lundi 7 février 2011

Au lieu de huer demandons la justice pour les rapports du VGAL

----- Original Message -----

 

 

Bonjour,

 

 

Je reviens après un moment de silence par la force des choses. Je constate avec un sentiment bizarre que les soulèvements au Maghreb  réveillent chez nous Maliens une tentation de révolte.  Tout en saluant cette prise de conscience, je rappelle que nous avons fait notre révolution bien avant le Maghreb. N'oublions pas le 26 mars 1991 même si je persiste à dire qu'elle a été ratée dans une certaine mesure, en tous cas dévoyée.

Après les deux mandats d'Alpha O.  KONARE durant lesquels la démocratie malienne, encore balbutiante, a tant bien que mal existé avec une opposition et des débats parfois passionnants ; nous sommes tombés dans cette forme d'agonie démocratique avec son lot de corruption, d'oppression, de délinquance… Le soit disant père de la démocratie malienne est devenu son vrai fossoyeur. Le régime d'ATT est un recul pour la démocratie et une désagrégation de la nation malienne avec évidemment notre complicité. Qu'avons-nous fait pour soutenir ceux qui se battaient pour nous  quand ils avaient besoin de notre appui ? Que sont devenues les voix dissonantes sous ATT ?  Quelle est la différence entre le consensus politique d'aujourd'hui au Mali et le parti unique d'hier ? Peut-être la nature des adhésions ?

L'opération rempart porte bien son nom et doit être portée par toutes les maliennes et tous les maliens épris de bien-être. Rempart contre la révision de l'histoire récente du Mali même si dans les faits, c'est pratiquement chose faite. Que sont devenus les dignitaires du régime de Moussa ? Tous réhabilités et dédommagés comme pour dire au peuple qu'il a eu tort de se révolter. Mais, la réhabilitation officielle et solennelle  du bourreau du peuple, qu'est Moussa Traoré,  tant désirée par ATT, constitue une injure à la mémoire des Martyrs du régime du Généralissime et une entorse grave à l'idéal révolutionnaire de 1991. Cette volonté d'ATT a tout de même le mérite de jeter la lumière sur les ratés de notre soulèvement et surtout sur la nature de démocratie.

 

Au lieu de huer  demandons la justice pour les rapports du VGAL

Il y a plus de raisons au Mali pour une révolte que dans la plupart des pays qui sont aujourd'hui en crise. Les détournements de deniers publics sont monnaie courante au Mali si l'on croit aux rapports successifs du VGAL. La suite qui est donnée à ces rapports est plus que révoltante. L'impunité, qui  a tendance à devenir une norme chez nous, peut être très grave de conséquence car le jour où la colère du peuple, appauvri par une minorité, s'abattra elle sera très violente. Il est donc temps de demander que les rapports du VGAL aient des suites c'est-à-dire que la justice passe. Qui ne connait pas comment les sociétés d'Etat sont gérées au Mali ? L'affaire HUICOMA est un avant-gout de ce qui pourrait être le Mali de demain si on reste les bras croisés,  car les oppresseurs, face au peuple lésé et docile, seront de plus en plus zélés et impitoyables.

  

 La gestion républicaine et dans l'intérêt supérieur de la nation de notre armée

 

Etre militaire est à la fois une vocation et un sacerdoce. La sécurité  des Maliens et l'intégrité du territoire sont des missions bien spécifiques que toute armée doit se faire honneur de les accomplir. Or, sous prétexte de connaitre la guerre, d'ailleurs on se demande bien comment, notre président a réduit notre vaillante armée à un corps de  faire valoir. A l'armée on n'a pas peur de mourir. L'insécurité au Nord Mali pour ne pas dire au Mali entier est avec la complicité de nos autorités. Par  les temps qui courent où l'occident démantèle à souhait les pays africains, l'insécurité constitue une grave menace pour la république du Mali. En léguant des zones de non droits comme l'est aujourd'hui le nord Mali, ATT mettra son successeur dans un inconfort sans précédent qui pourrait déboucher à cette sorte de division qu'on connait dans certains pays africains. A ce rythme les terroristes vaincront.

 

Pour toutes ces  raisons, nous devons tous prendre conscience des ratés du 26 mars et  adhérer  pleinement à l'opération rempart pour corriger ce qui n'a pas été et récupérer ce qui est sur le point de nous  échapper,  c'est-à-dire notre mère patrie le Mali et notre enfant commun la démocratie avec les idéaux du 26 mars 1991 revus et corrigés. Je pense qu'il est temps pour nous d'incarner l'espérance en commençant par exiger  la justice pour les Maliens.

 

 

ZANGA

 

 

 

 

 

Haut du formulaire

 

 

 



Aucun commentaire: