samedi 12 septembre 2009

Bandiougou Doumbia à propos de sa cassette sur le Code de la famille " J'ai été reçu par ATT, on s'est compris... "


Bandiougou Doumbia à propos de sa cassette sur le Code de la famille " J'ai été reçu par ATT, on s'est compris... "
11/09/2009 12:58:00 L'Indépendant
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Bandiougou Doumbia

Le Président de la République, Amadou Toumani Touré a reçu, le lundi 7 septembre, une délégation de l'Union des Jeunes Musulmans du Mali (UJMM). Cette rencontre s'inscrivait dans le cadre des échanges initiés par lui autour du Code des personnes et de la famille dont l'adoption, le 3 août dernier, par l'Assemblée nationale, avait plongé le pays dans une atmosphère de contestation généralisée. La délégation de l'UJMM était conduite par son président et comprenait des membres du bureau dont le secrétaire aux affaires religieuses, El Hadji Bandiougou Doumbia. Celui-là même qui, dans un entretien exclusif avec L'Indépendant, déclarait : "Si ATT avait promulgué le Code, nous étions prêts à déclencher le jihad". Avant de réaliser et de mettre sur le marché, le 23 août dernier, une cassette audio sur le Code, qui continue de faire des vagues dans l'opinion. Et pour cause : dans cet enregistrement, il traite, en des termes très sévères, des personnalités de haut rang dont le président ATT, le Premier ministre Modibo Sidibé, le Président de l'Assemblée Nationale Dioncounda Traoré, le ministre de la Justice, Maharafa Traoré et des députés. Entre autres. Lire en page 3 l'entretien exclusif qu'il nous a accordé.

L'audience que le Président de la République, Amadou Toumani Touré, a accordée aux jeunes musulmans, a porté sur le Code des personnes et de la famille. Selon nos sources, ATT a expliqué à la délégation de l'UJMM pourquoi il a décidé d'élaborer un Code pour le Mali.



Les jeunes l'ont religieusement écouté. Avant de lui exprimer leurs inquiétudes, qui ne sont pas différentes de celles du Haut Conseil Islamique du Mali.



ATT a promis aux jeunes, qu'il n'entreprendra rien sur l'adoption du Code, sans les informer. Après cette audience, le Président de la République a eu un entretien privé avec le jeune prêcheur de Dravela, Bandiougou Doumbia. Selon ce dernier, ATT lui a fait savoir, que chaque jour, des gens lui apportent sa cassette.

" Il m'a dit, qu'il recevait plus d'une vingtaine de copies par jour, et jusqu'à ce que, lui-même, a demandé aux gens de ne plus lui amener de copies. Il m'a dit, qu'il a écouté la cassette plusieurs fois. Pour lui, je devrais venir le voir avant de réaliser l'œuvre, car, il me connaît et priait dans notre mosquée. Je pratiquais l'art martial au dojo du camp para avec lui. Mieux c'est mon beau frère. Mon ami est marié à sa première fille. Pour lui, je le connais assez pour faire de telle chose " a t-il précisé.

Aux dires de Bandiougou Doumbia, cette cassette, vise à attirer l'attention des autorités. Mieux, il pense qu'il n'a pas insulté les gens " Je n'ai dit que ce qu'ils font, peut être que ça leur fait peur. Moi, je n'ai pas insulté quelqu'un je n'ai dit que ce qu'ils font et ce que le monde voit à longueur de journée. Et c'est pourquoi ça leur a fait mal ". Pour ce qui est du cas de ATT, Bandiougou dit qu'à plusieurs reprises il a fait des prêches sur le président dans leur mosquée à Dravela et que les cassettes de ces prêches existent. Il a tout fait pour le rencontrer, et a même envoyé des messages au président, sans succès. " Avec l'affaire du code je ne pouvais pas rester sans rien faire, parce que bien avant l'adoption du code, nous avons cherché en vain à le voir. Ce que les gens ne savent pas, c'est que la cassette est sortie le 23 août 2009, bien avant que le président ne commence ses concertations avec tout le monde. Donc, je pense que ma cassette a contribué à désamorcer la crise. On a marché, fait des meetings, mais c'est quand la cassette est sortie que le président a commencé à rencontrer les gens ". Pour Bandiougou tout ce qu'il a dit a été dit pendant, une période de tension.

La cassette était déjà sur le marché. Il a arrêté de faire des copies. Mais les gens détenant des copies, il lui était impossible de freiner sa multiplication.

" Nous ne nous sommes pas compris à un moment. Le président nous a assuré qu'il ne fera rien pour ce qui est du Code, sans nous informer. Et que même si l'Assemblée adoptait le Code, il prendrait le temps d'échanger avec les gens avant de le promulguer. Je peux demander pardon à ATT, à lui seul. Il n’y aura plus de combat. Le pardon que je lui demande est que tout cela s'est passé dans une période de tension. Ce n'est pas par peur ou par profit que je lui demande pardon. Parce qu'il m'a dit que je pouvais le voir et lui faire part de mes préoccupations par rapport au code. Mais en réalité je n'ai pas fait la cassette sur ATT, mais sur les gens qui ne lui disent pas la vérité, sur des faits réels qui se passent en longueur de journée. Désormais je vais chercher à le voir, mais si je ne parviens pas à le voir je fais une autre cassette. Mais je lui présente mes excuses " a-til poursuivi. Bandiougou dit n'avoir pas été arrêté ni interpellé, et qu'il est toujours à ATTbougou, " je ne suis pas inquiété pour le moment Dieu merci ".



Kassim TRAORE

Aucun commentaire: