mardi 6 mai 2008

L'armée malienne visée par deux attaques de Touareg armés: un mort

Dépêche émise le 06/05/2008 14:48.

L'armée malienne visée par deux attaques de Touareg armés: un mort

BAMAKO, 6 mai 2008 (AFP) - Une personne a été tuée dans la nuit de lundi à mardi au Mali après deux attaques de rebelles touareg contre des militaires dans le nord et le centre du pays, a-t-on appris de sources concordantes.
L'armée malienne a riposté à des "tirs de harcèlement" dans la nuit de lundi à mardi à Aguel'hoc (nord), alors qu'au même moment, des Touareg armés attaquaient un camp militaire de Diabaly (région de Ségou, centre), faisant un mort, selon ces sources.
"A Aguel'hoc, se sont des tirs de harcèlement qui ont été tirés par un groupe de Touareg armés, il n'y a eu ni victimes ni blessés. Mais à Diabaly, des Touareg à bord de quatre véhicules ont attaqué le camp militaire. L'armée a riposté, il y a eu un mort", a déclaré à l'AFP une source proche du ministère malien de l'Administration territoriale.
Aucune des sources contactées par l'AFP n'a pu préciser si la personne tuée était un Touareg ou un militaire.
Des témoins joints par téléphone dans les deux localités ont confirmé les affrontements.
"Les militaires ont entendu vers le camp militaire de Aguel'hoc des tirs en rafale. Ils ont riposté. Il n'y a pas eu de victimes", a précisé un fonctionnaire de la localité sous couvert de l'anonymat.
A Diabaly, un élu de la localité qui se trouvait sur place a précisé que "l'attaque surprise du camp militaire où les soldats habitent avec leurs familles a eu lieu vers 3H00 (locales et GMT) du matin".
"Ils ont pris des armes. L'armée a riposté. Il y a eu un mort. Au retour, les rebelles se sont arrêtés dans la localité de Dogofiri située à 20 kilomètres de Diabaly. Ils y ont saccagé des boutiques et volé plusieurs véhicules appartenant à des civils", a poursuivi la même source.
Le 3 mai, un convoi de ravitaillement de l'armée avait déjà été la cible d'une attaque de contrebandiers touareg entre les localités de Aguel'hoc et Tessalit, dans l'extrême-nord malien.
Lundi soir, l'armée malienne a publié un communiqué affirmant que cette "attaque avait fait un mort du côté des forces armées et 9 morts et 18 blessés dans les rangs des assaillants", alors qu'un précédent bilan établi de source militaire faisait état de cinq morts.
Selon plusieurs observateurs, de petits groupes touareg armés tendent à se constituer ces dernières semaines pour tenter de profiter des négociations en cours entre Bamako et le groupe d'Ibrahim Ag Bahanga, qui avait repris les armes fin mars et qui retient prisonniers une trentaine de militaires maliens.
sd/ag/dla
AFP 061244 GMT MAI 08

Aucun commentaire: