lundi 20 septembre 2010

LE MALI L’AFGHANISTAN AFRICAIN !

LE MALI L'AFGHANISTAN AFRICAIN !

 

Après le 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont déclaré la guerre à l'Afghanistan et au régime des Mollahs coupable d'avoir hébergé Ben Laden et consorts.

Aujourd'hui, la Mauritanie, fait la guerre sur le territoire du Mali, coupable lui aussi d'avoir hébergé et laissé faire les terroristes d'AQMI (Al- Qaïda pour le Maghreb islamique)

sur son sol, au motif qu'il n'est pas attaqué, et que la menace vient d'ailleurs selon son président.

Les Armées étrangères sont en Afghanistan pour l'aider à construire un Etat moderne car tout est à refaire dans ce pays depuis la chute du régime obscurantiste des mollahs, mais la comparaison  avec le Mali s'arrête là.

Le Mali a un Etat et une Armée bien structurée, il s'apprête à fêter son cinquantième (50ème) anniversaire d'accession à la souveraineté nationale et internationale dans deux (2) jours sous le slogan du Cinquantenaire.

Mais la question que nous nous posons et que nous avons déjà la réponse est la suivante : Pourquoi c'est un pays comme la Mauritanie qui lance son Armée sur notre territoire pour faire la guerre à notre ennemi commun sans la  présence et l'implication totale de la notre (Armée) au nom d'un soi-disant droit de poursuite ?

Parce que tout simplement le Mali n'a plus d'Armée car ceux qui disaient vaincre ou périr ne sont plus nombreux, le peu qui reste est isolé systématiquement de tout, notre Armée est livrée à des affairistes et à des officiers félons, c'est pourquoi ATT avoue son impuissance sur TV5 monde et sur RFI, qu'il est obligé de négocier avec les terroristes car il n'a pas les moyens de s'opposer à eux.

Oui la triste réalité est que des hauts responsables civils et militaires sont impliqués de façon éhontée dans des affaires de banditismes, de terrorismes et dans des trafics de tout genres.

Tout Bamako sait aujourd'hui que c'est le conseiller spécial de ATT qui délivre les autorisations de survol du territoire Malien, mais on ne lui a même pas posé la question après l'atterrissage d'Air Cocaïne dans la région de Gao, pour savoir comment cela a pût se faire ? En plus quelques jours après l'atterrissage d'Air Cocaïne les pilotes de cet Avion ont pris leur vol retour à l'aéroport international de Bamako- Sénou, sans la moindre inquiétude ni sanction.

Nous savons aussi que des officiers de notre armée sont devenus très riches du jour au lendemain et surtout après le passage d'Air Cocaïne. Est-ce notre Armée se «  Guinée- Bisausialise ? »

Nous sommes d'accord avec ATT quand il parle d'intégrer le volet du Développement dans la lutte contre le terrorisme, mais ce qu'il faut revoir c'est le fait de confier la gestion des fonds alloués à ces projets à quelques personnes qui font la pluie et le beau temps avec l'argent public et qui refusent de rendre des comptes à chaque fois au moment du bilan en créant des situations insurrectionnelles ou en proférant des menaces pour échapper au contrôle sans qu'il y est aucune sanction.

Ce qui a été investit dans le nord du Mali ces dernières années n'a été dans aucune autre localité de notre pays par nos partenaires au développement mais l'impact est invisible et moins important sur la population car on organise toujours des mascarades de flamme de la paix, et c'est toujours les mêmes privilégiés qui font venir quelques individus en les distribuant des miettes contre le dépôt de vieux fusils pour ensuite empocher le reste du magot.

Ils sont tellement cupides que même AQMI ne veut plus de leur intervention dans les négociations car ils demandent toujours des commissions trop élevées, c'est pourquoi depuis la libération de Mr Pierre Camatte c'est le Burkina qui mène les négociations.

Comme ironie du sort c'est « Omar le Sarahoui » qui a personnellement conduit dans une grosse cylindrée les deux otages Espagnoles (qu'il avait quelques mois plus tard enlevé et vendu à AQMI) pour les remettre au conseiller spécial du président Blaise Comparé le jour de leur libération.

Voici le triste tableau de la situation de notre pays et ATT refuse de faire quoi que ce soit à part le fait d'accorder des droits de poursuites sur notre territoire aux armées étrangères devant cette menace importée selon lui-même sur notre sol.

A mon avis il ne faut pas sortir de l'école de guerre de Paris ou de Saint-Cyr pour savoir que chaque pays est responsable de sa propre sécurité et de sa sûreté.

En laissant la Mauritanie faire la guerre sur notre territoire sans la présence de notre Armée, sa participation et son implication effective, je me pose les questions suivantes : Est-ce que le gouvernement malien est conscient de sa responsabilité, de son rôle, de sa mission et de son devoir envers les maliens ? Et si la Mauritanie décidait avec l'aide des forces internationales d'occuper cette partie du Mali, de bombarder nos objectifs militaires ou civils ou tout simplement de déposer ATT ?  

La lutte contre le terrorisme comme l'a bien dit le président Mauritanien à son ami ATT lors du défilé du 14 juillet à Paris, n'est q'une question de volonté et de courage sinon la Mauritanie n'a pas plus de moyens que le Mali à ce que je sache !

Aujourd'hui il ne s'agit pas de nous répéter tout temps que je suis un soldat (général 4 étoiles), que je connais la guerre, que j'ai été médiateur international à « Diapaka », que le Mali est une terre d'hospitalité et d'humanité, tout ce que nous voulons et demandons c'est de nous donner un peu de fierté et de dignité en cette veille du cinquantenaire de notre pays , pour que nous ne continuions pas de vivre dans le passé et de regretter nos aïeux qui disaient « plutôt la mort que la honte ».

Aujourd'hui vous (ATT) devez prendre conscience de cette menace qui n'est pas née chez nous mais qui s'est installée avec armes et bagages avec la faute de certains de nos enfants.

Devant cette atmosphère crépusculaire ou tous les repères sont brouillés ou toutes les aventures paraissent possibles, les hésitations, les atermoiements, les reculades, les justifications stériles, les paiements de rançons, les échanges de terroristes contre les otages ne nous avanceront pas d'un pas car les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, il faut occuper le terrain politique et social en disant aux organisations religieuses qui ont pris goût à la politique avec la question du code des personnes et de la famille et qui sont aujourd'hui conscients de leur poids politique qu'elles ne sont pas dans leur rôle en faisant de la politique,seul cela pourra nous éviter le syndrome Algérien.

Il faut aussi et surtout occuper le terrain de la Sécurité et du Développement économique et social en empêchant les islamistes d'élargir leurs réseaux de complicités dans les populations locales avec l'argent des rançons payées.

 

Debout sur le champ d'honneur et de la dignité unis et déterminés, nous allons   triompher.

 

M. Mariko Bakary.

 

France



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: