vendredi 17 décembre 2010

Audience : du Président Laurent GBAGBO et le chef de l`Union Africaine Mr Jean PING en sa résidence à Abidjan le 17 décembre 2010.


abidjan.net:La Cédéao demande à Gbagbo de transférer le pouvoir "immédiatement
Publié le vendredi 17 dcembre 2010   |  AFP


Audience
© Reuters
Audience : du Président Laurent GBAGBO et le chef de l`Union Africaine Mr Jean PING en sa résidence à Abidjan le 17 décembre 2010.










ABUJA - La Cédéao (Communauté économique des états d`Afrique de l`ouest) a demandé vendredi par écrit au président ivoirien sortant Laurent Gbagbo de transférer "immédiatement" le pouvoir au "président élu" Alassane Ouattara, a annoncé à l`AFP le chef de la diplomatie du Nigeria.

Odein Ajumogobia a précisé, que le président nigérian Goodluck Jonathan,
actuel président de la Cédéao (15 Etats membres) a envoyé une lettre au nom de
l`organisation régionale à Laurent Gbagbo qui devait lui être remise par un
haut représentant de la Cédéao et le président de la commission de l`Union
Africaine (UA) Jean Ping.

Avant de se rendre vendredi à Abidjan, M. Ping a fait un crochet par Abuja
où il s`est entretenu avec le président nigérian qui lui a confié cette lettre
qui "reconnait Alassane Ouattara comme président-élu", a précisé M.
Ajumogobia.

"Cette lettre réitère la détermination de la Cédéao et de toute la
communauté internationale à ce que le président (Gbagbo) transmette
immédiatement le pouvoir au président-élu Ouattara et évite le retour imminent
d`un conflit sanglant et inutile", a ajouté le ministre nigérian.

"Le président Jonathan a offert son aide pour la réinstallation de M.
Gbagbo et sa famille dans l`intérêt de la paix et de la stabilité de la Côte
d`Ivoire ainsi que de la sécurité de tous les citoyens et personnes y
résidant", a poursuivi le ministre.

Le 7 décembre dernier, La Cédéao avait déjà demandé solennellement, à
l`issue d`un sommet d`urgence, à Laurent Gbagbo de "rendre le pouvoir sans
délai" en se soumettant aux résultats de la présidentielle certifiés par l`Onu
et qui concluent à la victoire d`Alassane Ouattara.

De leur côté, l`ONU, l`Union européenne et la France ont également fait
monter la pression jeudi et vendredi sur Laurent Gbagbo, sommé de quitter très
rapidement le pouvoir, au lendemain de violences meurtrières à Abidjan contre
des partisans d`Alassane Ouattara.

De onze à une trentaine de personnes, selon diverses sources, ont été tuées
jeudi et au moins 80 blessées, essentiellement lorsque des sympathisants de
Ouattara ont tenté de marcher sur la télévision d`Etat, la RTI.

Vendredi, les dirigeants de l`UE ont exhorté l`armée à "se placer sous
l`autorité du président démocratiquement élu, Alassane Ouattara", reconnu par
la communauté internationale comme le vainqueur de l`élection controversée du
28 novembre.

Pour Nicolas Sarkozy, président de l`ex-puissance coloniale française - qui
compte encore 15.000 ressortissants dans le pays -, Gbagbo doit partir "avant
la fin de la semaine", sans quoi il figurera "nommément" ainsi que son épouse
Simone sur la liste des personnes visées par des sanctions de l`UE.

Le secrétaire général de l`ONU Ban Ki-moon a estimé que le maintien au
pouvoir de Gbagbo conduirait à une "parodie de démocratie", mettant en garde
contre toute attaque des troupes des Nations unies sur place (environ 10.000
éléments).

Jeudi, les Etats-Unis avaient affirmé que le sortant disposait d`un "temps
limité" pour s`en aller.

"Le président Jonathan a offert son aide pour la réinstallation de M.
Gbagbo et sa famille dans l`intérêt de la paix et de la stabilité de la Côte
d`Ivoire ainsi que de la sécurité de tous les citoyens et personnes y
résidant", a poursuivi le ministre.




2010/12/17 Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>
and some extra info from Reuters:

Ivory Coast president offered exile in Africa: US

Fri Dec 17, 2010 4:54pm GMT
 
Photo
1 of 1Full Size

By Andrew Quinn

WASHINGTON (Reuters) - African nations have promised embattled Ivory Coast President Laurent Gbagbo a "soft landing" in exile if he agrees to step down, but there is no indication yet he will accept the offer, a senior U.S. official said on Friday.

William Fitzgerald, the State Department official in charge of West African affairs, said the United States was ready to impose travel sanctions on Gbagbo, his inner circle and their families within days if Ivory Coast's political crisis remains unresolved.

"There is at least one African offer of a soft landing, but it is up to him to take it," Fitzgerald told Reuters in an interview.

"He's been in power for a long long time and has enjoyed the fruits of that power ... He should walk off now before there are really large-scale clashes, and human rights charges and the abuse of power will come back to haunt him."

Fitzgerald said the offer was likely being conveyed to Gbagbo by Jean Ping, a top African Union official who arrived in the country for talks on an election dispute that has reopened the wounds of a 2002-2003 civil war and prompted the United Nations to warn of a refugee crisis if violence escalates.

Rival supporters of Gbagbo, the incumbent, and rival presidential claimant Alassane Ouattara clashed on Thursday, killing at least 20 people, and Ouattara's camp has called for further protests.

The United States, the United Nations, African states and others have recognized Ouattara as the victor of the November 28 polls, but Gbagbo has rejected the results, saying they were rigged by rebels who still hold the north after the civil war.

Fitzgerald said the United States was ready to match the European Union and impose travel sanctions on Gbagbo and his top advisers, including military leaders who have pledged loyalty to him.

This would have an immediate impact both on the leaders and their families, including their children who are attending schools in the United States, Fitzgerald said.

"They would leave," he said, adding that this step would be formalized early next week if Gbagbo remained in power.

A MILITARY SOLUTION?

Fitzgerald said the United States continued to coordinate closely with France, Ivory Coast's former colonial ruler, and African Union on next steps on Ivory Coast, and said suggestions that the AU could intervene militarily were not out of the question.

"We're deeply concerned about the potential for large-scale clashes and a return to civil war and nobody wants to see that happen," he said. "We're not taking any option off the table."

Fitzgerald said non-essential personnel at the U.S. Embassy in Abidjan were being offered free flights out of the the country, a sign of serious concern over future violence.

The EU called on Ivory Coast's army on Friday to throw its support behind Ouattara, and Fitzgerald said some soldiers might be ready to take that step.

"He certainly has the military leadership promising him that they will remain loyal. It remains to be seen how far down that goes into the ranks," Fitzgerald said.

He added that the United States was concerned Gbagbo might fall back on Young Patriot militia loyalists who have been blamed for violence in the past.

"We would counsel him if he wants to avoid international human rights violations and ultimately criminal charges in the future, he should keep these security forces off on the sidelines because that will just raise the price ultimately that he'll have to pay," Fitzgerald said.

© Thomson Reuters 2010 All rights reserved



2010/12/17 Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>
http://news.ecowas.int/presseshow.php?nb=188&lang=en&annee=2010

Le dernier message, regardez 7, 8!
Si on veut être considérées sérieusement et sincèrement, l'attitude de caméléon n'orne pas ni aide.
Pourquoi le changement deM. Ping reste la question (si vrai)?
La plus grande chance de vaincre ce combat avec l'appuy de l'armée? Ou la carte 'noire et anti-colonisme'?



N°: 188/2010
7 December 2010 [Abuja - Nigeria]

FINAL COMMUNIQUE ON THE EXTRAORDINARY SESSION OF THE AUTHORITY OF HEADS OF STATE AND GOVERNMENT ON COTE D'IVOIRE

							
EXTRAORDINARY SESSION OF THE AUTHORITY OF HEADS OF STATE AND GOVERNMENT ON
COTE D'IVOIRE



Abuja, 7 December 2010



FINAL COMMUNIQUE


1. Following the unexpected turn of events after the second round of the
Presidential elections in Cote d'Ivoire, an Extraordinary Session of the
Authority of Heads of State and Government of the Economic Community of West
African States (ECOWAS) was held on 7 December 2010 in Abuja, Federal Republic
of Nigeria, under the Chairmanship of His Excellency Dr Goodluck Ebele
Jonathan, President of the Federal Republic of Nigeria, and Chairman of the
ECOWAS Authority of Heads of State and Government.

2. The following Heads of State and Government or their duly accredited
representatives were present at this Session:

• H.E. Blaise COMPAORE, President of the Faso
• H.E. Prof. John Evans ATTA-MILLS, President of the Republic of Ghana
• H.E. Ellen JOHNSON-SIRLEAF, President of the Republic of Liberia
• H.E. Amadou Toumani TOURE, President of the Republic of Mali
• H.E. Dr. Goodluck Ebele JONATHAN, President of the Federal Republic of
Nigeria
• H.E. Maître Abdoulaye WADE, President of the Republic of Senegal
• H.E. Faure Essozimna GNASSINGBE, President of the Togolese Republic
• H. E. Mr. Francisco Pereira da VEIGA , Ambassador of Cape Verde in
Senegal representing the President of the Republic of Cape Verde

• Mr. Goundé Désiré ADADJA, Honourable Minister of Communication and
Information Technology representing the President of the Republic of Benin

• Hon. Lamin Kaba BAJO, Minister of Fisheries, Water Resources and
National Assembly Matters representing the President of the Republic of the
Gambia

• H.E. Mr. Henry O. MACAULEY, High Commissioner of the Republic of
Sierra Leone to Nigeria representing the President of the Republic of Sierra
Leone


3. H.E. Young-Jin CHOI, Special Representative of the Secretary-General
of the United Nations in Cote d'Ivoire and Mr. Mahama Ouedraogo,
representative of the President of the African Union Commission also attended
this Session as Observers.

4. During their deliberations, the Heads of State and Government reviewed
the political and security situation arising from the declaration of the
results of the second round of the Presidential elections in Cote d'Ivoire.
The Authority also was briefed by the Special Representative of the Secretary-
General of the United Nations in Cote d'Ivoire.
5. After a thorough review of the situation, the Authority expressed deep
concern over the threats posed to the success of the peace process leading to
a lasting solution to the Ivorian crisis.

6. Reaffirming their commitment to the relevant provisions and principles
of the ECOWAS Protocol on Democracy and Good Governance, the Heads of State
and Government condemned in strong terms, the attempt to go against the will
of the Ivorian people as freely expressed on 28 November 2010.

7. In order to protect the legitimacy of the electoral process, the
Summit endorsed the results declared by the Independent Electoral Commission
and certified by the Special Representative of the Secretary General of the
United Nations in Cote d'Ivoire in accordance with Resolution 1765 of the
United Nations Security Council, dated 16 July 2007. In this regard, the Heads
of State and Government recognized Mr. Alassane Dramane Ouattara as President-
elect of Cote d'Ivoire, and consequently, representative of the freely
expressed voice of the Ivorian People.

8. The Summit called on Mr. Laurent Gbagbo to abide by the results of the
second round of Presidential elections as certified by UNOCI, and to yield
power without delay, in the best interest of the Ivorian People.

9. The Summit decided to apply the provisions of Article 45 of the ECOWAS
Protocol on Democracy and Good Governance relating to the imposition of
sanctions on Cote d'Ivoire, including the suspension from all ECOWAS decision-
making bodies until further notice.

10. The Authority expressed appreciation to the United Nations Operations
in Cote d'Ivoire (UNOCI) for its key role in the conduct of the elections
under democratically acceptable conditions. In particular, the Authority
commended the efforts of the international community to ensure the rapid and
definitive resolution of the crisis.

11. The Heads of State and Government launched an urgent appeal to all
Ivorians, political and administrative bodies at all levels of authority, to
respect the rights and integrity of Ivorians, nationals of the other ECOWAS
Member States, and of all foreigners within the territory of the Republic of
Cote d'Ivoire, and to guarantee their security.

12. The Authority of Heads of State and Government commended His
Excellency Blaise Compaore, President of the Faso, and Facilitator of inter-
Ivoirian dialogue, for his unremitting efforts and proactive diplomatic
contributions to the Ivorian peace process.

13. The Heads of State and Government expressed their gratitude to His
Excellency Goodluck Ebele Jonathan, President of the Federal Republic of
Nigeria, for his leadership role and personal involvement in the entrenchment
of democracy and good governance in Cote d'Ivoire and in the West African
region as a whole.

14. The Heads of State and Government expressed their sincere appreciation
to the Government and People of the Federal Republic of Nigeria for the
generous hospitality accorded them in the finest African tradition, during
their stay in Abuja, and for the excellent facilities placed at their disposal
to ensure the success of this Extraordinary Summit.


Done at Abuja, this 7th day of December, 2010

THE AUTHORITY



2010/12/17 Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>

Bonjour
Pas entendu Mr. Ping mais si vrai c'est contraire à leurs propres communiqués:

http://www.africa-union.org/root/au/Conferences/2010/december/Communiqu%C3%A9%20252%20_Fr.pdf
AFRICAN UNION
UNION AFRICAINE
UNIÃO AFRICANA
Addis Ababa, Ethiopia, P.O. Box: 3243 Tel.: (251‐11) 5513 822 Fax: (251‐11) 5519 321
Email: situationroom@africa‐union.org, situationroom@ausitroom‐psd.org
CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE
252ème REUNION
ADDIS ABEBA, ETHIOPIE
9 DECEMBRE 2010
PSC/PR/COMM.1(CCLII)
COMMUNIQUE
PSC/PR/COMM.1(CCLII)

Page 1
COMMUNIQUE DE LA 252ème REUNION
DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE
Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 252ème réunion,
tenue le 9 décembre 2010, a adopté la décision qui suit sur la situation en Côte d'Ivoire :

Le Conseil,
1. Rappelle les communiqués de presse publiés à l'issue de ses 249ème et 250ème
réunions tenues le 30 novembre et le 4 décembre 2010, à Tripoli et à Addis Abéba,
respectivement, en particulier l'exigence du respect de la volonté populaire et des résultats
de l'élection présidentielle, tels que proclamés par la Commission électorale indépendante,
(CEI), ainsi que tous les instruments pertinents de l'UA ;
2. Se félicite des initiatives prises par le Président de la Commission pour trouver une
issue rapide et pacifique à la crise sur la base des décisions pertinentes de l'UA, y compris la
mission d'urgence entreprise à Abidjan par l'ancien Président Thabo Mbeki d'Afrique du
Sud. Le Conseil exprime son appréciation au Président Jacob Zuma et au Gouvernement de
l'Afrique du Sud pour l'appui logistique et autre apporté afin de faciliter la mission du
Président Mbeki ;
3. Entérine le communiqué final sur la Côte d'Ivoire de la session extraordinaire de la
Conférence des chefs d'Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats
de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), tenue à Abuja, en République fédérale du Nigéria, le 7
décembre 2010, reconnaissant les résultats proclamés par la CEI, tels que certifiés par le
Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, conformément à la résolution
1765 (2007)du Conseil de sécurité des Nations unies du 16 juillet 2007, et M. Alassane
Dramane Ouattara comme le Président élu de la Côte d'Ivoire ;
4. Décide, sur la base des instruments pertinents de l'UA, de suspendre la participation
de la Côte d'Ivoire à toutes les activités de l'UA, jusqu'à ce que le Président
démocratiquement élu, Alassane Dramane Ouattara, assume effectivement le pouvoir
d'Etat ;
5. Lance un appel pressant à Monsieur Laurent Gbagbo pour qu'il respecte les résultats
de l'élection et facilite, sans délai, la passation du pouvoir au Président élu, et ce dans
l'intérêt supérieur de la Côte d'Ivoire, de la région et de l'Afrique dans son ensemble ;
6. Demande à toutes les parties ivoiriennes, en cette étape délicate de l'histoire de
leur pays, de faire preuve de la plus grande retenue et de s'abstenir de toute action pouvant
compromettre la paix et le processus de sortie de crise. A cet égard, le Conseil réaffirme sa
détermination à prendre, au besoin, d'autres mesures contre tous ceux qui sapent la
volonté populaire telle qu'exprimée le 28 novembre et dûment certifiée par le Représentant
spécial du Secrétaire général des Nations unies, incitent à la violence, et commettent des
violations des droits de l'homme ;
PSC/PR/COMM.1(CCLII)

Page 2
7. Exprime sa préoccupation face aux conséquences humanitaires de la crise actuelle
et déplore les pertes en vies humaines et actes de destruction de biens intervenus dans
certaines parties de la Côte d'Ivoire ;
8. Demande au Conseil de sécurité des Nations unies et aux partenaires de l'UA de
continuer à apporter leur plein appui aux décisions et efforts de la CEDEAO et de l'UA et, à
cet égard, note avec satisfaction la Déclaration à la presse publiée par le Conseil de
sécurité, le 8 décembre 2010 ;
9. Encourage le Président de la Commission à poursuivre ses efforts pour favoriser la
sortie de crise à travers le dialogue, afin de promouvoir la paix, la démocratie et la
réconciliation, conformément à l'Accord politique de Ouagadougou et à ses Accords
complémentaires ;
10. Décide de rester activement saisi de la situation.

Mais Mr. Ping a visité Abidjan où il auarit changé sa positon comme une feuille dans le vent :

LE PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L'UNION AFRICAINE, JEAN PING, SE REND A ABUJA ET A ABIDJAN
Addis Abéba, le 15 décembre 2010 :
Dans le prolongement des décisions du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine (UA) sur la situation en Côte d'Ivoire, le Président de la Commission de l'UA, Dr. Jean Ping, se rendra, à partir de demain, 16 décembre 2010, à la t te d'une délégation comprenant le Commissaire de l'UA à la Paix et à la Sécurité, l'Ambassadeur Ramtane Lamamra, à Abuja, au Nigeria, et à Abidjan, en Côte d'Ivoire. M. Victor Gbeho, Président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), participera également à cette mission. PRESS RELEASE (en / fr )

2010/12/17 Abdoulaye Dabo <adabo@icermali.org>

Je suis d'accord avec vous Mr Konaté.....

A. Dabo

-----Original Message-----
From: Mamadou Ismaila KONATE [mailto:mko@jurifis.com]
Sent: Friday, December 17, 2010 3:45 PM
To: Abdoulaye Dabo; ASSADEK Aboubacrine; msas
Subject: Re: [msas] Jean Ping sur RTI

Le plus simple serait de se procurer du texte de sa déclaration


Le 17/12/10 15:29, « Abdoulaye Dabo » <adabo@icermali.org> a écrit :

> Bonjour à tous,
> Si vraiment Mr Ping a tenu de tels propos, ces derniers n'engagent que sa
> personne, car si j'ai encore bonne mémoire, le conseil de paix et de sécurité
> de cette même UA avait très tôt demandé à Gbagbo de céder le fauteuil
> présidentiel à ADO. Quelle mouche a donc piqué Mr Ping pour s'aventurer sur un
> tel terrain. Si c'était le cas, en ma connaissance, je ne connais pas encore
> de pays africain qui ait jusqu'ici reconnu Gbagbo comme président en lui
> envoyant ne serait-ce qu'une lettre de félicitation.
>
> Sinon comme tu le dis Aboubacrine, c'est effrayant... de tels propos surtout
> surcroît quand ils viennent du premier responsable de l'UA.
>
> A mon avis, si la communauté internationale n'agit pas tout de suite de façon
> vigoureuse et énergique contre ce tyran, c'est sur le temps qu'il compte,
> espérant voir naître la zizanie entre les différents chefs d'Etat et autres
> organismes, ce conduira inévitablement à les diviser.
>
> Que Dieu sauve la CI
>
> A. Dabo
>
> -----Original Message-----
> From: ASSADEK Aboubacrine [mailto:assadekab@yahoo.fr]
> Sent: Friday, December 17, 2010 2:42 PM
> To: msas
> Subject: [msas] Jean Ping sur RTI
>
> Bonjour à toutes et à tous,
> un journaliste de la RTI a demandé à Jean Ping si c'est vrai que l'UA ne
> reconnaît pas Gbagbo comme président ? je suis resté sidéré en entendant Jean
> Ping dire que c'est faux, Gbagbo est le président de la Côte d'Ivoire. Je suis
> confus car Jean Ping est le président de la commission de l'Union Africaine.
> Cordialement.
>
>  Mr ASSADEK aboubacrine
> Assistant au département de mathématiques et informatique
> à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
> Tel (00) 223 222 32 44
> Fax (00) 223 223 81 68
> B.P. E3206 Bamako-Mali
> Cel1 (00) 223 643 49 64
> Cel2 (00) 223 653 83 44
>
>
>
>
>
> ===================================================================
> MSAS: Forum de discussion
>
> To subscribe send a message to msas-subscribe@maliwatch.org
> To unsubscribe send a message to msas-unsubscribe@maliwatch.org
> ===================================================================
>
>
> ===================================================================
> MSAS: Forum de discussion
>
> To subscribe send a message to msas-subscribe@maliwatch.org
> To unsubscribe send a message to msas-unsubscribe@maliwatch.org
> ===================================================================
>



--

Mamadou Ismaila  KONATE
Avocat Associé,
Cabinet d'Avocats Associés




BP E 1326
Bamako Mali
Membre de l'Association Européenne des Avocats
Site Web : http://www.aeuropea.com <http://www.aeuropea.com>
Membre de l'Union Internationale des Avocats
http://www.uianet.org <http://www.uianet.org>
Membre de la Jeune Chambre Internationale
Membre de l'Association Africaine des Arbitres
Président de l'Association "TICS DU DROIT"
E.mail Prof : mko@jurifis.com
Site Web : http://www.jurifis.com
E.mail Perso : mkojce@yahoo.fr
Téléphone Bureau :
(+223) 20.23.40.24/20.23.53.96/20.22.53.97
Télécopie (+223) 20.22.40.22
Portable  (+223) 66.75.02.72/76.40.20.42




===================================================================
MSAS: Forum de discussion

To subscribe send a message to msas-subscribe@maliwatch.org
To unsubscribe send a message to msas-unsubscribe@maliwatch.org
===================================================================








--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: