mercredi 15 décembre 2010

La mentalité rétrograde de nos dirigeants


 
De Laurent Gbagbo.
 
NON AU PRIX NOBEL DE LA SOUMISSION

Cette nuit-là, " Seplou " est seul dans son bureau. Un maître d`hôtel lui a apporté un verre d`eau et un sandwich jambon-beurre. Sa large chemise Pathe`O flotte un peu. II est fatigué, amaigri, mais ses yeux s`animent d`une étrange lumière quand il se lance, devant un proche qu`on vient d`introduire, dans un long monologue. " Eh bien quoi? Pourquoi céder? Pourquoi partir? Pour qu`on me décerne le prix Nobel de la soumission ? Pour qu`on me cite en exemple devant les écoliers de France et que l`on dise : voilà la preuve que la démocratie à la française, ça marche jusqu`au fin fond de l`Afrique? Eh bien non. Cette élection démontre que la démocratie ici, ça ne marche pas encore. Où est le vote moderne, quand l`Imam donne des consignes à la mosquée et que tous ses fidèles le suivent comme un seul homme? Où est la démocratie, quand tout le monde triche? La Côte d`Ivoire est en phase d`apprentissage démocratique et c`est à moi, Laurent Gbagbo, de la guider jusqu`à ce que la leçon soit apprise. Alors, bien sûr, on va me condamner. Les Américains, les Français vont me condamner. Je ne suis pas Israël, je ne suis pas Moubarak, je ne suis pas Karzaï. Je ne suis qu`un Africain. Mais je résisterai. J`ai le cuir épais. Bédié s`est couché. Moi, je ne laisserai jamais Alassane Ouattara diriger la Côte d`Ivoire. S`il veut mon fauteuil, il faudra d`abord qu`il me passe sur le corps! " Dehors, les crapauds-buffles qui hantent les rives glauques de la lagune Ebrié coassent à l`unisson. La messe est dite.

Kamano
 
______________________________________
Savoir, c'est porter la responsabilité d'agir, et agir c'est s'engager dans la voie de la reforme de la société. L'engagement est une responsabilité sociale de l'intellectuel 


Aucun commentaire: