lundi 28 avril 2008

Présidence de l’URD : Soumaïla Cissé désigne Younoussi Touré

Accueil | A la Une | Présidence de l’URD : Soumaïla Cissé désigne Younoussi Touré
Présidence de l’URD : Soumaïla Cissé désigne Younoussi Touré
28 April, 2008 04:00:00 L'indépendant
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
image Soumaïla Cissé

Le deuxième congrès de l’URD, ouvert le samedi 26 avril, a pris fin vingt-quatre heures après au CICB, avec l’adoption des recommandations et la mise en place d’un nouveau bureau de 67 membres, dirigé par Younoussi Touré, reconduit à la tête du parti pour un nouveau mandat de quatre ans. Grâce tout de même, au soutien de Soumaïla Cissé qui l’a préféré à Oumar Touré, lequel conserve tout de même son poste de deuxième vice-président.

Annoncé pour être un espace d’expression et de dialogue, le deuxième congrès de l’URD n’aura été qu’une simple formalité pour désigner les membres de la direction du parti. En effet, Soumaîla Cissé, le père spirituel du parti, le propriétaire du parti, «le fondateur du parti» pour reprendre le mot de Younoussi Touré, n’a pas voulu démocratiser les débats relatifs au choix du président de l’URD. Dès l’ouverture du forum, Soumaïla Cissé a mis fin à toute spéculation, en plaidant éloquemment pour l’unité de l’URD et en tranchant, de façon paternaliste, entre les deux candidats à la présidente du parti : Younoussi Touré et Oumar Touré.

«Je voudrais féliciter et encourager le président Younoussi Touré, le capitaine de cette équipe qui gagne depuis cinq ans. Qu’il en soit infiniment remercié. Je lui renouvelle mon entière confiance». Voilà comment l’homme qui détient tous les leviers du parti a choisi son frère et aîné de Niafunké, Younoussi Touré au détriment de cet autre frère, cadet de Goundam, Oumar Touré. Ce choix qui ne se discute pas parce que venant de Soumaïla Cissé, s’est imposé à tout le peuple URD. Non sans murmures et chuchotements, car un grand nombre des congressistes entendait aller vers un changement.

Le maître incontesté du parti de la poignée de mains a même délivré au millier de participants un «diplôme d’honneur pour l’unité », sur lequel on peut lire ce poème : «Unis, nous vaincrons, dans le feu, dans la tempête, dans l’épreuve ou la joie, jusqu’à la victoire finale de l’URD, je cheminerai dans l’unité, quoi qu’il arrive. Pour le Mali, pour l’Afrique, pour l’URD, nous voilà liés pour toujours car, unis, nous vaincrons !»

Ce diplôme témoignera de « notre engagement pour l’unité du parti au cours de ce congrès. Il sera le ciment inusable de notre engagement pour la cohésion et l’unité de l’URD, notre fierté commune » a déclaré Soumaïla Cissé.

Auparavant, le président Younoussi Touré avait également lancé un « appel à l’unité du parti ». C’est pourquoi, il a déclaré, haut et fort, que : « c’est dans l’unité et la cohésion que notre parti pourra renforcer sa présence sur l’échiquier politique national. C’est dans l’unité et la cohésion que l’URD pourra affronter avec plus de chance de succès les élections à venir. C’est encore dans l’unité et la cohésion que les sacrifices que nous avons consentis pour ce parti ne seront pas vains. Camarades militants, soyons vigilants, car nos adversaires utilisent tous les moyens pour atteindre ce que nous avons de plus précieux : notre volonté d’aller ensemble dans la sérénité et la cohésion ».

Le chef de cabinet du Premier ministre sacrifié

Les appels à l’unité et le choix très officiel de Soumaïla Cissé en faveur de Younoussi Touré ont contribué a jeté un froid sur le congrès. Soumaïla a vraiment montré que l’URD, c’est pour lui. Aussi, au nom de cette cohésion qu’il a prêchée pour maintenir le président sortant, il n’a pas manqué de sacrifier le Secrétaire général adjoint sortant, Alou Sow, par ailleurs, Chef de cabinet du Premier ministre, Modibo Sidibé. Le frère aîné de Mme Sy Kadiatou Sow ne figure guère sur la liste du nouveau Bureau Exécutif National. Alou Sow et Soumaïla Cissé étaient de vrais amis mais, depuis la nomination du premier à la primature, leurs relations sont devenues difficiles. Certains rapportent même qu’ils ne s’adressent même plus la parole. En tout cas, Soumaïla Cissé vient de régler politiquement ses comptes avec le frère de sa camarade et non moins ancienne directrice de campagne en 2002. Les ambitions présidentielles que les uns et les autres prêtent à Modibo Sidibé sont – elles à l’origine du divorce entre Soumaïla Cissé, le candidat naturel de l’URD et ce collaborateur du Chef du gouvernement ?

Autres changements intervenus dans la mise en place du bureau, c’est bien au niveau du Secrétariat général où le titulaire, le Pr Salikou Sanogo, a cédé la main à Lassana Koné, ancien PDG de la défunte RCFM, un personnage très connu pour sa lourdeur administrative.

Le Pr Sanogo, le doyen de la FAST, très connu pour sa rigueur et son honnêteté intellectuelle se voit propulsé à la sixième vice–présidence tandis que Me Abdoul Wahab Berté, Oumar Touré, Amadou Goïta, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, Cheickna Hamallah Bathily sont respectivement 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 5ème vice- présidents. Le transfuge du BDIA, Souleymane Djibril N’Diaye, est désormais le 6e -président de l’URD.

L’ancien ministre, Ousmane Oumarou Sidibé, en est le secrétaire politique et cet autre ancien ministre, Pascal Baba Coulibaly est son adjoint.

Le nouveau bureau de 67 membres que dirige Younoussi Touré comprend d’autres personnalités comme l’ancien député BDIA, l’époux de l’ancienne présidente de l’AMDH, Mme N’Douré, M’Bam Diarra, l’ancien député CNID, Me Demba Traoré.Maintenant l’URD selon son président, «doit se mobiliser pour les élections de 2009, et 2012» qu’elle entend remporter. A l’instar de l’ADEMA qui s’est fixé les mêmes objectifs.

Rappelons qu’au cours de ce congrès, trois partis ivoiriens ont répondu à l’invitation du parti : le FPI, le RDR et l’Alliance pour la nouvelle Côte d’Ivoire.

La classe politique malienne y était présente ainsi que trois présidents d’institutions de la République : Dioncounda Traoré, Oumarou Ag Ibrahim, Moussa Balla Coulibaly.

A suivre...

Chahana TAKIOU



Source: L'indépendant

Aucun commentaire: