samedi 21 juin 2008

Situation dans le septentrion Malien : Un soutien patriotique à l’armée

La Situation politique et sécuritaire au Nord
Situation dans le septentrion Malien : Un soutien patriotique à l’armée
Nouvel Horizon, 21/06/2008 Commentaires [ 2 ] E-mail Imprimer

La situation dans le septentrion malien, est très préoccupante depuis un bon moment. Les autorités maliennes ont privilégié le règlement pacifique du problème ; toute chose qui n’a pas été appréciée par nombre de Maliens qui estiment qu’on ne doit jamais négocier avec les rebelles, parce que selon eux ce sont des gens sans foi ni loi.

Aussi, on considère que les rebelles n’ont aucune revendication légitime, parce que ce qu’ils demandent n’a rien à voir avec les préoccupations de l’ensemble des habitants des régions du nord.

LE REGLEMENT PACIFIQUE EST-IL LA BONNE APPROCHE?

Pour preuve, dans le cadre du règlement pacifique de la question, les autorités maliennes ont suffisamment fait preuve de bonne foi et d’engagement dans la mesure où depuis plusieurs années, des efforts immenses sont déployés par elles en ce qui concerne les investissements pour le développement de ces régions, au point que certains ressortissants de localités du sud en sont devenus jaloux.

Pour ceux-ci, l’Etat déjà trop, mais les attaques se poursuivent et elles ont tendance à compromettre la mise en oeuvre des projets et programmes de développement et à décourager les partenaires au développement. Puisque malgré les différents accords, les attaques persistent, l’armée fut alors contrainte de prendre ses responsabilités et depuis, à toutes les attaques correspondent des ripostes proportionnelles ou parfois plus sévères.

DES REBELLES OU DES TRAFIQUANTS D’ARMES

En plus, des patrouilles sont souvent organisées pour ratisser et grâce à ces opérations du genre jigitugu, il y a une accalmie, mais on ne peut être sûr que les rebelles sont revenus à de meilleurs sentiments. D’ailleurs il vaut mieux ne pas y penser pour qui sait que cette rébellion date d’avant l’indépendance du Mali.

Ainsi, à tous les coups il faut vigoureusement riposter, telle est l’approche récemment adoptée contre les rebelles considérés par d’éminentes personnalités maliennes et à juste titre comme des terroristes, des bandits et trafiquants d’armes et de drogues.
UNE CONTRIBUTION FINANCIERE A L’ARMEE

Il ne fait aucun doute qu’au sein de la population générale, les ripostes de l’armée nationale ont été particulièrement saluées. Mais il ne fait aucun doute que l’Etat éprouve d’énormes difficultés de gestion des affaires publiques en général, surtout à un moment où le Mali, à l’instar des autres pays du monde connaît une hausse de prix sans précédent des denrées de première nécessité.

L’Etat doit faire face à cela à travers des efforts de subventions des importations, mais aussi d’investissements dans le cadre de l’initiative riz du Premier ministre. En plus de cela, il y a les efforts de lutte contre la rébellion dans le septentrion malien. Tout cela se passe à un moment où le prix du baril de pétrole ne cesse d’augmenter sur le marché international, or pour que notre vaillante armée puisse accomplir pleinement ses missions, il lui faudra des denrées alimentaires sur le terrain, mais aussi du carburant.

Ce sont là des charges supplémentaires pour l‘Etat malien. Les membres de l’Association Union pour le Mali (UPM), au nombre de (36), conscients des difficultés pour les autorités maliennes, viennent de lancer une campagne de soutien populaire à l’Armée Nationale.
UN REFLEXE PATRIOTIQUE

C’est ainsi qu’ils ont cotisé à hauteur de 500 000 FCFA, somme qu’ils ont mise à la disposition de notre vaillante armée. Selon eux, il s’agit ni plus ni moins que d’une contribution initiale.

En agissant ainsi, les membres de l’Association Union pour le Mali qui sont issus de divers horizons ouvrent ainsi la voie à d’autres actions de bonne volonté venant de Maliens se souciant du bonheur de l’ensemble de la population dans la paix, l’entente et la concorde.

Soulignons qu’après cette initiative, les membres de l’Association Union pour le Mali ont souhaité que soit ouvert un compte que des personnes généreuses vont alimenter au fur et à mesure. il s’agit en effet d’une initiative noble qui, si elle était suivie, pourrait être d’un apport inestimable dans les efforts de lutte contre la rébellion dans le septentrion malien.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce ne sont pas les bonnes volontés qui manquent au Mali. Toute chose qui fait espérer que le message lancé par les membres de l’Association Union pour le Mali sera entendu.
Moussa SOW


AMENAGEMENT DU NOUVEAU TERMINAL DE L’AEROPORT

Les instructions et directives au bureau d’études

L’hôtel Salam a abrité du 16 au 18 juin l’atelier technique de définition des éléments du programme d’aménagement du nouveau terminal passagers de l’aéroport de Bamako-Sénou.

Durant trois jours de travaux les techniciens du ministère de l’Equipement et des Transports, du Millénium Challenge Corporation (MCC) et du Millénium Challenge Account (MCA) Mali ont sorti des instructions et directives précises pour le bureau d’études qui sera commis pour la conception de la nouvelle aérogare.

Initiée par le Programme Millénium Challenge Account sous l’égide du ministère de l’Equipement et des Transports, cet atelier qui marque le point de départ de la réflexion sur la nouvelle architecture de la nouvelle aérogare a permis de définir les modes d’orientation et de gestion des flux de passagers ainsi que le cheminement des bagages.
UNE VISION PARTAGEE

A la cérémonie de clôture, le Directeur Général par intérim de MCA Mali a remercié les experts maliens et de MCC venus de Washington ainsi que la mission résidente MCC pour la qualité de leur contribution aux travaux de cet atelier. Pour lui, la qualité des synthèses des travaux de l’atelier prouve à suffisance le sérieux, la qualité et la richesse des débats.

Selon lui, grâce aux résultats de ses travaux, la nouvelle aérogare répondra aux attentes des Maliens en termes d’architecture, de modernité et de fonctionnalité. Pour le représentant résident de MCC, cet atelier a rempli pleinement ses objectifs de développement, une vision partagée de la nouvelle aérogare et la création des principes claires à donner aux consultants pour la conception détaillée de l’aérogare.

Selon lui, cette vision tient compte des contraintes tels que le temps d’exécution, les moyens disponibles et le souci d’avoir une aérogare moderne, fonctionnelle, et internationale qui tienne en compte des réalités et de la culture du Mali.

Par ailleurs, il a souligné que lors des prochaines étapes, cette concertation va continuer afin de s’assurer que les améliorations des infrastructures aéroportuaires financées par la MCC sont intégrées aux autres volets complémentaires comme la construction de la nouvelle aérogare, de fret, la réhabilitation complémentaire à court terme des aérogares existantes, la mise en oeuvre du projet de sûreté et de sécurité du transport aérien en Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi que des autres améliorations dans ce secteur afin de répondre aux audits de l’OACI et de la FAA.

Quant au représentant du ministre de l’Equipement et des Transports, colonel Bina Coulibaly, il a souligné que les résultats vont permettre de respecter l’enveloppe et le délai d’exécution.
Dado CAMARA


Nouvel Horizon, est seul responsable du contenu de cet article
152 hits
À lire également
Unités des régions Nord du Mali : Le chef d’Etat Major de la Garde Nationale échange avec les troupes ( 2)

Vos commentaires
Posté par diziz, le 21 Jun 2008 15:57:18 GMT
Cette association est une association de plus d'escrocs, notre armée n'a
pas besoin de moyens matériels pour traquer des bandits. Elle ne doit
même accepter de telles aides. Cette fois-ci je crois jusqu'à preuve de
contraire que notre armée est républicaine et qu'elle sera sourde aux
appels aux génocides.
Répondre à < diziz >
Posté par amad, le 21 Jun 2008 14:31:25 GMT
il faut nous donner le numero de compte de l'armée que chacun puisse
donner son aide et j'espère que les sommes vont etre données à nos
soldats sur le front c'est une bonne initiative.
Répondre à < amad >

Aucun commentaire: