lundi 10 janvier 2011

Festival au désert, Essakane 2011 : La 11è édition a honoré ses promesses

Festival au désert, Essakane 2011 : La 11è édition a honoré ses promesses
 Le Prétoire, 10/01/2011 Commentaires [ 1 ] E-mail Imprimer

Les rideaux sont tombés le week-end dernier sur la 11è édition du Festival au désert à Essakane. Ce fut une véritable fête qui  a une fois encore  permis de vendre l'image du Mali à la face du monde.

Notons que la parade de chameaux, grande course de compétition qui réunit les meilleurs chameliers du festival, a été la grande attraction de cette manifestation. A l'image des autres éditions, de nombreux artistes ont pris part à cette fête dans le désert. Il s'agit entre autres de : Bintou Garba, Matilde Politi (Italie), Samba Touré, Amkoullel, Tinariwen, Tiwitine, Baba Salah, Tartit, Haira Arby, Bassékou Kouyaté, Vieux Farka Touré, Amanar (Mali), Jeconde et Mali All Stars (USA : Mali), Waflash (Sénégal), Bombino (Niger), Sédoum Ould Elda (Mauritanie), Najma Akhtar (Inde : Angleterre)…

Créé en janvier 2001, le Festival au désert se tient chaque année à Essakane, à deux heures de piste de la ville de Tombouctou au Mali. Il a été co-organisé par les Associations AITMA, EFES et Essakane Production. Ce festival se greffe sur de grandes fêtes traditionnelles touaregs telles que Takoubelt à Kidal et Temakannit à Tombouctou, qui constituèrent longtemps un lieu de concertations et d'échanges entre les communautés. A l'origine on y voyait les différentes formes de chants et danses touaregs, de la poésie, des courses de chameaux, des jeux. Aujourd'hui le Festival s'est ouvert vers l'extérieur et accueille des artistes venus d'autres régions du Mali, d'Afrique mais aussi d'Europe et du reste du monde.

Pour rappel, de longue tradition, les Touareg, habitants nomades du sud Sahara se retrouvent pour des rencontres annuelles appelées Takoubelt dans la région de Kidal ou Temakannit dans celle de Tombouctou, qui leur permettaient de se retrouver (après la saison de nomadisme), se divertir, résoudre des conflits entre personnes ou groupes et d'échanger sur les grandes questions du moment. C'est sur ces rencontres que s'est greffé le «Festival au Désert».

Ce festival  comme tous les autres, permettra au Mali de vendre son image sur le plan international, à travers sa riche culture et sa tradition. Des valeurs qu'il faut donc à tout prix sauvegarder.

Bruno Loma

Le Prétoire, est seul responsable du contenu de cet article  
58 hits
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par malienn  968,  le 10 Jan 2011 00:29:24 GMT
 
Bravo Many!!! Chevalier de l'ordre national avec effigie ESSAKANE. Tu as su relever le défi
de la mobilisation des touristes du Monde, malgré la menace AIQMI. ATT l'a reconnu devant
les hommes, les abeilles et les PDEISTES (du PDES). Vivement Many ministre de la culture.
 


--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: