mercredi 28 janvier 2009

Trois officiers libérés : Pour quelle suite ?







Nouvelles Brèves
Trois officiers libérés : Pour quelle suite ?
Le Scorpion52, 28/01/2009 Commentaires53 [ 5 ] 54 E-mail55 56 Imprimer57

Les trois capitaines de l’armée malienne, qui étaient encore entre les mains de Bahanga et sa clique, plusieurs mois durant, ont été libérés. L’annonce de leur libération a été faite le Week-end dernier par le gofernement. Il ne restait plus que ces trois infortunés dans les grottes de Bahanga and co.



Les conditions de leur libération ne sont pas encore connues. Le communiqué des autorités s’est contenté d’indiquer que leur élargissement est intervenu, suite à la médiation menée par des chefs des communautés touareg. Bahanga, qui avait maintenu en otage, les officiers en question pour faire d’eux sa carte maîtresse en vue de faire plier Bamako à ses exigences, n’avait plus le choix. Acculé sur l’ensemble du territoire national il n’a que trois possibilités maintenant: se rendre aux forces armées maliennes, mourir les armes à la main ou fuir le Mali pour se réfugier en Algérie ou en Libye. En tous les cas, ATT n’a pas assez de marge de manœuvre pour l’offrir une nouvelle porte de sortie par la voie de la négociation, après le massacre de Nampala.



Offensive de l’armée sur Boureissa

Bahanga en débandade

Dans la matinée du jeudi, l’armée malienne a attaqué une colonne de la rébellion faisant 31 morts 28 blessés et plusieurs prisonniers. Quatre véhicules bourrés d’armes ont été saisis. Il s’agit là d’un joli cadeau que le général Gabriel Poudiougou et ses éléments offrent aux Maliens au sortir des festivités commémoratives du 48e anniversaire de la création de l’armée malienne, le 20 janvier.



Les bidasses redonnent espoir aux maliens

Les soldats de la zone de défense N°1 basés à Gao et opérant au Nord-Est (Kidal) viennent de perpétrer un série d’attaques victorieuses, (de sources officielles) dans la région Kidal, contre les rebelles touareg d’Ibrahim Ag Bahanga. Ces attaques, qui ont causé de lourdes pertes dans les rangs de l’ennemi, n’ont pas manqué de redonner espoir aux Maliens qui attendaient cela depuis belle lurette. La politique de la main tendue du locataire du palais de Koulouba n’était-elle pas à la base de la trop longue attente ? Il a fallu l’arrivée des durs à la tête de l’armée pour que la donne change sur le terrain. L’armée n’est pas contre le dialogue prôné par le pouvoir, mais elle cherche d’abord à jouer son rôle contre des rebelles qui n’entendent que la politique du canon. Cette fermeté est entrain de porter des fruits.



Bahanga toujours en cabale

Le commandant de la zone de défense N°1 du Mali, le Colonel El Hadj Gamou n’a qu’une seule Obsession, aujourd’hui, mettre le grappin sur le chef rebelle, Ibrahim Ag Bahanga. Ce dernier, qui est toujours en cabale, est hâtivement recherché dans toute la région de Kidal. Tant qu’il est libre dans les montagnes du Tegarghar, il constituera toujours un danger à l’ordre et à la sécurité du Nord-Est du Mali. Tous les renseignements généraux sont mis en branle pour atteindre cet objectif. Au moment où le pays se prépare à aller aux élections communales, le pouvoir a plus que jamais besoin de finir avec la crise du nord. Cette option ne peut être possible qu’avec l’arrestation, mort ou vivant, de cet homme qui ne recule devant aucune action macabre pour défendre ses intérêts de trafic d’armes et de stupéfiants.



Reculade démocratique :

Brève arrestation du boss du CRAJ

Le Président du CRAJ (Cercle de Réflexion et d’Action des Jeunes), Mahamane Mariko a été arrêté puis libéré pour n’avoir pas su tenir la langue sur l’évolution de la crise du nord, après l’attaque rebelle de Nampala, le 20 décembre 2008. L’organisation d’une confépresse pour dénoncer la gestion de cette crise par Sa Majesté Zounzani 1er lui a valu une brève arrestation de 48 heures. Ne s’agit-il pas d’une attitude visant à porter atteinte à la liberté d’expression au Mali? L’intéressé a annoncé dans le canard, Info-Matin que rester silencieux devant la crise du Nord- Mali est une haute trahison. Il a souligné dans le même canard qu’un commando est venu l’enlever sur son lieu de travail pour le conduire au siège de la Sécurité d’Etat au motif qu’il y a un avis de recherche le concernant pour avoir affiché un certain nombre de messages considérés par le pouvoir comme des tracts. La BIJ a ouvert contre lui un dossier judiciaire. C’est ainsi qu’il a été présenté au parquet pour une éventuelle inculpation. Heureusement, le Procureur n’a pas suivi la démarche de la SE. Mahamane lui même a qualifié son arrestation d’arbitraire dénuée de tout fondement.En tout cas une réculade démocratique.





Spéculation foncière

Après Bamako, Koulikoro dans la danse

Des communiqués fusent de partout émanant des responsables politiques et administratifs de Kati fixant au samedi 31 janvier, comme date butoir pour retirer les terrains à usage d’habitation à leurs propriétaires actuels en vue de les céder aux «grotos» du pays à plusieurs milliers, voire millions de francs CFA. Telle est la logique en cours dans la région de Koulikoro. N’est-ce pas là une «belle opportunité» pour se faire les poches à l’approche des échéances communales d’avril 2009? Ce qui est sûr, les responsables de la 2e région du Mali veulent tenter chez eux, ce qui n’a pas marché dans le District de Bamako. Il s’agit là d’une spéculation foncière administrativo-municipale déguisée qui risque de mettre du feu aux poudres. A moins que le goferneur de Koulikoro intervienne là aussi pour mettre de l’ordre, comme ce fut le cas à Bamako. A défaut de disposer des parcelles à vendre, certains maires veulent s’enrichir par le retrait forcé des parcelles aux propriétaires légaux au motif qu’elles n’ont pas été mises en valeur dans les délais requis. Dommage pour ce pays où les plus forts continuent à piétiner les plus faibles.



Les politicards en manque de sous

Les partis risquent de faire jeu égal avec les candidats indépendants lors des prochaines communales. Ils n’ont pas un moindre sou pour préparer les élections et espèrent sur les subventions de l’Etat pour sauver la face-en même temps, ils ne perdent pas de vue que le Trésor public est vide. Dans ces conditions, il y a risque que les Etats majors politiques assistent aux élections en spectateurs. Ce qui ne fera que le bonheur des candidats indépendants y compris ceux issus du Mouvement citoyen très proche du locataire de la Maison Mali de Koulouba.





Vente dévaluée de la SOTELMA :

Quelle marge de manœuvre pour le gofernement ?

L’opérateur historique de téléphonie va céder la majorité de son capital (51%) aux Marocains qui on été les plus offrant en proposant 165 milliards de FCFA contre, un plafond souhaité de 200 milliards de FCFA fixé par l’Etat. d’où un manque à gagner de 35 milliards de FCFA. L’Etat diffère toujours sa décision d’accepter ou de refuser l’offre du Royaume chérifien. Sa marge de manœuvre semble mince dans cette affaire. En déclarant infructueuse, la cession de la SOTELMA, il prendra le risque de retarder la privatisation de l’opérateur historique. Toutes choses qui risqueront de différer le déblocage de l’enveloppe d’appui financier des institutions de Brettons Wood (FMI et Banque Mondiale). Les Marocains savent bien que les autorités sont sous la pression des institutions de Washington, raison pour laquelle, ils se campent à 165 milliards. Dans cette circonstance, le Conseil des ministres n’aura d’autres choix que d’entériner l’offre marocaine pour tourner la page SOTELMA et faire face au dossier brûlant de la vente de la CMDT, le géant du coton.



La BICIM à l’avant-garde du modernisme

La Banque Internationale pour le Commerce et l’Industrie du Mali (BICIM), en s’engageant pour soutenir Orange Money, opte pour la modernisation du secteur bancaire au Mali. Il s’agit pour elle de garantir l’opérateur privé de téléphonie à faciliter le transfert d’argent de ses clients à l’intérieur du pays et d’alléger leur tâche dans le paiement des factures d’eau et d’électricité au niveau de l’énergie du Mali. Si le programme démarre, il sera possible aux clients d’Orange Mali de payer leurs factures à travers leur téléphone mobile.



Le monde musical en deuil:

Monsieur 4444 ne soufflera plus dans la trompette

Le légendaire musicien du Mali, Harouna Barry a été porté sous terre, le lundi, par les siens. Il a choisi de nous quitter dans la matinée dominicale à la surprise de tout le monde. Ce grand musicien trompettiste était connu de tous pour avoir marqué, plusieurs décennies durant, la musique malienne. Né le 4/4/1944, il était appelé par ses intimes, Monsieur 4444. La jeunesse de Kayes puis le tout Mali se souviendra de lui comme un rassembleur, un meneur d’hommes, un découvreur de talent, un jeune débordant d’énergie qui a excellé dans les disciplines sportives et dans tous les compartiments de l’art. Harouna n’était pas que saxophoniste. Il jouait à la perfection de tous les instruments disponibles dans un orchestre moderne et même folklorique. L’absence d’un ou même de deux éléments, dans un de ses groupes, n’a jamais constitué un problème. Il était l’inamovible chef d’orchestre du Gofé Star de Kayes et responsable à plusieurs niveaux de la troupe régionale. Il savait suppléer les absences comme les insuffisances avec une maestria déroutante. De lui, on retiendra aussi sa formidable amitié avec le regretté et exceptionnel, Moussa Mody Sacko et le grand artiste et animateur Kardjigué Laïco Traoré.

Il a été patron de l’Ensemble Instrumental du Mali qui a porté loin, la musique malienne pendant les décennies 70 et 80, l’Askia Jazz, Las Maravillas, Badema, tout y est passé. Monsieur 4444 a accompagné plusieurs chanteurs du Mali dans le montage de leurs albums. Depuis trois ans, le maestro luttait contre une maladie qui a fini par avoir raison de lui. Il allait avoir 65 ans le 04 avril prochain si dieu lui avait prêté longue vie. Il n’a pas eu cette chance. C’est une grosse perte pour toute la nation malienne, en général, et pour le monde artistique et musical malien, en particulier. Dors en paix, Harouna Barry. Que la terre te soit légère.
Le Scorpion58, est seul responsable du contenu de cet article
712 hits

Vos commentaires
Posté par foudkg, le 28 Jan 2009 18:25:55 GMT
Bahanga a relaché les 3 officiers pour pouvoir les faire à nouveau
prisonniers le mois prochain

Réponse de < foudkg > à < homme debout sabre au cla >, le 28 Jan 2009 18:47:48 GMT
un peu des deux !!!! tu dois commencer à me connaitre maintenant .......................c'est quand meme plus valorisant pour Bahanga de prendre des officiers plutot que de simples soldats qui se demandent ce qu'ils foutent là bas
Répondre à < foudkg >59
Réponse de < homme debout sabre au cla > à < foudkg >, le 28 Jan 2009 18:38:03 GMT
Cynisme ou provocation?

Posté par le vrais malien, le 28 Jan 2009 11:48:31 GMT
scorpion; vous n'avez reçus aucun commentaire, dommage.Mais vous savez
pourquoi? parce les gens en on marres des mensonges surtout par rapport
à bahanga par exple ( bahanga En cabale) alors qu'au contraire il a
repousé l'armée loin de sa base de Boureissa d'après de sources sures.

Réponse de < Sentinelle > à < le vrais malien >, le 28 Jan 2009 11:58:45 GMT
"scorpion; vous n'avez reçus aucun commentaire, dommage.Mais vous savez pourquoi? parce les gens en on marres des mensonges surtout par rapport à bahanga par exple ( bahanga En cabale) alors qu'au contraire il a repousé l'armée loin de sa base de Boureissa d'après de sources sures."
Répondre à < Sentinelle >60

Aucun commentaire: