 2011 rappelle celui survenu, l'année dernière, à Tombouctou lors des cérémonies du Maouloud. 26 fidèles musulmans avaient  perdu la vie au cours d'une bousculade dans les ruelles étroites conduisant à la célèbre Mosquée de Jingarey Ber.

 

5-                Les drames du stade Omnisports Modibo Keïta et de Sébéninkoro appellent les questions suivantes :

Ø La tragédie du stade Modibo Keïta ne pouvait-elle pas être évitée à la  lumière des enseignements tirés de Tombouctou ?  

Ø La législation sur les dépôts de carburant est-elle appliquée ?

 

6-                 Le PARENA en appelle à la responsabilité du Gouvernement et à sa  capacité d'anticipation pour épargner au pays d'autres tragédies similaires.

 

7-                La sécurité des Maliens exige que soit mis fin au laxisme et au laisser-aller dans les lieux de rassemblement, dans les quartiers  et sur les routes.

La sécurité des Maliens exige  une politique de rigueur et une lutte permanente contre l'infraction.

 

A cet effet,  le PARENA voudrait faire les propositions suivantes :

 

a-                Elaborer un plan de prévention des risques lors des manifestations de masse (meetings politiques, rencontres sportives, concerts, rassemblements religieux, etc.)

 

b-               Revoir urgemment le plan d'installation des stations-services de manière à les éloigner le plus possible des lieux d'habitation et des stades,

 

 

c-                 Eloigner des zones d'habitation les camions-citernes qui,  le plus  souvent,  sont stationnés aux abords des stations-services, à proximité des maisons d'habitation,

 

d-               Traquer et démanteler tous les dépôts non autorisés de carburant sur les marchés, aux abords des domiciles et faire appliquer la réglementation en la matière.

 

e-                 Faire respecter  la réglementation relative à l'entrée et à la circulation des gros porteurs dans les agglomérations.

 

f-                 Veiller à ce que tous les cars de transport de passagers qui vont au delà de 400 kms aient deux chauffeurs professionnels qui se relaient à bord pour réduire les risques de somnolence liée à la fatigue sur de longues distances (Ex : Bamako-Mopti, Bamako-Gao, Bamako-Bobo-Dioulasso, etc.)  

 

Bamako, le 25 février 2011

 

Le Comité Directeur

 
PARENA

Parti pour la Renaissance Nationale

Pour une société démocratique et solidaire

___________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE SUR LA SECURITE

 

 

 

 

 

 

 

           FEVRIER 2011

1-                Le lundi 21 février 2011,  à l'issue des cérémonies de célébration du Maouloud, une bousculade meurtrière a entraîné la mort de 36 personnes, essentiellement des femmes et des enfants, au stade Omnisports Modibo Keïta (Bamako). 112 autres personnes ont été plus ou moins gravement blessées. .

 

2-                Dans un communiqué rendu public le 23 février, le PARENA a présenté ses condoléances aux familles des victimes et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

 

3-                Le 22 février, un dépôt clandestin de carburant, soit une trentaine de fûts de gasoil,  a pris feu au quartier de Sébéninkoro (Bamako),  faisant deux blessés et de nombreux dégâts matériels.

 

4-                Le drame du 21 février 2011 rappelle celui survenu, l'année dernière, à Tombouctou lors des cérémonies du Maouloud. 26 fidèles musulmans avaient  perdu la vie au cours d'une bousculade dans les ruelles étroites conduisant à la célèbre Mosquée de Jingarey Ber.

 

5-                Les drames du stade Omnisports Modibo Keïta et de Sébéninkoro appellent les questions suivantes :

Ø La tragédie du stade Modibo Keïta ne pouvait-elle pas être évitée à la  lumière des enseignements tirés de Tombouctou ?  

Ø La législation sur les dépôts de carburant est-elle appliquée ?

 

6-                 Le PARENA en appelle à la responsabilité du Gouvernement et à sa  capacité d'anticipation pour épargner au pays d'autres tragédies similaires.

 

7-                La sécurité des Maliens exige que soit mis fin au laxisme et au laisser-aller dans les lieux de rassemblement, dans les quartiers  et sur les routes.

La sécurité des Maliens exige  une politique de rigueur et une lutte permanente contre l'infraction.

 

A cet effet,  le PARENA voudrait faire les propositions suivantes :

 

a-                Elaborer un plan de prévention des risques lors des manifestations de masse (meetings politiques, rencontres sportives, concerts, rassemblements religieux, etc.)

 

b-               Revoir urgemment le plan d'installation des stations-services de manière à les éloigner le plus possible des lieux d'habitation et des stades,

 

 

c-                 Eloigner des zones d'habitation les camions-citernes qui,  le plus  souvent,  sont stationnés aux abords des stations-services, à proximité des maisons d'habitation,

 

d-               Traquer et démanteler tous les dépôts non autorisés de carburant sur les marchés, aux abords des domiciles et faire appliquer la réglementation en la matière.

 

e-                 Faire respecter  la réglementation relative à l'entrée et à la circulation des gros porteurs dans les agglomérations.

 

f-                 Veiller à ce que tous les cars de transport de passagers qui vont au delà de 400 kms aient deux chauffeurs professionnels qui se relaient à bord pour réduire les risques de somnolence liée à la fatigue sur de longues distances (Ex : Bamako-Mopti, Bamako-Gao, Bamako-Bobo-Dioulasso, etc.)  

 

Bamako, le 25 février 2011

 

Le Comité Directeur


--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: