samedi 24 novembre 2007

Reçu hier par le Président Boni Yayi : Kérékou désavoue les pilleurs de la République

Samedi 24 novembre 2007
Reçu hier par le Président Boni Yayi : Kérékou désavoue les pilleurs de la République
Reçu hier par le Président Boni Yayi : Kérékou désavoue les pilleurs de la République Version imprimable
Écrit par Le Matin du 23/11/2007
Le chef de l’Etat Boni Yayi a reçu hier au palais la Présidence l’ancien président, Mathieu Kérékou. Ce dernier a saisi l’occasion pour se prononcer sur les dossiers de malversations qui défraient la chronique...
Lorsque le Général Kérékou quittait le pouvoir en 2006, des informations ont fait état de ce qu’il a transmis à son successeur beaucoup de dossiers sur des cas de corruption, de malversations et de mauvaise gestion des sociétés d’Etat et d’autres structures de l’administration publique. C’est pour permettre au nouveau locataire de la Marina de mettre sur pied des commissions d’enquête afin de poursuivre et de faire juger les auteurs des crimes économiques ou d’autres actes répréhensibles.
Le général Kérékou qui est l’un des chefs d’Etat qui a marqué l’histoire du Bénin par son plus long règne, n’a pu relever ce défi : Celui de faire rendre gorge aux pilleurs de l’économie nationale. Cela a terni quelque peu l’image de son pouvoir. Après son départ, il a été déjà reçu, comme hier, plusieurs fois en audience par le Président Boni Yayi. C’est vrai que ce dernier, sur beaucoup de dossiers et de questions relatives à la gestion des affaires de l’Etat, cherche à recevoir des conseils de son aîné le général Kérékou. Mais en dehors de ces questions, Boni Yayi tient à informer au fur et à mesure le président Kérékou de l’évolution du processus enclenché dans le cadre de la lutte contre l’impunité et de la conduite à tenir. Rien n’est dit publiquement sur les vraies raisons de la visite de l’ancien Président à Boni Yayi et les différentes questions qu’ils ont abordées. Mais le pouvoir en place fait objet actuellement de vives critiques au sujet de la façon dont les dossiers de malversations sont traités. L’immunité parlementaire sera-t-elle levée aux députés sur qui pèsent des soupçons ? Veut-on protéger des cadres, parents, amis ou compagnons politiques qui sont dénoncés comme des pilleurs présumés de l’économie nationale alors que d’autres sont traqués pour répondre de leurs actes devant la loi ? Voilà autant de préoccupations des populations qui ne cessent d’interpeller le premier magistrat et son gouvernement. L’ancien Président Kérékou en a certainement discuté avec le chef de l’Etat Boni Yayi que les Béninois suivent avec une grande attention et attendent qu’il apporte réellement à travers ces dossiers, la preuve de sa bonne foi. Pour la majorité des citoyens, tout doit se faire dans la transparence. Il y a lieu d’éviter les règlements de compte et le favoritisme. Le Général Kérékou qui partage certainement ce souci de justice et du respect de la loi n’a pas ménagé au cours de cette audience les cadres qui ont pillé l’économie nationale et qui ont actuellement des démêlées avec la justice. Pour le ‘’Kaméléon’’, ce sont des intellectuels tarés qui de par leur moralité et leurs comportements peu recommandables méritent le sort qu’on leur fait subir aujourd’hui car nul n’est au-dessus de la loi, semblait-il dire le Général Kérékou qui n’a pas perdu ses habitudes : celles de distraire, de faire des ironies et de parler souvent en paraboles.

Euloge R. GANDAHO

Aucun commentaire: