lundi 23 novembre 2009

Il avait embauché une "infirmière" spécialisée : Ladji paie 750 000 FCFA pour un seul «massage thérapeutique»

Faits Divers




  Il avait embauché une "infirmière" spécialisée : Ladji paie 750 000 FCFA pour un seul «massage thérapeutique»

 22 Septembre48, 23/11/2009 Commentaires49 [ 28 ] E-mail50 51 Imprimer52


Ladji est un notable doté de l'étiquette de grand croyant. Très respecté par la population d'un quartier populaire du District de Bamako, Ladji vient pourtant de connaître une vraie mésaventure dans sa tentative de s'attacher lesservices d'une infirmière, pour «soigner sa vieillesse».

Ladji a eu une vie très mouvementée, mais, comme il était très entreprenant, il s'est fait beaucoup d'argent. Mais son vice est qu'il ne restait jamais longtemps avec ses copines. Même arrivé à un certain âge, Ladji ne cessait de répudier ses épouses, toujours de très jeunes demoiselles. Maintenant qu'il est vieux, marié à quatre épouses etpère d'un bataillon d'enfants, Ladji est enfin officiellement revenu vers Dieu.

En fait, aujourd'hui, tout porte à croire qu'au lieu de méditer sur son passé, il regrettait plutôt les meilleurs moments de sa jeunesse. Aussi, à cause de son âge très avancé, 70 ans bien sonnés, et de son faible attachement aux prescriptions de sa religion, Ladji  peaufina-t-il un plan génial pour contourner sa foi et assouvir son vice. C'est ainsi qu'il vint voir l'un de ses conseillers pour lui dire qu'à cause de son âge canonique il est désormais très frileux. C'est pourquoi il souhaitait que ce dernier lui trouve une infirmière, jeune et très jolie, pour s'occuper de sa santé. Mais, à cause de sa position sociale, il exigeait que toutes les négociations et, éventuellement, la relation fassent l'objet d'une discrétion totale.

Le conseiller de Ladji ne perdit pas de temps et prit contact avec plusieurs étudiantes en médecine, qui repoussèrent toutes l'offre, avant de tomber sur une jeune infirmière. Celle-ci répondait aux prescriptions de son chef. Mais la jeune dame imposa, comme préalable à toute réponse, de rencontrer le Ladji en question. Rendez-vous fut pris dans un coin discret. L'infirmière accepta la proposition de Ladji mais posa ses conditions.

Etant donné que la discrétion était le maître mot de leur relation, ne pouvant plus vivre en famille, elle exigea que Ladji s'occupe de la location de sa nouvelle piaule, qu'il lui achète une Jakarta pour ses déplacements, un Nokia dernier cri pour les rendez-vous et, enfin, qu'il garnisse son compte en banque. Sur le champ, Ladji mit la main à la poche et tendit la somme de 750 000 FCFA à la jeune dame. Rendez-vous fut pris pour la nuit du samedi au dimanche suivant, dans un bar restaurant chinois très discret, pour une séance de «massage thérapeutique».

La jeune infirmière fut ponctuelle. Le matin venu, pour exprimer sa satisfaction pour la qualité du massage reçu, Ladji lui remit 10 000 CFA. Ce qui ne fut pas du goût de la dame. Ladji s'empressa de la rassurer en lui promettant de remédier à la situation après la séance de massage du samedi suivant. Mais la jeune dame disparut complètement de la circulation, en prenant soin de changer de numéro de téléphone. Ladji finit par perdre patience et commit la maladresse de se plaindre pour escroquerie au commissariat. Interpellée, la jeune dame reconnut les faits, mais elle soutint que l'unique séance de «massage» valait largement l'argent payé par Ladji, avant de lui lancer que, s'il n'était pas satisfait, il aille se plaindre au tribunal. Ladji, ne voulant pas ébruiter plus l'affaire, retira sa plainte. Son chapelet sert désormais à pour maudire la dame.

Pierre Fo'o Medjo



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: