lundi 6 décembre 2010

plan du droit Bagbo, Albert bourgi vs. Ouattara? Ingerence ou non?


" Perdre,  ne pas pouvoir accepter le résultat, en suite choisir l'intimidation et la violence, en changeant les règles le vol et la dictature.


Vivement adieu à la double morale. Mais il n'est pas seulement Gbagbo, mais une attitude bien racinée en Afrique et à mon avis même une raison importante que l'Afrique se développe plus lentement qu'il  était nécessaire ".

Merci chère Yvonne pour votre analyse des plus pertinentes de cette situation "stupide" ivoirienne en particulier et de l'Afrique en générale.

Vous avez évoqué dans votre message précédent une possibilité pour nous de partir de nos systèmes de gestion traditionnelle pour enraciner nos démocraties ou système de gouvernance moderne. Je puis effectivement vous dire que nos grand-parents n'avaient pas cette culture de la traitrise et de la double morale, même dans la pauvreté. Ils avaient comme devise: plutôt la mort que la honte. Ils avaient une certaine dignité même face à l'étape ultime de la vie qu'est la mort. Sur ce plan, ils étaient plus proches des hindous de l'Inde de Gandhi que les africains actuels à la culture hybride tirée du mauvais coté de l'occidental (en laissant le bon coté) et du pire de l'espèce humaine qu'est l'arabe. Pour l'histoire, lorsqu'un de nos grand-parents voulait prendre une décision ou un engagement, il prenait d'abord une colas pour détendre ses nerfs. La décision ou l'engagement qu'il sortait de sa bouche après était sans équivoque. Il ne reniait jamais sa parole donnée, même pour toute la fortune du monde. Pourquoi sommes-nous subitement devenus ces africains à la petite moralité ?

" Sans changement d'attitude en Afrique on choissit pour marcher avec de boulets arrrière aux pieds......
Et je ne serait pas du tout étonnée que ce changement viendra des femmes Africaines couragieuses ".

Je suis parfaitement d'accord, sans changement de nos attitudes, nous marcherons avec des boulets d'aciers aux fesses. J'avais aussi espoir que le changement viendra des femmes courageuses comme l'ex présidente du conseil constitutionnel au Niger qui a affronté le dictateur Tandja (qui l'avait pourtant nommée) en disant le droit au moment où tout le monde pensait que c'était cause perdue et que le tazartché où l'imposture initiée par ce même Tandja allait triompher. Mais le comportement d'autres femmes comme cette Simone Gbagbo (pour ne citer que celle-là) me fais craindre le pire avec les femmes.


" 3. On fait un 3e tour dans les régions rejetées sous bcp de surveillance ".

Je pense que c'est la solution la plus sage, si elle était acceptée par Gbagho, ce qui n'est pas gagné à l'avance. Cela l'amènerait au pied du mur. Quelle voix pense-t-il en toute connaissance de cause gagnée dans ces régions-là ?

Je crains que la médiation de M'Béki soit une erreur. Des voix s'élèvent déjà pour proposer une solution à la Keniane ou à la zinbabwoéenne: c-a-d Gbagbo président et Ouattara son premier ministre. Je pense que ces gens qui font des propositions de ce genre nous prennent pour des primates.

Si Gbagbo persiste dans son entêtement, IL DOIT ÊTRE CONTRAINT A PARTIR.

Avec certains politiciens maliens à la même moralité, nous ne serons pas loin du même scénario en 2012. Que Dieu nous en préserve.

Kamano

 

______________________________________
Savoir, c'est porter la responsabilité d'agir, et agir c'est s'engager dans la voie de la reforme de la société. L'engagement est une responsabilité sociale de l'intellectuel


--- En date de : Lun 6.12.10, Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com> a écrit :

De: Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>
Objet: [msas] Re: [malilink] plan du droit Bagbo, Albert bourgi vs. Ouattara? Ingerence ou non?
À: "maiga talatou" <mtalatou@yahoo.fr>
Cc: "ameno TRAORE" <amenotra@hotmail.fr>, "forum" <malilink@malilink.net>, "forum" <msas@maliwatch.org>, "dakouo mamadou" <dama9900@yahoo.fr>, "Fad Seydou" <fadseydou@nepadcouncil.org>
Date: Lundi 6 décembre 2010, 1h10


Merci en bnjouro

Il faut jouer le jeu selon les règles accordés AVANT le début du jeu.
Si on n'est pas capable de perdre, il ne faut pas participer.
Perdre,  ne pas pouvoir accepter le résultat, en suite choissir l'intimidation et la violence, en changeant les règles le vol et la dictature.
Même si j'avais donné mon vote à lui, je le regretterais profondement vu les évenements!

Vivement adieu à la double morale. Mais il n'est pas seulement Gbagbo, mais une attitude bien racinée en Afrique et à mon avis même une raison importante que l'Afrique se développe plus lentement qu'il  était nécessaire.
Si on avait choissi pour un même attitude comme en Inde:un ligne sous le passé, vivre aujourd'hui, bcp d'attention pour l'étude, vouloir travailler diligemment à l'école et au travail pour réaliser un bon avenir pour soimême ÉT SON PAYS (=TOUS).
On préfère la conduite d'un enfant négligé (traité comme un prince ou le contraire)
Sans changement d'attitude en Afrique on choissit pour marcher avec de boulets arrrière aux pieds......
Et je ne serait pas du tout étonnée que ce changement viendra des femmes Africaines couragieuses.

Un aspect faible dans votre message: La solution donnée par vous: Gbagbo faut partir! (DOIT: bien sûr)
Mais cela est exactement le problème:  Il veut rester coûte que coûte. Partir est le dernier qu' il veut ou fera à mon avis.
On peut l'accepter ou non; dans le dernier cas il faut faire quoi:prendre les armes? Qui?
Et il y a la négociation.En tel cas on choissit d'accepter le vol des urnes de Bgagbo, = se plier pour cet homme qui a fait voir qu'il ne respecte pas ses accords. Peu de chance qu'il plie plus ou moins, c'est à autres de faire cela.
Pour moi, il est coupable à un coup d'état, probablement responsable pour les morts et blessés dans la nuit, et faudrait être en prison.
Malheureusement son appuy au pays n'est pas négligeable.
Vraiment, c' est une situation difficile, grave.

Alors comment sortir sans gaspillage de sang?
1.Si Gbagbo ferait qu il avait du faire immédiatement: remercier ses électeurs et féliciter son opponent souhaitant bcp de succes d'améliorer le bien-être de la population.
2. Si Ouattara choissit de se retirer pour éviter le gaspillage (cela me fait penser à un conte en Bible)
3. On fait un 3e tour dans les régions rejetées sous bcp de surveillance
3. Si on pourrait arriver à une situation dans laquelle les 2 partagent le pouvoir (Zimbabwe!) ensemble pour tour le pays,ou l'un pour le sud et l'un pour le nord..............
Nous verrons au futur....

Les crises mondiale, je me repète: les robinets d'argent se ferment.
Je doute ou le monde concrétisera leurs promesses aux pays développants. Et saissiront chaque opportunité (comme corruption p.ex.) de suspendre ou finir un accord. Même je doute ou certains pays seront capable de fournir comme promis.
L'Afrique a besoin des dirigeants très compétents vu la situation en Afrique et les besoins des populations.

N'oublions pas la situation au Mali. Comment éviter telles situations en 2012?

On dit: les choses sont faciles, c'est l' homme qui les fait difficile.
Cette situation est un bon exemble, non?

Bonne nuit/journée, Yvone





2010/12/5 maiga talatou <mtalatou@yahoo.fr>
Chers soeurs et freres du reseau !
C'est avec un grand plaisir que j'ai lu nos interventions sur le reseau. Permettez moi d'ajouter ma petite contribution sur ce sujet. Je voudrais centrer mon point sur les aspets legaux (avec la permission des juristes!), ingerence, et suggerer une solution.
Quelle est cette regle du jeu qui fait que les positions de l'ONU et de l'ensemble de la communaute internationale soit percues comme "ingerence internationale" mais que ce que dit Albert Bourgi ne le soit pas. Albert Bourgi, est un excellent analyste- mais a ce que je sache, il est aussi l'ami de la plupart de nos chefs d'etat: Loin de moi l'idee qu'il ne devrait pas etre leur ami, mais la position d'un ami peut toujours etre biaisee (surtout dans un enjeu pareil)...
Sans etre un juriste, j'ose avancer cette proposition: En matiere de loi electorale, ce sur lequel l'ensemble des parties (ou partis) aux elections convient (aussi longtemps que ca ne viole pas la constitution), c'est cela qui doit etre le dernier mot: C'est pourqoui dans nos pays, malgre l'existence de nos constitutions, les lois electorales sont frequemment revues, ameliorees, corrigees et ajustees aux realites de l'heure, etc.
Dans ce cas precis de la Cote d'Ivoire, malgre l'existence de la constitution, compte tenu de la situation qui prevalait (ante elections) depuis au moins dix annees, l'ensemble des parties (ou partis), (L'ONU y comprise) etaient tombes d'accord sur certaines modalites pour organiser les recentes elections.
La CEI comme technicienne de l'organisation des elections,
La Cour constitutionnelle pour attester de la legalite (constitutionalite?) des elections apres la tenue des elections bien sur et sur la base des resultats proclames par la CEI.
L'ONU pour la certification (validation) des resultats
etc.
Tout le monde etait d'accord, jusque la: Alors meme qu'il etait conclu sur papier que l'ONU devait transporter et superviser les urnes puis certifier les resultats finaux pour leur validite, personne n'avait vu une quelconque ingerence dans le processus jusque la. Qu'est-ce qui fait que c'est seulement maintenant qu'on y voit une ingerence? Les moyens materiels et logistiques jusque la investis par l'ONU et la communaute internationale n'ont constitue une ingerence qu'apres les resultats des elections en Cote d'Ivoire.
Pourquoi est-ce que le maintien de Gbagbo pendant 5 autres annees (si je ne trompe pas depuis 2004 ou 5) apres la fin de son mandat, sans elections par la communaute internationale n'etait non plus pas vu comme ingerence par le camp Gbagbo? La presence de l'armee Francaise depuis belle lurette n'est aussi certainement pas une ingerence etrangere, surtout quand elle semble proteger le pouvoir en place. Il faut que nous cessons de definir l'ingerence de la facon dont nous voulons. Le General Moussa Traore, en son temps etait lui aussi parti a cette ecole et ne cessait donc d'accuser la France et L'ONG France Liberte-Loin de moi l'idee de dire que certains de nos pays a des moments donnes ne sont pas victimes ou theatres d'ingerence, mais je veux dire que notre facon de definir ce mot semble etre taillee sur mesure dans beaucoup de cas- y compris la facon dont Bagbo l'untilise presentement: Nous ne pouvons pas fermer nos portes et massacrer nos populations; nous plaindre quand les voisins nous demandent d'arreter (ou quand ils interviennent pour nous arreter) et retourner chez les memes voisins pour chercher un soutien materiel pour survivre (ou vivre).
Apres tout ceci, je crois que Laurent doit partir; mais je dois aussi dire que la piste qu'il a choisie avec l'intronisation (par l'institution dirigee par son ami, le Conseil Constitutionnel, ce "conseil" qui a pu parcourir plus de 20000 proces verbaux, proceder a des annulations de voix, et proclamer des resultats en 3 heures environ !!!! Magnifique !! ) lui laisse une petite porte pour pouvoir sortir de lui meme--- Mais, il doit partir, pourque la Cote d'Ivoire cette grande nation rejoigne sa place de droit dans le concert des nations: Laurent doit partir !
C'est pour cette raison aussi que je pense que tout en partageant la position de l'Union Africaine concernant son soutien aux resultats de la CEI, je ne suis pas d'accord avec la mediation que cette meme organisation a confiee au grand Thabo Mbeki (un grand home que je respecte!). Cette mediation risque de compliquer les choses. A son arrivee en Cote d'Ivoire, Thabo aurait dit qu'il serait parti pour ecouter ? Je maintiens cette phrase au conditionnel en attendant confirmation. Meme en cas de mise a l'ecart negociee, le probleme ne sera pas resolu: Il faut que Laurent parte !!!
Merci pour votre temps et votre reaction et a bientot ! Bonne nuit/journee !!!
 
Talatou Abdoulaye Maiga
University of Utah
SLC, UT-USA
 
 
 
 
 
 
 
 
 
--- En date de : Dim 5.12.10, Fad Seydou <fadseydou@nepadcouncil.org> a écrit :

De: Fad Seydou <fadseydou@nepadcouncil.org>
Objet: [msas] Re : [msas] Re : [msas] sur le plan du droit Bagbo est bien et bel l'élu selon Albert bourgi
À: "ameno TRAORE" <amenotra@hotmail.fr>, "forum" <malilink@malilink.net>, "forum" <msas@maliwatch.org>, "dakouo mamadou" <dama9900@yahoo.fr>
Date: Dimanche 5 décembre 2010, 22h06

Amenophis,
 
Monsieur Brodi n'a rien dit de nouveau. Nous connaissons le droit et nous connaissons la realite.
 
Nous savons tres bien qui est Yao Ndre. Nous savons aussi pourquoi les parties ont accepte la certification de l'ONU. Nous savons aussi que dans un pays divise, on ne peutr pas decider comme ca a annuler le vote de la partie acquise a l'autre candidat. Il est clair que la majorite dans cette election est pour Ouattara. C'est l'argument du PM Sorro, C'est ce que la CDEAO dit, c'est ce que l'UA dit. C'est ce que les representants de l'ONU disent. Il n y a personne dans la communaute internationale qui pense le contraire. Ca n'a rien d'accidental.
 
Meme au temps ou Tanja voulait nous faire croire son "Tazarche" au Niger, on a vu des specialistes de ce genre venir nous faire du droit sur la legitimite. On a aussi essaye de nous sortir ces idees bien pitoyables d'occident qui veut nous imposer leur loi.
 
Ce que Gbagbo est entrein de faire est ridicule. C'est une tentative sans issu et sucidaire. Il ne pourra continuer avec des fontieres fermees, du couvre feu et sans chaines etrangeres. Il ne peu continuer avec les rebelles qui seront renforces. Il ne peut rien faire sans la communaute internationale. Surtout il ne peu pas diriger contre la volonte de plus de 54% des electeurs. Soyons serieux.
  
 
Bien cordialement. 
Fad
-



--- En date de : Dim 5.12.10, dakouo mamadou <dama9900@yahoo.fr> a écrit :

De: dakouo mamadou <dama9900@yahoo.fr>
Objet: [msas] Re : [msas] sur le plan du droit Bagbo est bien et bel l'élu selon Albert bourgi
À: "ameno TRAORE" <amenotra@hotmail.fr>, "forum" <malilink@malilink.net>, "forum" <msas@maliwatch.org>
Date: Dimanche 5 décembre 2010, 20h53

Merci pour ce lien. Très instructif et sans être un connaisseur de droits les choses me paraissent assez clairement exprimer. En lisant un peu les commentaires des uns et des autres sur "msas" je me suis demandé si on devrait vraiment pas prendre du recul par une meilleure analyse de la situation ivoirienne. Les propagandes médiatiques ne devraient pas perturber la lucidité d'une réflexion critique d'un intellectuel sachant surtout qu'une couverture médiatique sachant une couverture médiatique n'est pas 100% impartielle. Bref, non à l'ingérence, non au Président imposé par des occidentaux pour piller d'avantage nos ressources. Des hommes ont mené le combat pour rendre nos peuples "indépendants" officiellement. Il est maintenant du devoir de la génération actuelle des dirigeants africains de rendre cette indépendance effective (fond, forme et principe) et surtout de veiller à ce que le Président élu soit la volonté du peuple comme dans tous les autres pays du monde qui se respectent.
 
M. Dakouo
"Le danger ce n'est pas ce que l'on ignore mais ce que l'on tient pour certain et qui l'est pas
Mark Twain



De : ameno TRAORE <amenotra@hotmail.fr>
À : forum <malilink@malilink.net>; forum <msas@maliwatch.org>
Envoyé le : Dim 5 décembre 2010, 19h 19min 08s
Objet : [msas] sur le plan du droit Bagbo est bien et bel l'élu selon Albert bourgi

Bonjour à toutes et tous
je vous invite à voir cette intervention d'Albert bourgi sur africa 24.

http://news.abidjan.net/v/4606.html









--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: