mardi 27 mai 2008

Possibles retards de livraison pour l'A380

Par Reuters



EADS a indiqué lundi que les programmes A380 et A400M, deux de ses projets industriels phares, avaient encore faire face à des risques d'exécution "significatifs.""La montée en cadence de l'A380 se poursuit, nous ne sommes donc pas confrontés à la catastrophe que nous avions connue il y a deux ans, mais elle n'est pas assez rapide", a déclaré Louis Gallois, président exécutif du géant européen d'aéronautique et de défense, lors de l'assemblée générale du groupe à Amsterdam.


En 2006, le développement du gros porteur a été retardé par des problèmes de production en Allemagne et en France. Ces déboires ont déclenché un imbroglio industriel sans précédent et ont pénalisé les résultats d'Airbus, la principale filiale du groupe, au cours des exercices 2006 et 2007.


Louis Gallois a affirmé lundi que les livraisons de l'A380, lesquelles connaissent désormais leur quatrième retard, subiraient un délai de trois à cinq mois par rapport au dernier calendrier communiqué aux compagnies aériennes clientes.


Lundi, le dirigeant a également fait observer que l'objectif d'un premier vol de l'avion de transport militaire A400M avant l'été était tendu. "Le calendrier est très serré", a-t-il dit. L'A400M devait à l'origine réaliser son premier vol fin 2007 avec un premier exemplaire livré à l'armée de l'air française en octobre 2009. Aujourd'hui, avec un retard de six mois à un an, la France devrait réceptionner son premier avion en avril 2010. L'avion a jusqu'ici enregistré 192 commandes pour un carnet courant jusqu'en 2021.


PREVISIONS CONFIRMEES


Louis Gallois a confirmé les prévisions financières d'EADS pour 2008. Cette année, la société veut dégager un chiffre d'affaires de plus de 40 milliards d'euros et vise un résultat d'exploitation de 1,8 milliard. Les performances 2007 d'EADS, encore plombées par Airbus, ont déçu les marchés. Pour autant, grâce à la rentabilité retrouvée de l'avionneur, les comptes du premier trimestre 2008 ont largement dépassé les anticipations.


"Les conditions du versement d'un meilleur dividende devraient être réunies pour 2008", a souligné Louis Gallois. En 2007, celui-ci s'était établi à 12 centimes d'euros par action.


Rüdiger Grube, président du conseil d'administration d'EADS, a néanmoins fait observer que le conseil n'était pas entièrement satisfait des prévisions de l'entreprise, basées sur un euro à 1,45 dollar. "Le cours actuel de l'action EADS traduit cette absence de satisfaction", a-t-il noté. Vers 15h40, le titre EADS perd 0,07% à 14,91 euros à la Bourse de Paris. Depuis le début de l'année, il a cédé plus de 30%.


La glissade du billet vert érode les marges d'Airbus. Elle a conduit l'entreprise à mettre en place le plan d'économies "Power 8" qui prévoit notamment la suppression de 10.000 postes répartis entre Airbus et ses équipementiers.


"Power 8" préconisait également la vente de sites industriels en France et en Allemagne, un processus interrompu compte tenu des conditions de marché nées de la crise du crédit et de pressions syndicales en interne. Louis Gallois a toutefois prévenu que des mesures additionnelles, en complément de Power 8, seraient annoncées avant août.


Rüdiger Grube a par ailleurs fait savoir que le conseil d'administration faisait entièrement confiance à la direction du groupe. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a confirmé le 1er avril dernier nourrir des soupçons de délit d'initiés et d'informations trompeuses au sein d'EADS. Ces deux griefs ont été consignés dans un rapport d'enquête transmis au parquet de Paris.

Aucun commentaire: