samedi 24 novembre 2007

Visite du président Touré en Algérie : Confiance, solidarité

Presse
Visite du président Touré en Algérie : Confiance, solidarité

(JPEG)

Le président de la République, Amadou Toumani Touré entreprend à partir de demain une visite de travail de deux jours en Algérie à l’invitation de son homologue algérien Abdel Aziz Bouteflika. La visite du chef de l’État intervient un mois après la tenue à Bamako, de la dixième session de la Grande commission mixte de coopération qui a passé en revue la coopération économique, culturelle, scientifique, technique et sécuritaire entre les deux pays.

L’on ne se lassera jamais de le dire : le Mali et l’Algérie, liés par l’histoire, la géographie et la culture, entretiennent d’excellentes relations de coopération politique et économique, depuis leur accession à l’indépendance.

De nombreux accords et traités existent entre les deux parties depuis des décennies. Plus récemment, grâce à la facilitation algérienne, le gouvernement et l’Alliance du 23 mai pour la démocratie et le changement ont signé "l’Accord d’Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et le développement dans la Région de Kidal".

C’était le 4 juillet 2006 dans la capitale algérienne. Cet accord a permis un dénouement pacifique de la crise. Depuis, le partenaire algérien s’investit pour consolider la paix et la sécurité dans le nord du pays et offrir les conditions d’un développement durable au bénéfice de toutes les populations, dans le respect de l’intégrité territoriale et des institutions de la République.

Alger s’est officiellement dit prêt à accompagner toutes les initiatives de paix et développement dans le Nord. A l’occasion de la visite du président Touré, Maliens et Algériens tenteront d’insuffler un nouveau dynamisme à ces relations bilatérales particulièrement dans le domaine sécuritaire.

Ce pour prévenir et lutter contre le crime organisé et la criminalité transfrontalière à un moment où des bandits armés détiennent encore des otages enlevés dans la Région de Kidal.

L’Algérie et le Mali ont convenu en octobre dernier à Alger à l’occasion de la réunion de la commission militaire de renforcer la coopération et la concertation entre les autorités locales frontalières ainsi que dans le domaine de la lutte contre l’émigration clandestine et le crime organisé.

Ils ont pris l’engagement de sécuriser la zone frontalière et de développer des échanges commerciaux frontaliers. C’est pourquoi les deux pays ont signé un accord de coopération pour le renforcement de la sécurité le long de la frontière commune de plus de 2500 kilomètres.

Ils ont relevé les résultats positifs obtenus dans les différents domaines, notamment le développement du troc frontalier, la solidarité dynamique et constante dans la lutte antiacridienne et la poursuite de la réalisation du projet de "Route transsaharienne" sur les territoires des deux pays.

Au delà de la coopération militaire et technique, l’Algérie consent en faveur de notre pays d’importants efforts dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Les deux parties ont récemment convenu d’étendre la coopération aux domaines de la recherche et des relations inter-universitaires ; de préciser pour chaque filière de bourse offerte, le niveau exigé pour entreprendre la formation, la durée de la formation et le niveau du diplôme de fin d’études ; de mettre à la disposition de notre pays des formateurs ou d’assurer la formation des formateurs maliens.

Sur le plan économique, un accord a été conclu pour le renforcement de la coopération en matière de tourisme à travers la formation et la promotion touristique. Des voies ont été explorées pour promouvoir l’agriculture oasienne dans le septentrion malien.

Il a été décidé d’organiser un échange de délégations d’opérateurs économiques sous l’égide des chambres de commerce et d’industrie des deux pays, au cours de l’année prochaine.

Les deux pays ont également convenu de signer un programme d’échange culturel en matière de patrimoine culturel et historique, d’échanger des programmes d’animation culturelle et de formation culturelle.

Le président de la République s’attachera avec son homologue algérien à renforcer le dialogue politique dans la perspective d’un partenariat véritable basé sur des relations confiantes, fortes et solidaires, c’est-à-dire mutuellement bénéfiques.

B. COULIBALY - L’Essor

23 novembre 2007.

Aucun commentaire: