mercredi 20 août 2008

Les Bleues battues par la Russie et l'arbitrage



Par AFP
Les handballeuses françaises sont allées au bout de leurs forces et de deux prolongations avant de céder mardi 32-31 devant la Russie, championne du monde en titre, en quarts de finale du tournoi olympique de Pékin.


Après une série de matches indignes d'elles, elles ont retrouvé leur jeu avec une Valérie Nicolas éblouissante dans les buts pour inquiéter jusqu'au bout les favorites du tournoi.


"Elles ont été extraordinaires, je suis très fière de l'équipe. Ça peut paraître bizarre mais il y a un grand sentiment de satisfaction", a déclaré l'entraîneur Olivier Krumbholz.


La France a mené tout le match, comptant quatre buts d'avance (16-12) à la mi-temps, mais n'a pu empêcher la Russie d'égaliser 23-23 à trois minutes de la fin du temps règlementaire, conclu à 24-24.

Les Françaises ont également fait la course en tête durant la première prolongation de dix minutes mais une fois encore les Russes ont mieux fini et ce sont les Bleues qui ont dû égaliser 29-29 dans les dernières secondes.


La dernière prolongation a été étouffante. Les Russes on pris un tout petit but d'avance, 31-30, puis les Françaises ont égalisé avant de concéder le but fatal à une minute de la fin et de gâcher deux occasions d'égaliser.



KRUMBHOLZ: "L'ARBITRAGE, CE N'ETAIT PAS LE SPORT"


"On avait prévu de se sortir les tripes. On avait prévu d'être nous-mêmes et, surtout de jouer au handball. On s'était interdit de rester prostrées. On s'était promis de ne pas regarder le résultat avant la fin", a déclaré la capitaine Stéphanie Cano.


"On a tenu longtemps. Double prolongation... J'ai vraiment cru que ça allait se finir aux penalties."


La gardienne Valérie Nicolas a arrêté 21 tirs sur 52 et Mariama Signate a terminé meilleure marqueuse de la rencontre avec sept buts.


En vain. Au bout d'un match aussi fou que la finale du championnat du monde 1999 en Norvège, déjà perdu à l'époque par les Françaises, les Bleues sont sorties des Jeux olympiques.


Olivier Krumholz a passé sa déception sur les arbitres chinoises et la fédération internationale.


"Les deux Chinoises, chaque fois qu'elles arbitrent elles sont nulles, et on les met sur un quart de finale", a-t-il tonné.


"Ces messieurs de la Fédération internationale pensaient que l'équipe de France n'avait pas le niveau pour faire un grand match. Il faut que tous ces gens démissionnent, il faut mettre des gens sérieux à la tête de l'IHF", a-t-il ajouté.


"Ce n'est pas le sport. Le match, c'était le sport, les Russes, c'était le sport, les Françaises, c'était le sport mais l'arbitrage, ce n'était pas le sport", a conclu Krumbholz.


Les demi-finales opposeront la Norvège, qui a battu la Suède 31-24, à la Corée du Sud, vainqueur de la Chine 31-23 et la Russie à la Hongrie, qui a éliminé la Roumanie 34-30.

Aucun commentaire: