vendredi 25 septembre 2009

Tr : [malilink] Kadhafi: les ex-colonisateurs doivent 7.770 milliards de dollars à l'Afrique


 
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44


----- Message transféré ----
De : Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>
À : ASSADEK Aboubacrine <assadekab@yahoo.fr>
Cc : malilink <malilink@malilink.net>; "A-A-ANSARY@hotmail.com" <a-a-ansary@hotmail.com>; "abdoulhamidsidi@hotmail.com" <abdoulhamidsidi@hotmail.com>; "acideben@hotmail.com" <acideben@hotmail.com>; ABOUBACRINE Ahmed Ag <ahmedag1996@yahoo.fr>; Mohamedoun AG HANTAFAYE <dounhtfaye@yahoo.fr>; ahalis <a_msa@hotmail.com>; "akassa_19@hotmail.com" <akassa_19@hotmail.com>; fadimata aly <yousef_ansari2003@yahoo.com>; Manny Ansary <ansarmanny@yahoo.fr>; "atai-2008@hotmail.com" <atai-2008@hotmail.com>; atia <atia1012@hotmail.com>; "babakanfo@hotmail.com" <babakanfo@hotmail.com>; bambino <johnlee007181@hotmail.com>; "ccaniger@yahoo.fr" <ccaniger@yahoo.fr>; Diarra DIAKITE <diarradiakite@yahoo.fr>; egypte <alansary90@hotmailmsn.com>; mohamed elmehdi <mohamed.elmehdi@undp.org>; "fmaiga73@yahoo.com" <fmaiga73@yahoo.com>; france <atilorap68@hotmail.com>; habaye <habaye1@yahoo.fr>; lahayo <edjef@hotmail.com>; Nia Almadane LANSIRY <almadanilansard@hotmail.com>; "limasanogo@yahoo.com" <limasanogo@yahoo.fr>; diallo abdoulaye makan <abdoulaye2m@yahoo.fr>; Awa Maliki <awamaliki@yahoo.fr>; khady maliweb <khady.d@hotmail.fr>; "martype@hotmail.fr" <martype@hotmail.fr>; Menta Moctar <mentamoctar@yahoo.fr>; inawelene mossa <ewelene100@yahoo.fr>; Lamine Niang <l.niang@maliauto.net>; Mahamadou NIARE <niare_med@yahoo.fr>; ALIMA SANOGO <aline_13@hotmail.fr>; abdoul ag souleymane <agabdoul2005@yahoo.fr>; DOUMBIA Toumani <toumanidoumbia@hotmail.com>; Mao Traoré <maoptmali@hotmail.com>; "yadyr21@hotmail.com" <yadyr21@hotmail.com>
Envoyé le : Vendredi, 25 Septembre 2009, 4h28mn 22s
Objet : Re: [malilink] Kadhafi: les ex-colonisateurs doivent 7.770 milliards de dollars à l'Afrique

Also on

timesonline.co.uk :

1 item on Gadaffi (as they spell it)

and they give an impression of all the leaders'speeches (last item, If I remember correctly, it's  better to start at the end and work to the top ........)

including Kadhafi who seemed to be very confused and confusing his audience, who insulted persons and institutions, tore apart and threw away papers. Many walked out. In the end (after more than 1 1/2 h) one brought him a message: please stop......

At the conference many tried to avoid meeting him including Obama, I heard on tv.

K. left in an open car waving at ........? like he was the king/pope.... while demonstrators in the streets showed their dislike and anger with him.

I also read that being not welcome in the hotels the Libyans tried to get a place to stay presenting them as Dutch (but a different accent), being very rude and bullying.........so not welcome.


Personally I find it very hard to understand that anyone would like to be represented by such a personality, let be a whole continent.

It must be my old mind failing me big time, I guess.........

Nevertheless I think that as the big 5 have been abusing their veto-right all the time to get away - themselves or their friends - with inacceptable actions, I'm not at all for changing the big 5 into the big 6 or 7 but strongly for no veto-right at all.

1 Country 1 vote for exemple............

Below another article:


Vincent Hugeux- L'Express - 23/09/2009

Comment Kadhafi joue de sa capacité de nuisance

mercredi 23 septembre 2009

A la tribune de l'ONU, ce mercredi après-midi, comme à la tête de l'Union africaine, on craint ses foucades. Et on le ménage.

L'homme a peut-être renoncé au terrorisme, mais il persiste à jouer les grenades dégoupillées. Le raid new-yorkais de Muammar Kadhafi, plus redouté qu'attendu à compter de ce mercredi 23 septembre, aura hanté les nuits des pontes onusiens.

Leur cauchemar ? Que le "Guide" enfile son boubou chamarré d'imprécateur et, piétinant le protocole, assène à la faveur de la 64e session de l'Assemblée générale de l'ONU -sous présidence libyenne- une de ses harangues torrentielles. Lui qui, en quarante ans de règne, n'avait jamais daigné paraître à la tribune du "machin"...

"Ce type est fou !" L'abrupt verdict émane d'un haut dignitaire de l'Union africaine (UA), que préside depuis février l'imperator bédouin. Dément, Kadhafi ? Pas si sûr. Fantasque, déroutant, irascible, certes. Mais ses tenues excentriques, ses colères théâtrales et ses lubies géopolitiques, qui doivent moins à Maurice Duverger qu'à Salvador Dali, masquent une implacable cohérence, gage de sa longévité.

L'ancien officier putschiste, tombeur en 1969 du roi Idriss, peut bien récuser le concept même d'Etat : depuis le trépas du Gabonais Omar Bongo, il détient le titre de doyen des chefs d'Etat du continent, voire de la planète pour peu que l'on écarte du palmarès Elizabeth II d'Angleterre.

Or, la puissance de l'appareil répressif n'explique pas tout. Tenir quatre décennies durant la barre de la galère libyenne requiert un art consommé des équilibres tribaux. S'il privilégie les siens, Kadhafi le funambule a su concéder aux caïds d'autres clans divers leviers, puisant dans la rente pétrolière de quoi huiler les rouages du système. C'est ainsi que furent anéanties au fil des ans les dissidences monarchiste, islamiste et démocrate.

Sur l'échiquier mondial, la logique du forcené fait aussi ses preuves. Paria repenti, l'ami Muammar s'est offert à vil prix, dès 2003, un brevet de respectabilité. Il lui a suffi alors d'endosser la responsabilité de deux carnages -le Boeing de la Pan Am en 1988, puis le DC-10 d'UTA l'année suivante, soit 440 assassinats- et de renoncer à son arsenal de destruction massive, au demeurant embryonnaire.

Voilà comment le mécène favori des poseurs de bombes de tout poil devint l'allié de l'Occident sur le front de l'antiterrorisme. Le prodigieux pactole énergétique libyen -or noir et gaz- fera le reste. D'autant que ce Machiavel saharien joue à merveille des réserves accumulées -près de 100 milliards d'euros- mais aussi de la souplesse d'échine d'Européens hypnotisés par les promesses de contrats mirifiques. La palme en revient à l'Italie, ex-puissance coloniale, Londres et Paris se partageant un accessit.

C'est qu'au jeu du bonneteau le Guide de la "Grande Jamahiriya ("République des masses") arabe libyenne populaire et socialiste" excelle : il encaisse les concessions cash et paie ses contreparties à crédit ou en fausse monnaie. Des exemples ? Au choix, le marchandage associé à la libération des infirmières bulgares, le retour au pays du cerveau présumé de l'attentat de Lockerbie ou l'humiliant marché de dupes imposé à la Suisse (voir l'encadré).

"Il a fait de l'Union africaine sa chose"

Les ravages de la "méthode Kadhafi", mélange de largesses et de menaces, n'épargnent nullement ses "frères africains". "Il a fait de l'UA sa chose", soupire un diplomate chevronné, exposé aux foucades et aux diktats du timonier de la Jamahiriya. Dans la coulisse, on peste en silence. "La trouille et la hantise des caisses vides", grince cet initié.

Gare à ceux qui osent contester au grand jour l'instauration à la cravache d'"Etats-Unis d'Afrique", dotés d'un exécutif souverain. Telle est l'obsession du "roi des rois" du continent, adoubé en juillet en son fief de Syrte par une poignée de chefs coutumiers, sous le regard consterné de ses pairs.

Seuls l'Ouganda, l'Afrique du Sud, le Nigeria et quelques francs-tireurs réprouvent cette chimère, quitte à déchaîner les foudres du Guide. "Méfie-toi ! aurait lancé celui-ci à un réfractaire. J'ai déjà eu la tête de [l'ex-président sud-africain] Thabo Mbeki." L'Ougandais Yoweri Museveni impute d'ailleurs à Kadhafi la rébellion tribale qui a ensanglanté voilà peu Kampala.

Une certitude : Sa Majesté Muammar Ier foule aux pieds le credo de l'UA. Il a tour à tour interdit aux pays membres de coopérer avec la Cour pénale internationale, béni les putschistes mauritaniens et désavoué la limitation du nombre de mandats présidentiels comme le suffrage universel. Normal : Kadhafi l'Africain ne veut entendre qu'une seule voix : la sienne.

-  Le guide des affaires

Déesse de la justice, Thémis a-t-elle troqué son glaive contre la lame courbe d'un cimeterre ? Vu de Tripoli, on le jurerait...

Douche écossaise.

Le 20 août, l'agent Abdel Basset Ali al-Megrahi, condamné à la prison à vie pour son implication dans l'attentat de Lockerbie, est accueilli en héros à l'aéroport militaire de Tripoli. Et ce au mépris des promesses de retenue libyennes. Pour justifier cette libération, le ministre écossais de la Justice, Kenny MacAskill, invoque un motif humanitaire : considéré au pays comme un "otage", Al-Megrahi serait atteint d'un cancer en phase terminale. Fils aîné de Muammar Kadhafi, Saïf al-Islam lie implicitement son élargissement aux modalités d'exécution d'un contrat gazier, arraché en 2007 par la société BP. Et le démenti formel du Premier ministre britannique Gordon Brown peine à dissiper le malaise.

Un aller simple pour Canossa.

Le même 20 août, Hans-Rudolf Merz, président de la Confédération suisse, présente à Tripoli ses "excuses" pour l'"arrestation injuste" de Hannibal Kadhafi, autre rejeton du Guide, et de son épouse, interpellés en juillet 2008, à Genève, pour avoir maltraité deux de leurs domestiques, puis libérés sous caution. En représailles, la Libye avait suspendu ses livraisons de pétrole, retiré 5 milliards d'euros d'avoirs à l'abri en Suisse, appelé au "démantèlement" de ce "pays mafieux" et incarcéré deux citoyens helvétiques. Lesquels devaient, en contrepartie de l'acte de contrition de Merz, recouvrer la liberté. "Si je rentre sans eux, avait concédé ce dernier, je serai ridicule." Il est rentré. Pas eux.

Bonne journée, Yvonne

2009/9/24 ASSADEK Aboubacrine <assadekab@yahoo.fr>
International




  Kadhafi: les ex-colonisateurs doivent 7.770 milliards de dollars à l'Afrique

  23/09/2009 Commentaires [ 16 ] E-mail Imprimer

Mouammar Kadhafi brandit des notes
pour son discours et la charte des
Nations unies, au cours de son
intervention. © AFP

NEW YORK (Nations unies) (AFP) - mercredi 23 septembre 2009 - 20h04 - Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a estimé mercredi à l'ONU que l'Afrique devrait recevoir 7.770 milliards de dollars de dédommagements de ses anciens colonisateurs, sans préciser comment il était parvenu à ce montant.
"7.770 milliards de dollars, c'est le dédommagement que mérite l'Afrique colonisée", a-t-il lancé lors d'une interminable intervention à la tribune de l'ONU.

"Les Africains vont réclamer cela et si vous ne le leur donnez pas ce montant de 7.770 milliards, les Africains iront là où vous avez emporté ces milliards", a poursuivi le colonel. "Ils ont le droit de récupérer cet argent et ils le récupéreront", a-t-il lancé. 

Dans son discours, son premier devant l'assemblée générale de l'ONU, le colonel Kadhafi s'est surtout livré à une attaque contre la domination exercée selon lui sur le Conseil de sécurité par ses cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie) et à leur droit de veto.

Le dirigeant libyen a parlé durant une heure et 35 minutes devant l'Assemblée générale de l'ONU alors que seulement 15 minutes étaient imparties aux chefs d'Etat et de gouvernement.

Le président américain Barack Obama avait également dépassé le temps prévu avec une intervention de 40 minutes.

Le record appartiendrait au dirigeant cubain Fidel Castro, avec une intervention de quatre heures et demie en 1960. 

AFP



 
576 hits

 
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44




Aucun commentaire: