dimanche 29 juin 2008

communiqués du MNJ.

20 milliards de FCFA (20.000.000.000 FCFA) engagés, 20 milliards de FCFA (20.000.000.000 FCFA) partis en fumée !


20 milliards de FCFA (20.000.000.000 FCFA) pour une tentative désespérée d’anéantir l’espoir de Bonne Gouvernance, de Justice et d’Equité du Peuple Nigérien ; ……

L’acquisition aux frais du peuple nigérien (Budget 2008) qui continue à végéter dans la misère, de 2 MI 24 flambant neufs au coût de 20 millions de dollars l’unité, démontre du peu de souci que témoignent les autorités de Niamey devant la souffrance des populations de notre pays : Le coût de la Paix par des négociations aurait pu être nettement moins élevé !

Mais, malheureusement ce n’est pas la Paix mais la guerre qui intéresse les dirigeants actuels pour mettre en œuvre un complot savamment monté en vue de se maintenir au pouvoir : nous dévoilerons au Peuple, avec preuves vérifiables à l’heure actuelle par tous les nigériens, ce complot dont nous sommes maintenant suffisamment informés et sûrs, dans notre toute prochaine publication.

Pour l’instant, restons-en à ce gâchis indigne même du plus irresponsable des pouvoirs qu’il soit.

Alors que le monde entier sait la situation actuelle très difficile des ménages nigériens dans leur ensemble, le pouvoir nigérien, lui, préfère investir des montants colossaux pour des raisons de conflit interne sur lequel le MNJ est resté ouvert au dialogue et intransigeant sur l’intégrité du pays.


…….. et, 20 milliards de FCFA (20.000.000.000 FCFA) partis en fumée !

Sur les 40 milliards estimés hier samedi à Niamey par la société civile comme étant le coût des opérations militaires dans le Nord de notre pays, la moitié n’aura servi que moins d’une semaine !
Les Combattants de la Justice ont mis hors circuit des engins de 40 millions de dollars en moins d’une semaine de service.
En effet, après avoir été atteint l’appareil s’est écrasé tuant sur le coup le pilote et son copilote de nationalité Moldaves et les 2 artificiers de nationalité nigérienne.
Or, pour livrer combat la pratique requière l’utilisation de 2 hélicoptères, l’un opérant sur la cible lorsque que le second balaye les environs pour parer à toutes éventualités, …..
Les stratèges militaires du Niger qui pensaient nous combattre avec des hélicoptères MI 24 n’honorent pas leurs écoles militaires.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 29.6.08

samedi 28 juin 2008
La Convention Internationale en matière de guerre reconnaît et garantit aux prisonniers de guerre le droit à la vie et à l'intégrité physique

Un combattant tout comme un militaire pris sur le champ de bataille est un prisonnier de guerre.
La Convention Internationale en matière des Droits de guerre explicite clairement que le prisonnier de guerre a droit à la vie et au respect de son intégrité physique.

Le MNJ a, de manière irréfutable, démontré son respect de la Convention Internationale des droits des prisonniers de guerre et exige de la partie adverse de respecter elle aussi les dispositions y relatives.

Au cours des combats qui avaient eu lieu hier, vendredi 27 juin 2008, aux alentours de Tezirzaït, 4 de nos combattants dont le Capitaine Asharif MOHAMED-ALMOCTAR, sont tombés vivants entre les mains des FAN.

Un appel que nous avons passé à 17h sur le numéro de Thuraya du Capitaine Asharif MOHAMED-ALMOCTAR (+8821655581731) ; téléphone se trouvant depuis lors entre les mains de l’officier nigérien dont nous gardons le nom à toute fin utile, nous fait présager de la menace de mise à mort qui pèse sur nos 4 combattants, dont le Capitaine Asharif MOHAMED-ALMOCTAR pris blessé, tombés entre les mains des FAN.

Aussi, nous avertissons que toute liquidation physique ou atteinte, de quelque nature qu’elle soit, à l’intégrité physique de ces prisonniers entrainera des conséquences incalculables dans la suite du conflit actuel.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 28.6.08

vendredi 27 juin 2008
Nouvel accrochage sur l’axe DIRKOU-BILMA

Tout d’abord, concernant l’affrontement aux abords de Tezirzaït, nous sommes en mesure en ce moment de dire exactement le nombre des militaires de l’armée “nigérienne” tués au cours de ce combat :

- 26 militaires, précisément, sont morts au cours de l’affrontement de ce jour aux abords de Tezirzaït.

Nous saisissons ici l’occasion pour adresser un hommage mérité à nos camarades combattant pour la Justice, tombés ce matin sur le champ d’honneur en accomplissant leur devoir.
En effet, ce matin en quittant pour aller au devant de l’ennemi, ils avaient à l’unisson prêté serment derrière leur Commandant d’unité, qu’ils ne reviendraient ce jour qu’après avoir mis un terme à la vie des hélicoptères pilotés par des mercenaires étrangers ; hélicoptères qui, ces derniers jours, semblent donner espoir à l’armée “nigérienne”.

Sept (7) ne sont certes pas revenus et Un (1), le Commandant de l’unité, est toujours porté disparu mais ils ont honorablement accompli leur mission : l’armée “nigérienne” doit désormais savoir continuer sans hélicoptères et mercenaires étrangers ou alors s’en fournir d’autres sur le dos du Peuple nigérien qui lui, continue à végéter dans la misère.

C’est des martyrs et leurs noms seront pour toujours gravés dans l’Histoire.
Le MNJ jure en ce moment solennel que leurs noms résonneront toujours fort dans le cœur de l’ensemble des Combattants de la Justice et que le mouvement mènera le combat jusqu’à la victoire finale.

Par ailleurs, un autre accrochage a eu lieu ce même jour 27 juin sur l’axe DIRKOU-BILMA. Il s’agit d’un renfort en mouvement vers Tezirzaït et intercepté par une de nos unités.
Le bilan est comme suit :

1- Côté Forces Armés “Nigériennes” :
- 2 véhicules détruits,
- 11 soldats tués.

2- Côté MNJ :
- Aucune perte, ni humaine ni en matérielle.


Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 27.6.08

Affrontement ce jour 27 juin 2008

Ce jour 27 juin 2008, des combats très farouches nous ont opposés, très tôt ce matin, aux environs de Tezirzaït, aux Forces Armées “Nigériennes” (FAN).

L’offensive des Forces Armées “Nigériennes” (FAN) a été menée au moyen des chars (une trentaine) équipés des canons de 21mm, de 2 hélicoptères pilotés par des mercenaires moldaves, de 2 avions de reconnaissance et des nombreux véhicules 4X4 équipés d’automitrailleuses.

Le bilan est lourd de 2 côtés.

1- Côté armée “nigérienne” :
- 1 char et ses occupants, détruits
- 5 véhicules et leurs occupants détruits,
- 1 hélicoptère abattu : celui-ci a pu rejoindre Arlit où il est allé tomber entre la ville et la citée minière.
Quant au nombre exact des morts, nous le communiquerons au cours des prochaines heures.

2- Côté MNJ :
- 7 morts,
- 1 manquant à l’appel, à l’heure actuelle,
- 3 véhicules détruits.

A l’heure actuelle, les assaillants ont été repoussés.


Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 27.6.08

jeudi 26 juin 2008
Attention à la désinformation !

Nous avons entendu certains médias dire que “le MNJ a remis les 4 citoyens Français à la Croix Rouge en même temps qu’un nigérien qu’il retenait en otage” !

Le MNJ n’a jamais ni enlevé ni retenu ledit nigérien, Monsieur Idris Wirghis de son nom, en otage.

Au contraire, comme peut le certifier Monsieur Idris Wirghis lui-même, le MNJ l’a sauvé en tant que simple citoyen civil, des mains des bandits qui l’avaient enlevé dans la zone de Baté (département de Tanout) où il vit ; bandits arrêtés et actuellement aux mains du MNJ.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 26.6.08

mercredi 25 juin 2008
Information

Nous avons l’honneur d’informer les familles des 4 Français, cadres d’Areva présents chez nous, le Peuple Nigérien, le Peuple Français, le Gouvernement Français et la Communauté Internationale que nous venons de remettre, à partir d’un lieu sûr, donc loin du théâtre actuel des opérations, les 4 citoyens Français à la Croix Rouge qui nous a fourni la décharge qu'ils nous quittent sains et saufs.

Nous leur souhaitons bon retour dans leurs familles en espérant qu’ils transmettront nos messages respectivement au Gouvernement Français et à Areva et, surtout, qu’ils ne fassent pas la mauvaise rencontre des militaires nigériens prêts à les éliminer.

Concernant Areva, nous souhaitons qu’elle tienne compte de notre message pour éviter à l’avenir, tout malentendu.

Le Mouvement.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 25.6.08

Le gouvernement du Niger persiste avec mépris à chercher à attenter à la vie des militaires nigériens prisonniers de guerre du MNJ et des 4 citoyens F

Le pouvoir de Niamey s’oppose par tous les moyens au retour dans leurs familles, des 4 citoyens Français, cadres d’Areva, se trouvant avec nous.
Pire, il cherche inévitablement à les liquider physiquement : eux ainsi que nos prisonniers militaires nigériens.
En effet, des bombardements aveugles au moyen d’hélicoptères de combat, des MI 24 à ce qu’il nous semble, s’intensifient dans la zone.

Ce matin, les Forces Armées “Nigériennes” (FAN) se sont particulièrement activées en 2 endroits : elles se sont acharnées, d’une part, sur les environs de la localité d’Iférouane notamment sur le site de l’école de TADAK qu’elles avaient déjà détruite bien avant, et, d’autre part, sur le village de TCHINTOULOUST, situé un peu en retrait de l’axe IFEROUANE-TIMIA.

A TCHINTOULOUST, ces bombardements inutiles se sont soldés par la destruction totale du :
- bâtiment du centre de santé de soins de santé de la localité,
- camion de la coopérative du village,
- tracteur d’un producteur maraîcher du lieu,
- véhicule d’un particulier de la région.

Vu l’acharnement sadique et l’instinct de tuer qui guident le gouvernement du Niger et son armée, nous serons contraints par devoir de préserver la vie et l’intégrité physique des prisonniers de guerre et des 4 citoyens Français, de mettre ces personnes en lieu plus sûr.

Nous serons, d’autre part, obligés de surseoir au processus de retour des 4 citoyens français si la volonté de les liquider physiquement actuellement manifestée par les autorités de Niamey, ne change pas immédiatement car, il est inacceptable que ces personnes soient exposées à la mort de la part d’un pouvoir paranoïaque au point de perdre devant ses intérêts égoïstes, tout sens du caractère sacrée de la vie humaine.

En tout état de cause, expérimentés de la chose militaire et éveillés quant à toute option qui pourrait être envisagée dans ce domaine, nous mettons en garde contre toute tentative “musclée”, d’où qu’elle vienne : celle-ci ne pourrait être que regrettable dans une affaire qui au demeurant ne nécessite aucune opération militaire.
En effet, dès au départ et comme toujours, nous avons clairement dit notre intention : nous avons dit que nous n’avons aucune intention malveillante à l’égard des 4 citoyens Français et que nous voudrons juste leur remettre un message à l’endroit d’Areva et du gouvernement français dans le cadre du conflit actuel dont ils ne peuvent rester en dehors de la recherche de solution : n’eut été la mauvaise foi des autorités de Niamey, les 4 citoyens Français, cadres d’Areva, ne resteraient dans nos bases que le temps de la livraison du message.

Aghali ALAMBO,
Président du Mouvement des
Nigériens pour la Justice.

Publié par La voix des Hommes libres à l'adresse 25.6.08

Aucun commentaire: