jeudi 7 août 2008

L’ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF: Comment y parvenir?


L’ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF: Comment y parvenir?
06 August, 2008 05:57:00 NOUVEL HORIZON DU 6 AOUT 08
Taille de la police:
ALLAITEMENT MATERNEL EXCLUSIF Il est évident que le lait maternel est l’alimentation la mieux adaptée au nourrisson et au jeune enfant et qu’il est essentiel pour une croissance et un développement optimum. Malgré l’importance du lait maternel, les femmes à travers le monde n’allaitent pas correctement leurs bébés. En 2002, l’OMS et l’UNICEF ont lancé la stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant qui appelle les gouvernements et tous les responsables à : “faire en sorte que le secteur de la santé et les autres secteurs pertinents protègent, encouragent et soutiennent l’allaitement maternel exclusif pendant six mois et la poursuite de l’allaitement jusqu’à l’âge de deux ans ou au-delà, tout en donnant aux femmes l’accès aux moyens nécessaires dans la famille, dans la communauté et au travail pour y parvenir”.

L’OBJECTIF DE LA STRATEGIE Cette stratégie a pour objectif de stimuler les initiatives dans le monde afin que tout le monde puisse comprendre l’importance de l’allaitement exclusif qui signifie que le nourrisson ne reçoit que du lait de sa mère ou du lait de femme exprimé et recueilli ou du lait d’une nourrice jusqu’à six mois et aucun autre aliment ni boisson à l’exception de vitamines, minéraux ou médicaments en sirop ou gouttes. Comme dans la plupart des pays du monde l’allaitement maternel exclusif n’est pas une réalité au Mali. Selon l’Enquête Démographie et de Santé de 2006, 38% des femmes pratiquent l’allaitement maternel exclusif et 53% des femmes maliennes allaitent leurs bébés en associant d’autres aliments compléments. En faisant une analyse de la situation, le faible taux d’allaitement maternel exclusif peut s’expliquer. DES CONTRAINTES D’une part, à travers nos réalités sociales et culturelles il est difficile pour une femme de pratiquer l’allaitement maternel exclusif. Depuis la quarantaine les grands parents commencent à donner au nouveau né des tisanes, des décoctions de plantes. Généralement les mamans n’ont pas leurs mots à dire. Et toutes les femmes analphabètes ou lettrées travailleuses ou pas sont confrontés à ce problème. D’autre part, les femmes travailleuses ont du mal à pratiquer l’allaitement maternel exclusif car, elles font plusieurs heures au travail sans entrer en contact avec leurs bébés. A cause des distances qui séparent les lieux de travail aux maisons, les mamans n’ont pas la possibilité de se rendre à leurs domicile pour faire téter leurs bébés. Alors comment parvenir à l’allaitement maternel exclusif? LES MAMANS ONT BESOIN DU SOUTIEN DE TOUS Pour que les mamans pratiquent l’allaitement maternel exclusif, elles ont besoin du soutien de tout le monde au niveau de la famille, de la communauté. Un soutien qui peut être varié. A tout cela on doit ajouter la volonté politique pour rendre plus facile la tâche des femmes travailleuses. En plus de la célébration de la semaine mondiale de l’allaitement maternel, au cours de laquelle les activités de sensibilisation sont ménées, les autorités compétentes, en collaboration avec les associations et ONG de défense des droits de la femme et de l’enfant, doivent faire des propositions pour mieux soutenir les mères qui allaitent. Pourquoi ne pas envisager de permettre aux mamans d’amener leurs bébés au travail pour qu’elles puissent allaiter convenablement? Pour cela, il faut une implication des chefs d’entreprises et de services publics ou privés. Mais surtout une bonne conduite de ces mamans, elles ne doivent pas penser que tout leur est permis. Il faut par ailleurs souligner que le non allaitement à un impact sur l’enfant, la mère, la communauté et le système de santé. Autrement dit, un bébé non allaité maternellement est exposé à des infections, les mères qui n’allaitent pas ont plus de risques de souffrir des maladies comme les cancers du sein, des ovaires. Les communautés et les systèmes de santé pâtissent aussi du non allaitement comme l’augmentation des coûts pour le traitement des infections, l’absentéisme au travail des mères d’enfants malades. Dado CAMARA
Source: NOUVEL HORIZON DU 6 AOUT 08

Aucun commentaire: