mercredi 21 avril 2010

La crise universitaire


 

Chers collegues,

 

Le sentiment suivant exprime par Pr. A. Dabo est tres partage dans la communaute intellectuelle malienne, et c'est bien cela le plus grand probleme.

 

« Cette rencontre concoctée par le PM est une manœuvre de diversion à laquelle nous sommes désormais habitués. Comment gagner encore du temps pour boucler ce dernier quinquennat et bien profiter des avantages qu'ils se sont alloués pour la célébration de leur cinquantenaire , voilà la manœuvre de nos gouvernants actuels. Mais à beau discourir, nous nous tromperons jamais ni d'adversaire ni de combat. La question qu'on pourrait se poser maintenant est de savoir à quand la prochaine mise en scène ? » A. Dabo

 

En ces moments de crise, je n'ai pas vu un seul universitaire malien, de l'interieur ou de l'exterieur, qui ne pense pas que le gouvernement veut gagner du temps et/ou qu'il veut diriger par la ruse.  Que les autorites pensent que ce sentiment soit bien fonde ou pas elles ont bien interet a le savaoir, a le prendre au serieux et en trouver une solution car la confiance est necessaire pour avancer.

 

Le probleme de l'amelioration du traitement salarial et du taux des heures supplementaires a ete une priorite absolue, avant, pendant et apres le forum sur l'education. C'est bien domage et peu normal que nous soyons encore entrein d'en parler au moment ou la solution doit etre trouvee. Une solution est donc a trouver le plus vite possible.

 

Nous devons serieusement nous demander si nous ne devons pas faire economie des « etudes » par rappont au satatut et aux heures supplementaires, vue l'urgence souhaitee. Nous devons pouvoir aller vers le concret. Les sevices techniques doivent pouvoir donner aux ministres les elements d'appreciation qui permettront au gouvernement de faire des propositions concretes.

 

Le gouvernement doit aussi savoir que s'il y'a eu un enorme retard c'est qu'il y'a eu des fautes qui ne doivent plus se reproduire. Il est impossible de croire qu'avec exactement les memes methodes et les memes personnes on peut s'attendre a des resultats differents.

 

Personnellement, je ne crois pas que la solution soit un remaniement dans le gouvernement car cela peut aggraver le retard. Cependant, i y'a bien de reamenagement a faire.  Par exemple, a moins que je n'aie fait suffisamment attention,, il n y'a personne dans le cabinet du ministere de l'enseignement superieur qui ait activement participe a l'organisation du forum sur l'education. Ce n'est donc pas etonant que les enseignants pensent que certains membres du cabinet sont contre les recommandations dudit forum. Ce n'est pas non plus surprenant que nous n'ayons que tres, tres peu avance. Il est important de se rappeler et de souligner que les projets comme l'universite de Segou et le campus de Kabala etaient deja avances avant l'organisation du forum.

 

Etant donne que dans toutes les institutions d'enseignement superieur malien il y'a des personnes competentes qui ont activement participe a l'organisation du forum, il est tres souhaitable que certaines de ces personnes soient associees au cabinet. Il y'a bien d'autres changements a faire a d'autres niveaux qui permettront de ramener la confiance. Une chose est sure: On ne peut faire du neuf avec du vieux.

 

Nous esperons qu'avec des changements credibles et Les rencontres entre les syndicats et les comites interministeriels, comme annonce, permettront d'aller dans ce sens.

 

Ces rencontres sont utiles car ca ne servira a rien que les representants des enseignants rencontrent des techniciens et autres intermediaires qui n'ont aucun pouvoir de decision.

 

Encore une fois, maintenant il faut aller vers les propositions concretes et ecrites. Le dialogue doit etre tres franc et les engagements doivent etre fermes.

 

A part la question du statut, qui est la plus grande priorite, il y'a beaucoup de recommandations importantes sur les quelles il faut aller tres vite, comme le developpement des infrastructures (bureaux equipes pour les enseignants, bibliotheques, laborqtoires, etc), la creation d'agence d'assurance qualite, la création d'une académie des sciences, la création des nouvelles filières technologiques adaptées aux besoins socioéconomiques du pays, la mise en place d'une feuille de route sur la  construction d'écoles supérieures dans les régions, la mise en place d'une politique efficace de formation et de recrutement pour le corps enseignant,  la mise en place d'une methode credible pour les nominations de directeurs de grandes ecoles et de recteurs suite a un appel a candidature, et bien d'autres.

Tout cela fait que, si les questions du traitement salarial et des heures supplementaires ne sont pas resolues tres vite, le risque est tres grand d'etre bute contre le facteur TEMPS.

 

Le forum a sucscite beaucoup d'espoir et nous sommes nombreux a penser que le gouvernement a eu une tres grande opportunite, avec l'engagement de tous les intellectuels maliens de l'interieur et de l'exterieur et les autres couches de la population malienne, pour mener une vraie reforme de l'enseignement superieur. Mais, si les methodes ne changent pas nous prourrons assister a un vrai gachis et le jugement de l'histoire sera bien severe.

 

On ne s'attend pas a ce que tous les changements aient lieu tout de suite. Mais, en ce moment precis, nous devons avoir des signes  de changement, et cela semble faire defaut.

 

Esperant un debat d'idees, rien que d'idees, je vous souhaite une bonne journee/soiree.

 

Fad

-

Aucun commentaire: