vendredi 25 avril 2008

Recherche sur l'élevage : L'APPROCHE SOUS-RÉGIONALE FAIT SES PREUVES

Recherche sur l'élevage : L'APPROCHE SOUS-RÉGIONALE FAIT SES PREUVES
25 April, 2008 03:23:00 l'Essor
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image

Le Centre international de recherche et développement sur l'élevage en zone subhumide qui regroupe 7 pays, affiche nombre d'acquis à son actif
Le Premier ministre Modibo Sidibé a présidé hier au Grand hôtel la cérémonie d'ouverture de la 9è réunion du Conseil des ministres du Centre international de recherche et de développement sur l'élevage en zone subhumide (Cirdes). L'événement s'est déroulé en présence des ministres en charge de l'élevage des 7 pays membres du Cirdes : Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Togo. Cette réunion qui se tient trois ans après la précédente organisée au Bénin a permis aux participants d'examiner le rapport d'activités du président du conseil d'administration du Cirdes, d'éplucher des points particuliers et d'élaborer un plan stratégique pour la recherche et le développement de l'élevage dans les pays membres de l'organisation sous-régionale. En sa qualité de président en exercice du conseil d'administration du Cirdes, le ministre béninois de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche, Roget Dovonou, rappellera que le Cirdes a été créé en 1991 à Abidjan, lors d'une réunion extraordinaire des ministres du Conseil de l'entente en charge de l'élevage. Mais il a fallu attendre 2000 pour voir le Centre démarrer effectivement ses activités de recherches en collaboration avec les systèmes nationaux de recherche agricole. Les activités de recherche menées par le Centre doivent concrètement permettre d'améliorer la santé et la production animales, d'assurer la conservation génétique des espèces, la formation sur l'environnement, les échanges et le transfert de technologie. Basé à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, le Centre international de recherche et développement sur l'élevage en zone subhumide a conduit plusieurs recherches en matière de santé animale. Il a ainsi étudié des maladies à transmission vectorielle et mené diverses activités d'analyse (méthodes de diagnostic, essai d'insecticides). Quelques unes de ces activités ont eu une approche holistique, notamment les travaux du champ "santé-environnement", ainsi que les essais d'immunisation sur le terrain. La parasitologie et l'entomologie restent les principales disciplines pratiquées au Cirdes. L'incidence de ces maladies et leur impact sur la production et l'environnement sont en effet mesurés par des activités épidémiologiques, socio-économiques et géographiques. En matière de formation, le Centre reçoit 50 à 100 techniciens et cadres par an. Ceux-ci viennent essentiellement des pays membres. Roget Dovonou a salué les acquis du Centre sans pour autant occulter les difficultés qu'il rencontre. Celles-ci sont d'ordre budgétaire ou liées à une insuffisance des ressources humaines. Le ministre béninois de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche a par ailleurs salué le soutien apporté par le Mali au Centre. Dans son intervention, le Premier ministre a souligné l'importance de l'élevage et de l'agriculture dans les pays de la sous-région. Modibo Sidibé a vivement encouragé le Cirdes dans ses activités de recherches. Cela pour augmenter et améliorer la qualité de la production animale. Évoquant les difficultés du Centre, il a promis le soutien sans faille du Mali à l'organisme sous-régional. Signalons qu'à l'issue de cette réunion, le Bénin va passer le témoin de la présidence du conseil d'administration du Cirdes à notre pays. M. KEÏTA

Aucun commentaire: