dimanche 2 janvier 2011

Méprise grossière d’une certaine presse.

                                       Méprise grossière d'une certaine presse.

 

 

 

                          A chaque fois que la liberté de presse est transgressée, les journalistes crient à la violation flagrante de leur droit sacré de nous informer. Ironiquement bon nombre des leurs, cyniquement trangressent les bornes établies par la déontologie de leur sacerdoce. Le comportement d'une certaine presse n'a pas ces derniers temps honoré la vraie presse malienne pour qui nous avons une admiration et une dévotion à nulle autre pareille.

          Le comportement d'une certaine presse dans notre pays a frisé le manque de professionalisme, de pensée raisonnable, de convenance et d'intelligence. Notre presse, si imaginative, inventive et ingénieuse d'habitude, devient triviale et piteuse sitôt qu'elle s'intéresse à la vie privée d'honnêtes citoyens qui ont eu le tort de réussir ou d'être des vedettes. Cette presse ne s'est pas gênée de tirer à hue et à dia sur Oumou Sangaré et d'embourber méchamment notre Président de la république. Les textes étaient d'une architecture si grossière, si légère qu'ils reflétaient une indigence et une stérilité pitoyables. Telles des chouettes, certains journalistes frustes ont pris un malin plaisir à huer sur Oumou Sangaré. Quel lynchage médiatique horrible! Si je ne m'abuse, trois journaux différents ont intenté le même procès à l'endroit de la pauvre dame. Pour cacher astucieusement leur manque d'imagination, veulent –ils tirer les marrons du feu avec la patte de chat? Et pourtant les sujets à traiter pour intéresser les lecteurs et vendre profitablement leurs papiers ne manquent pas. Si l'on veut s'en donner la peine, il y'a chaque jour que Dieu fait un sujet d'un intérêt indéniable à traiter au Mali.

             Nous nous emmerdons avec des nouvelles de carrefour que tous les maliens savent par coeur à force de les avoir apprises dans les grins, dans les SOTRAMA. Dans toutes les sociétés, les personnes publiques ont le plus souvent payé un lourd tribut à leur notoriété. C'est fort regrettable que les Mamadou Lamine Doumbia de l'Indépendant, Amadou Salif Guindo du Matin, Kassim Traoré de Bamako Hebdo……….après avoir traîné aux gémonies la pauvre hère nous témoignent de leur hargne en signant la sentence capitale de celle qui a conféré à notre musique son lustre sur le plan international . Ce genre de malveillance, de vacherie(propos dur, injuste et méchant) peut peser dans les balances de la justice et dans les nôtres. De quelle puritanisme veut –on nous parler dans un Mali où……….? Une presse ne saurait aspirer à la grandeur si ses articles frisent le ridicule qui est à l'antipode de la noblesse originelle qui est incarnée(in carnis) par cette profession.

                Les allégations mensongères, indigestes, ridiculeusement fagotées du Nouveau Réveil relatives à l'intervention d'ATT auprès de la BCEAO pour le salaire des fonctionnaires ivoiriens du gouvernement de Laurent Gbagbo, l'article d'un bas étage de Dabaoué Audrianne Kani de l'Express du Faso quant à une" position bien ambiguë de notre Président dans la crise ivoirienne", chantés en choeur avec un journal de la place, furent de véritables giffles à notre nation toute entière. Le nationalisme ne s'applique pas qu'aux politiques. Nous avons tous un devoir d'amour, de loyauté et de défense vis à vis de ce pays à toutes épreuves.

                   Après nous avoir gavé d'intoxication, certains journalistes veulent-ils faire de notre presse un écrin de recueil de bêtises qu'ils ont rélevées ça et là sur la vie de nos honnêtes citoyens? Neni! Heureusement que la grisaille s'embellit avec la finesse, l'imagination, la bravoure et le ….courage des Seydina Oumar Diarra, Sambi Touré, Birama Fall, Alexis Kalambry, Mahamane Hamèye Cissé qui ont connu les affres de la Bastille malienne pour avoir exercé leur métier. Au rebours de ceux qui font porter des chapeaux aux autres, nous nous inclinons devant tous les vrais journalistes que nous n'avons pas nommés, chapeaux bas! Qu'ils soient glorifiés à travers ma critique boutade.

                   Faisons attention! Ce qui se passe dans la Côte d'Ivoire voisine doit interpeler la conscience des uns et des autres. Le dérapage de la presse a été à l'origine de bien de désagréments dans bon nombre de pays. Nous sommes à l'orée d'une année électorale dans notre pays. Que la presse soit une aiguille pour nous rassembler et non un instrument diabolique pour lyncher, traîner certaines honnêtes gens dans la boue.

 

                Voltaire, le chantre défenseur de la liberté d'expression, à qui on a injustement attribué la fameuse citation de Evelyn Hall: " je ne partage pas ce que vous dites mais je me battrais jusqu'à ma mort pour que vous puissiez le dire", disait que" je vous pardonne d'être ignorant, mais je ne vous pardonne pas d'être un homme grossier, qui a l'insolence de mêler dans cette querelle et de nommer des gens qui ne devaient pas s'y attendre". A bon entendeur salut!

 

Fatogoma Mohamed Ouattara

Orange, New Jersey

USA

Fouattara2@comcast.net

http://fouattara.blogspot.com

 

 

 

 


--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: