mercredi 15 septembre 2010

Pétition contre l'invitation de Moussa Traoré


 

Bonjour,

Quelqu'un pourrait-il me fournir le document de la pétition contre l'invitation de Moussa Traoré aux festivités du cinquantenaire de notre in-dépendance. Une pétition circulerait à Bamako pour recueillir la signature des Maliennes et des Maliens qui ne seront pas d'accord avec ce mépris au peuple malien par les autorités. Je suis signataire de la pétition.

Pour que le Président de la république, qui est un acteur principal, sinon le héros des évènements de mars 1991 accepte ou initie cette invitation au mépris de la mémoire des victimes qui ont donné de leur vie pour défendre nos libertés et nos droits (lui-même étant le plus grand bénéficiaire), il eut fallu qu'il soit atteint d'une amnésie grave. Le cas échéant, les professionnelles de la santé devront vérifier sa capacité mentale à conduire le pays au terme de son dernier mandant en 2012.

Pour paraphraser les initiateurs de la pétition : 

« Nous disons non ; non et NON ! Car c'est une insulte à la démocratie, c'est une insulte à la mémoire des victimes de mars 1991, c'est une insulte à la mémoire de toutes les victimes des 23 ans de terreur et d'infamie, c'est une grossière tentative de réhabilitation qui ne dit pas son nom, c'est un acte de révisionnisme de notre histoire, c'est un acte de provocation du Peuple malien, c'est une infamie … Nous la combattrons avec la dernière énergie ».

Kamano

 

______________________________________
Savoir, c'est porter la responsabilité d'agir, et agir c'est s'engager dans la voie de la reforme de la société. L'engagement est une responsabilité sociale de l'intellectuel

Cinquantenaire de l'indépendance

 

 

 

Défilé du cinquantenaire du Mali : L'ancien Président Moussa Traoré, persona non grata

 

L'idée d'inviter le général Moussa Traoré à la tribune officielle, le 22 septembre 2010, n'est pas du tout du goût de certains Maliens. Sont-ils nombreux ? Ont –ils raison ? Une pétition circule déjà à Bamako pour recueillir la signature des Maliennes et des Maliens qui ne sont pas d'accord avec cette exhibition programmée de celui qui a été chassé du pouvoir après des marches de contestation à son régime, avec de nombreuses victimes qui ont payé de leur vie.

Les auteurs de la pétition encore restés à l'ombre prévoient de se découvrir ce mardi. Depuis quelques jours, ils s'activent pour exposer leur désapprobation sur la place publique. Le premier acte est la circulation d'un document qui pourrait pécher par l'absence de signature, l'heure de la lutte clandestine étant à jamais révolue au Mali, pays de démocratie multipartite. Mais un document auquel ses auteurs encore à l'ombre (à tort ou à raison) ont donné une allure de pétition. Ils veulent recueillir des signatures de citoyens maliens qui ne souhaitent pas que l'image du général Moussa Traoré soit associée au défilé du cinquantenaire qui aura lieu le 22 septembre 2010.

« Le vaillant Peuple malien se dressera de toute sa taille et criera à la face des monteurs de cette farce macabre : NON ! NON ! … Ce tyran ne verra jamais la tribune du 22 septembre 2010 ». Tel est l'engagement des signataires de la pétition qui circulera à Bamako et dans des grandes villes de l'intérieure du pays.

Dès les premières lignes, la pétition précise que le Mali fête ses 50 ans d'indépendance qui se résument en 8 ans de régime Républicain socialiste, 23 ans de régime militaire néocolonial et 19 ans de régime Républicain multipartisan. Une prise de position qui n'est pas révélée pour la première fois, du moins pour ceux qui suivent les déclarations de l'association Repères dont le président est Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni, une victime parmi de nombreuses autres de la dictature du régime de Moussa Traoré.

Pour convaincre les Maliens à signer en grand nombre la pétition, ses rédacteurs ont pris la peine de rappeler à la mémoire collective des actes posés par le général Moussa Traoré. On peut lire : « Le régime militaire a instauré du 19 novembre 1968 au 26 mars 1991 une dictature militaire qui a flétri notre indépendance, hypothéqué notre souveraineté, et restauré le pacte colonial pour asservir et exploiter notre pays »…

La pétition est aussi formelle : « Moussa Traoré a exterminé de nombreux officiers de valeur dont le Capitaine Diby Silas Diarra, Tiékoura Sogodogo, Alassane Diarra, Bakary Camara, Mamy Ouattara, Boubacar Traoré et leurs compagnons d'armes au bagne-mouroir de Taoudénit ». Les initiateurs de la pétition reprochent aussi à Moussa Traoré d'avoir « fait torturer à mort à Taoudénit l'adjudant Mamadou Sissoko, fils de Fily Dabo Sissoko et ses compagnons ». Ils estiment aussi qu' « il a liquidé froidement ses propres compagnons d'armes du coup d'Etat du 19 novembre 1968 dont Yoro Diakité, Tiékoro Bagayogo, Kissima Doukara, Attman Diallo, etc. ». Moussa Traoré est aussi accusé par les initiateurs de la pétition d' « avoir tué des étudiants comme Cheick Oumar Tangara, Abdoul Karim Camara dit Cabral, Ibrahim Thiocary » et d' « avoir torturé et humilié des enseignants, des chefs de familles, des mères, des syndicalistes, des paysans, sans aucun autre motif que pour intimider le Peuple malien ».

Dans le domaine de l'affaissement de l'économie du Mali, il lui est reproché d' « avoir fermé de nombreuses sociétés et entreprises d'Etat, mis au chômage des milliers de travailleurs, bouché la perspective d'emploi aux jeunes, clochardisé les fonctionnaires ». Et, pire, les initiateurs de la pétition estiment que Moussa Traoré sentant sa perte, « a injurié vulgairement et publiquement les femmes du Mali ». Avant de rappeler que « le monde se souvient de ce que le 6 janvier 1991, Moussa Traoré a menacé de faire descendre sur la tête des Maliens et des Maliennes les foudres de l'enfer ». Selon, les initiateurs de la pétition, « effectivement Moussa Traoré, dans la violence la plus brutale et la plus inhumaine a fait abattre cruellement 292 personnes et blesser 699 autres ».

La pétition dénonce le fait que « ces derniers temps, l'ORTM le porte aux nues et certains griots l'encensent ». Avant de se lever contre le fait que « cet homme qui n'a que mépris pour le Peuple du Mali, est invité à la tribune officielle le 22 septembre 2010 pour y trôner arrogamment et narguer notre armée nationale, notre vaillant Peuple, notre valeureuse jeunesse ».

Et déclarent : « Nous disons non ; non et NON ! Car c'est une insulte à la démocratie, c'est une insulte à la mémoire des victimes de mars 1991, c'est une insulte à la mémoire de toutes les victimes des 23 ans de terreur et d'infamie, c'est une grossière tentative de réhabilitation qui ne dit pas son nom, c'est un acte de révisionnisme de notre histoire, c'est un acte de provocation du Peuple malien, c'est une infamie … Nous la combattrons avec la dernière énergie », indiquent les initiateurs de la pétition.

A.Koné

B.Daou



Aucun commentaire: