lundi 25 mai 2009

Au diable, les pervers : Le Mali à l’heure des pédés et des lesbiennes

Au diable, les pervers : Le Mali à l’heure des pédés et des lesbiennes
24/05/2009 12:54:00 Moeurs
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Ils bravent Dieu, la nature et le bon sens. Ils seraient devenus si nombreux et si prospères sous le ciel malien, hélas soumis à toutes les mauvaises influences de la terre, qu'ils sont sur le point de provoquer une calamité en organisant leur partouze, pardon leur congrès. Ils, ce sont les ''za'', ''dièguè'', pédés, gouines, lesbiennes et autres ''tiètè moussotè'' pas toujours faciles à identifier.


Au diable, les pervers : Le Mali à l’heure des pédés et des lesbiennes
24/05/2009 12:54:00 Moeurs
Taille de la police: Decrease font Enlarge font

Ils bravent Dieu, la nature et le bon sens. Ils seraient devenus si nombreux et si prospères sous le ciel malien, hélas soumis à toutes les mauvaises influences de la terre, qu'ils sont sur le point de provoquer une calamité en organisant leur partouze, pardon leur congrès. Ils, ce sont les ''za'', ''dièguè'', pédés, gouines, lesbiennes et autres ''tiètè moussotè'' pas toujours faciles à identifier.



Ils bravent Dieu, la nature et le bon sens. Ils seraient devenus si nombreux et si prospères sous le ciel malien, hélas soumis à toutes les mauvaises influences de la terre, qu'ils sont sur le point de provoquer une calamité en organisant leur partouze, pardon leur congrès.

Ils, ce sont les ''za'', ''dièguè'', pédés, gouines, lesbiennes et autres ''tiètè moussotè'' pas toujours faciles à identifier.

Instinct animal quand tu habites la bête humaine ! Au secours, ATT ! Nos bonnes vieilles moeurs !

Vous avez dit autorité ?

Bien curieuses, les relations existant entre gouvernés et gouvernants dans notre pays ! Le constat est, à la fois, amer et flagrant : le Malien se fiche éperdument de respecter l'autorité, si haut perchée soit-elle. Comme s'il tirait un certain plaisir à braver ce qui est interdit.

Refus de libérer les voies publiques, sabotages des décisions de justice, mépris souverain pour tout ce qui émane d'un responsable public…On pourrait multiplier la preuve à l'infini.

Le drame est que tout le monde en est plus moins conscient de cette situation. Plus connue, sa dénomination technique, à savoir l'incivisme, apparaît comme un doux. Il ne serait pas exagéré de parler de désobéissance civile, non pas de façon organisée certes comme on a coutume de voir, mais suffisamment grave tout de même à cause de l'ampleur du phénomène.

A votre avis, qu'est-ce qui pourrait expliquer le fait que le Malien a du mal à comprendre que l'autorité, ça se respecte ? Est-ce parce qu'il croit savoir que celle-ci a pu avoir été mal élue ou mal nommée ? Ou que ses décisions aient pu être conditionnées par des intérêts matériels, financiers,… des considérations d'ordre ethnique, parental ou relationnel? Ou encore que celle-ci ait pu perdre toute sérénité au moment de décider à cause du charme des belles de nuit ?

Qui peut nous dire pourquoi la parole d'une autorité a la même valeur qu'un pet d'âne aux yeux du Malien?

Cherchez et trouvez la réponse parmi ces questions.

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg
Subscribe to comments feed Réactions (1 postées):
Aly DRC le 24/05/2009 14:53:15
avatar
Bravo pour l'article.
Il temps d'ouvrir les yeux et gwerer ce pays selon nos us et coutumes tout en respectant les lois republicaines.
Cela fait reellement defaut. L'incivisme est devenu une fierté au lieu d'un mal qu'ilfaut mater et corriger.
Ils bravent Dieu, la nature et le bon sens. Ils seraient devenus si nombreux et si prospères sous le ciel malien, hélas soumis à toutes les mauvaises influences de la terre, qu'ils sont sur le point de provoquer une calamité en organisant leur partouze, pardon leur congrès.

Ils, ce sont les ''za'', ''dièguè'', pédés, gouines, lesbiennes et autres ''tiètè moussotè'' pas toujours faciles à identifier.

Instinct animal quand tu habites la bête humaine ! Au secours, ATT ! Nos bonnes vieilles moeurs !

Vous avez dit autorité ?

Bien curieuses, les relations existant entre gouvernés et gouvernants dans notre pays ! Le constat est, à la fois, amer et flagrant : le Malien se fiche éperdument de respecter l'autorité, si haut perchée soit-elle. Comme s'il tirait un certain plaisir à braver ce qui est interdit.

Refus de libérer les voies publiques, sabotages des décisions de justice, mépris souverain pour tout ce qui émane d'un responsable public…On pourrait multiplier la preuve à l'infini.

Le drame est que tout le monde en est plus moins conscient de cette situation. Plus connue, sa dénomination technique, à savoir l'incivisme, apparaît comme un doux. Il ne serait pas exagéré de parler de désobéissance civile, non pas de façon organisée certes comme on a coutume de voir, mais suffisamment grave tout de même à cause de l'ampleur du phénomène.

A votre avis, qu'est-ce qui pourrait expliquer le fait que le Malien a du mal à comprendre que l'autorité, ça se respecte ? Est-ce parce qu'il croit savoir que celle-ci a pu avoir été mal élue ou mal nommée ? Ou que ses décisions aient pu être conditionnées par des intérêts matériels, financiers,… des considérations d'ordre ethnique, parental ou relationnel? Ou encore que celle-ci ait pu perdre toute sérénité au moment de décider à cause du charme des belles de nuit ?

Qui peut nous dire pourquoi la parole d'une autorité a la même valeur qu'un pet d'âne aux yeux du Malien?

Cherchez et trouvez la réponse parmi ces questions.

Ajouter à: Add to your del.icio.us del.icio.us | Digg this story Digg
Subscribe to comments feed Réactions (1 postées):
Aly DRC le 24/05/2009 14:53:15
avatar
Bravo pour l'article.
Il temps d'ouvrir les yeux et gwerer ce pays selon nos us et coutumes tout en respectant les lois republicaines.
Cela fait reellement defaut. L'incivisme est devenu une fierté au lieu d'un mal qu'ilfaut mater et corriger.

Aucun commentaire: