samedi 30 août 2008

Education : Forum national sur l'éducation;Ségou diagnostique et propose


Education : Forum national sur l'éducation;Ségou diagnostique et propose
le 28/8/2008 15:15:48

Près de 500 acteurs du développement de la 4è Région ont débattu de lundi à mercredi dans le cadres des concertations régionales, de notre système éducatif en prélude au Forum national sur l'éducation.
A la cérémonie d'ouverture présidée par le gouverneur de la région Abou Sow, le deuxième adjoint du maire de Ségou, Nouhoum Diarra, a invité au langage de la vérité afin de sortir l'école de l'ornière.

Auparavant le chef de l'équipe technique nationale avait rappelé les objectifs, contexte et autres axes stratégiques du Forum national sur l'éducation.
Les maux dont souffre notre école, a souligné Abou Sow, sont d'ordre structurel. Ils se manifestent par ses difficultés à s'adapter au rythme de l'évolution des besoins de scolarisation et de formation, son incapacité à s'accrocher à l'évolution rapide de la science et de la technologie, son instabilité chronique et ses perturbations, la faiblesse du niveau de l'enseignant et de l'élève compromettant sa compétitivité sous régionale, régionale et universelle.
L'état des lieux établi par le président de l'Assemblée régionale, Me Sékou Alou Diallo, fait ressortir dans la gestion des ressources humaines -le premier des 5 thèmes débattus- une multitude de problèmes : insuffisance du personnel dans tous les ordres et de conseillers pédagogiques, mauvaise répartition des enseignants, absence de prime liée à certaines fonctions administratives scolaires, prise en charge des écoles communautaires, reclassement des contractuels des collectivités.
Sur le thème suivant traitant des programmes, méthodes et contrôle pédagogique, Ségou constate une multiplicité de méthodes et une insuffisance dans l'évaluation des apprentissages, une prolifération anarchique des innovations pédagogiques et des partenaires inappropriés, une mauvaise organisation des examens et faible cohérence entre les programmes des différents ordres d'enseignement.
Sur la gestion de l'école en mode décentralisé (thème 3), la région note la faible implication des collectivités dans le financement de l'école, le retard du transfert des compétences et ressources aux collectivités, le conflit de compétence entre APE et CGS et l'insuffisance de concertation interpartenariale des acteurs de l'école.

Le thème 4 porte sur la politique des langues nationales. Les travaux de Ségou déplorent à ce propos le non usage de nos langues nationales dans l'administration, la non insertion dans les circuits de formation et de production des néo-alphabètes et ceux sortant des CED, la confusion entre le travail des enfants et leur socialisation, la sous-scolarisation, le chômage et le manque de filière porteuse caractérisant le non formel qui reste le parent pauvre du système.
L'examen du 5è thème portant sur le cadre législatif et réglementaire, incite Ségou a souligné l'inapplication du décret 313 sur l'éducation et une gestion du non formel abandonnée aux amateurs. Chacune des difficultés identifiées est accompagnée de propositions d'amélioration.
La région de Ségou compte deux académies d'enseignement (Ségou et San), huit centres d'animation pédagogique, 88 centres de développement de la petite enfance, un centre de rééducation pour déficients mentaux, une école pour sourds-muets, une autre pour handicapés visuels, 1338 premiers cycles, 229 seconds cycles, 781 centres d'alphabétisation fonctionnelle, 247 CED, 20 lycées dont un technique, 17 écoles d'enseignement technique et professionnelle, 2 instituts de formation des maîtres. La région attend son université.

A. O. DOLO

Source: AMAP-Ségou
http://www.maliactu.net/modules/news/article.php?storyid=1008

Aucun commentaire: