mardi 11 janvier 2011

N’humiliez pas les ministres !

N'humiliez pas les ministres !
Option, 11/01/2011 Commentaires [ 2 ] E-mail Imprimer

Il se produit, tous les jours, dans ce Mali, des crimes de lèse-général. Des
journalistes impertinents se permettent d'étaler sur la place publique, les
forfaits les plus ignobles des ministres voleurs et magouilleurs. Ils oublient
que notre très cher général président bien-aimé avait promis de ne pas humilier
les pères de famille et demandé aux scribouillards de ne pas accuser sans
preuves. Alors, les forfaits d'Ahmed Sow, Oumar Ibrahim Touré et maintenant
Sékou Diakité, le ministre qui prononce « commine » au lieu de « commune » sont
étalés sur la place publique, au grand dam d'ATT. Bon, on laisse les pères de
famille voleurs tranquilles et on humilie les mères de famille. Bè bi ba bolo !
One man chauve !
Nous avions longtemps pensé que notre célèbre chauve national, le PDSEur,
imprimeur de chiffons, transporteur de casseroles et président des boîtes à
combine, Jeamille Bittar de San, n'avait pas le sens de l'humour. Or, un de ses
amis nous rapporte que Jeamille est toujours plié en deux quand ATT lui fait des
blagues, même les moins ou pas du tout drôles. « Cet homme a un agenda caché »
nous jure le parano ! Le chauve dérangeur de morts de Sogoniko n'a aucun agenda
caché. Il se prépare juste à monter sur Koulouba. On espère au moins qu'il ne le
fera pas avec un de ses cars qui font un étrange bruit de casseroles.
ATT, la BCEAO et les méchants
Notre très cher général président bien-aimé est meurtri par les « accusations
méchantes » d'une certaine presse ivoirienne qui l'accuse de rouler pour Laurent
Gbagbo et de ne pas avoir le courage de le dire. Après son plaidoyer pro domo
lors de la présentation des vœux avec la presse, il s'est épanché auprès d'un de
ces confrères qu'il tient pour ami : « Pourquoi parmi tous les chefs d'Etat de
l'UEMOA, c'est moi qu'ils choisissent pour salir ainsi et mettre mes
compatriotes en danger ? Je ne comprends pas cet acharnement. » Probablement,
selon l'aigri grand-frère Jokèle Diarra, ATT est encore, dans cette histoire, le
« maillon faible ». Astafourlagh !
Le supplice de Pal Mara
L'éphémère maire de la Commune IV, Moussa Mara, défénestré sans ménagement de
son bureau, revient encore à la Une. La liste de son parti, Yèlèma, a été
invalidée par un juge et il ne pourra donc briguer à nouveau le fauteuil
communal. Option avait écrit, que le jeune homme n'avait rien compris à la
politique. Arrogant et prétentieux, se prenant pour le nombril de l'humanité et
seul homme valable de son parti, il continue sur la voie de l'entêtement, ne
comprenant pas que la politique est un art et qu'un titre d'expert comptable y
compte pour nada. Il peut toujours continuer à flotter sur son petit nuage. Un
jour, quand il reviendra sur terre, il comprendra et pour de bon !
Mme la ministre !
S'il y a quelqu'un qui piaffe d'impatience et se ronge les ongles, c'est bien
Mme Thiam Aya Diallo, PDG des aéroports du Mali. La dame raconte urbi et orbi
qu'elle sera ministre dans le prochain gouvernement. Si notre très cher général
président bien-aimé ne signe pas le décret, elle risque une crise d'apoplexie.
Mme est la fille de Boubacar Diallo, ancien numéro deux de l'UDPM, oncle de
Mariam Traoré, l'épouse du général dictateur dégommé en mars 1991 après un
massacre de civils. Elle est l'épouse de l'ancien ministre et clown national à
son époque, Ousmane Thiam. Au Mali, certains pensent que les fromages de la
République sont un héritage paternel. Et l'arrogance de Mme Thiam est propre aux
rejetons des anciens « famas ».
La bombe tunisienne
Bon, enfin, le Mali est entré dans le terrorisme moderne. Un jeune tunisien a
fait sauter une bombonne de gaz et une grenade face à l'ambassade de France
après avoir déchargé son pistolet automatique. Il y a eu deux blessés légers. La
police annonce avoir pu le maîtriser, mais les mauvaises langues, toujours
prêtes à calomnier, annoncent que ce sont plutôt des passants qui ont ficelé le
zouave avant de le livrer aux flics. Tout cela relève des détails dans lesquels
se trouve le diable. Il faut expédier illico ce terroriste chez Ben Ali, avant
qu'AQMI n'obtienne sa libération à cinq heures du matin, en échange des otages
français.
Baba coumandan !
On croyait révolue l'époque de l'administrateur civil arrogant et infatué de sa
personne, du chef qui terrorise ses administrés en « brousse ». Visiblement, il
en reste encore des spécimens à la tare congénitale. Le gouverneur de Sikasso,
le septuagénaire Mamadou Issa Tapo, flanqué de son képi de tirailleur et de ses
étoiles pâles, se prend pour le Babemba du coin. Méprisant et superbe, il envoie
promener le président de l'Assemblée nationale, le falot Dioncounda Traoré et
sert des grossièretés à Hamane Niang, le débonnaire ministre de la Jeunesse et
des Sports. Il refuse de rendre des comptes sur la gestion des sous. En
récompense de tous ces faits d'armes, ATT lui offre une médaille et retarde son
départ à la retraite. Tapo attend qu'il y ait plus de poissons à Mopti pour
tirer sa révérence.
Garage Gamou
Depuis mai 2006 et les premières attaques de la bande à Bahanga contre les
casernes maliennes, le colonel El Hadj Ag Gamou est au front. Il a mené des
dizaines de sorties contre le bandit de Kidal et Bahanga est venu négocier
« dans la dignité », une reddition. El Hadj Ag Gamou ne sera cependant pas
général demain matin. Il lui manquait un bureau, une voiture et un domicile
climatisés. Alors, il a été ramené à Bamako et nommé adjoint du général de
gendarmerie Hamidou Sissoko dit Man. Quand il aura pris du poids et poussé du
ventre, oublié le désert et les tempêtes de sable, il aura ses deux étoiles. On
appelle ça, la récompense par le mérite. Médaille !
Rififi Doucouré
On raconte que la célèbre Fifi Doucouré, boss d'Air Ivoire au Mali, épouse du Dr
Abdoulaye Néné Coulibaly, Dg du mouroir national Gabriel Touré et très
introduite chez Laurent Koudou Gbagbo, se meurt de chagrin. Elle pense que son
ami bété est victime d'un complot international fomenté par Alassane Ouattara et
envisage la perte de tous les privilèges générés par l'entrée au palais de
Cocody. Fifi peut se consoler. Le Vérificateur général pense que beaucoup
d'argent a disparu à Gabriel Touré et que cela peut éviter à son mari de vivre
de bouillie de maïs. En plus, le Dr Coulibaly est un père de famille qui ne sera
pas humilié.
Blaise, le vrai
Un ami d'Option dont l'aigreur n'a d'égale que la mauvaise foi,
s'extasie : « J'ai écouté le discours à la nation de Blaise Compaoré, quel
discours ! Il a dit ce que les Burkinabé voulaient entendre sur leurs
compatriotes en Côte d'Ivoire. Il a dit clairement à Gbagbo que l'armée du
Burkina Faso prendra ses responsabilités si un seul mossi est touché. Voilà un
président, un vrai de vrai ! » A Option, nous avons horreur des allusions
malveillantes. Qui est donc le faux de faux, en parlant de président ?
Farce anti-drogue
Les autorités maliennes sont visiblement agacées par toutes les accusations de
connivence avec la mafia de la drogue. Depuis deux semaines, la presse est
inondée d'articles relatant les exploits de la police, des douanes, de la
gendarmerie et de l'armée contre les trafiquants, y compris dans le Septentrion.
Et maintenant, on nous raconte que même la Sécurité d'Etat, celle qui n'a pas vu
venir les émeutes de 2005 après le match Mali-Togo et les attaques du 23 mai
contre les casernes, a elle aussi, alpagué des vendeurs de drogue. Il ne reste
donc plus que les sapeurs pompiers et les eaux et forêts s'y mêlent pour en
finir !
Enfant de la rue
Le mercredi 05 janvier, une dame a accouché en plein marché à Djicorini Para,
juste au bord de la nouvelle voie rapide. Des samaritaines ont eu la bonne idée
de la cerner et de cacher l'accouchement avec des pagnes. Une sage-femme qui
était de passage a aidé la parturiente. Et la nouvelle maman a pu, dix minutes
après, marcher jusqu'au centre de santé. Aucune ambulance ou véhicule de la
protection civile n'est venue sur place. Maigre consolation, au moins le poupon
ne sera pas un enfant de la rue. Bravo à ces tous ces bénévoles qui ont rendu
l'accouchement possible !
Bon, Option, malgré la colère d'un discours du Nouvel an raté, a quand même
voté à l'unanimité une motion de soutien en faveur du Premier ministre Modibo
Sidibé pour son nouveau look fait de bazins riches et de couvre-chefs absolument
in ! Inutile de demander s'il a renouvelé sa garde-robe. Il reste maintenant une
requête : que le PM oblige Sékou Diakité à porter le serveur de l'Assurance
maladie sur la tête pour faire le tour de Bamako. En caleçon et mors aux dents !
Ce ministre finira comme Ahmed Sow et Oumar Ibrahim Touré. Il n'y a aucun
complot. Nous savons seulement que même le serveur du FBI ne coûte pas aussi
cher. Alors, Sékou de la « commine 2 » : Où est passé le pognon ? Pas dans les
oreilles, au moins…
La rédaction

Option, est seul responsable du contenu de cet article Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44

Aucun commentaire: