mardi 27 novembre 2007

Innovation technologique : Zéinaba Koné invente un aliment bétail

Technologie
Innovation technologique : Zéinaba Koné invente un aliment bétail
L'Essor, 27/11/2007 Commentaires [ 6 ] E-mail Imprimer
Âgée de 16 ans, elle s'appelle Zeïnaba Koné. Pensionnaire du
lycée Niampréré Ballo de Baco-djicoroni (section langues et
littérature, 11è LL)

A base de coques d'arachide, son produit a remporté le prix de la meilleure invention au dernier Salon national d'innovations et d'inventions technologiques.

Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années, disait l'autre. Âgée de 16 ans, elle s'appelle Zeïnaba Koné. Pensionnaire du lycée Niampréré Ballo de Baco-djicoroni (section langues et littérature, 11è LL), l'allure nonchalante, mais le ton ferme, l'adolescente cache bien sa timidité par des sourires. Apparemment, rien ne prédisposait la jeune Zeïnaba Koné à ce qui lui est arrivé : le titre du meilleur jeune inventeur, au dernier Salon national d'innovations et d'inventions technologiques, organisé par le Centre malien pour la promotion de l'industrie (CMAPI). L'invention de Zeïnaba est un aliment pour bétail. La valeur du prix remporté par son invention se chiffre à 250 000 Fcfa. En prime, elle a reçu une médaille en or et un diplôme.

La jeune douée en nutrition animale, raconte qu'elle a été inspirée par un constat anodin. Un jour, assise dans la cour de la maison paternelle, elle a observé pendant un long moment les deux moutons élevés par sa famille, en train de manger avec appétit les coques d'arachide qui traînaient. Dans la rue, elle fut frappée par le même constat.

Du coup, l'idée lui est venue d'agrémenter cette matière en la rendant plus nourrissante pour le petit bétail. Ainsi, à partir de l'eau, du sel gême, du son de mil, des oeufs et des coques d'arachide, elle a mis au point un aliment pour bétail. Le procédé est simple. L'ensemble est soigneusement mélangé dans un récipient. La patte obtenue est ensuite placée en petite quantité dans les coques d'arachide. Les noix d'arachide auxquelles ressemble le produit, a été expérimenté pour la première fois, dans la famille même de l'inventeur il y a deux ans. "J'avais deux moutons que j'ai alimenté pendant deux mois avec cet aliment", affirme Zeïnaba. Après cette courte période, elle a présenté son expérience à certains voisins. Le constat était patent. Les bêtes ont visiblement pris du poids. Pétrie de confiance après cette découverte, la collégienne décide alors d'en faire une activité secondaire après ses cours. Pour combler mes temps libres et les périodes de vacances, je m'occupe de ma petite entreprise, lance-t-elle avec un large sourire.

Une unité de production. Malgré ce travail méticuleux qui demande beaucoup de patience, Zeïnaba ne s'est pas découragée. Pour obtenir un produit de bonne qualité, il faut que les coques d'arachide soient solides pour bien renfermer la patte. Dès lors, un travail de trie s'impose. On doit choisir des coques saines, c'est-à-dire sans cassure et des pairs, explique-t-elle. L'entreprise est d'autant plus laborieuse qu'il faut quatre heures d'horloge pour produire un kilogramme d'aliment.

On comprend pourquoi, il a fallu une année de dure labeur à l'inventrice pour présenter un produit fiable. "La participation au Salon national des innovations et inventions technologiques est une démarche de mon grand frère Cheick Oumar Koné. Lui aussi est un inventeur", confie Zeïnaba qui a vu son talent révélé par l'originalité de son oeuvre. La disponibilité de la matière première et la simplicité du procédé font de son invention, une valeur capitalisante.

Bien que le produit ne soit pas encore soumis à un contrôle scientifique pour confirmer son aptitude à la consommation et son éventuelle mise sur le marché, sa qualité nutritive est appréciable, dit l'inventrice. Des échantillons sont en essai, affirme-t-elle.

La jeune inventrice a l'ambition de créer une entreprise familiale à partir de ce produit. "Je veux voir mon projet pousser des l'ailes et devenir une grande unité industrielle un jour, souhaite-t-elle. Car je veux apporter ma pierre à l'édifice de développement de mon pays par la promotion de l'agro-industrie."

Pour ce faire, la jeune talent projette de mettre au point une machine qui facilitera la mise en coque de la patte, afin d'accélérer la production. Car on ne peut pas envisager une production à grande échelle avec cette méthode artisanale, reconnaît celle qui compte au préalable breveter son invention.

Entre l'idée et la matérialisation de l'idée, il y a un grand pas à franchir. En effet, il faut d'abord croire en la réalisation des projets. L'objectif du Salon est de promouvoir cette action en stimulant effectivement les talents nationaux, confient les organisateurs. Malgré les nombreuses découvertes mises à la disposition du monde industriel, les résultats pourrissent toujours dans les tiroirs.

Le manque de financement du secteur de la recherche et la démotivation des acteurs rendent la tâche difficile aux promoteurs. Or il est évident que le développement de tout pays dépend de sa capacité d'innovation et d'invention pour valoriser ses ressources.

C. A. DIA
L'Essor, est seul responsable du contenu de cet article
587 hits

Vos commentaires
Posté par le phoenix, le 27 Nov 2007 10:08:45 GMT
En somme voila une tres intelligente et brave MALIENNE ..si nous pouvons
tous etre comme elle chercher a creer aulieu de passer notre precieux
temps sur des critiques envieuses. Bonne chance ma fille ..te decourage
surtout pas dans ton oeuvre. Mais ne penses tu pas qu'il serrait encore
plus profitable de decliner tes contacts a travers ton projet...sait on
jamais les personnes de bonnes volontes ne manquent pas . QU'ALLAH
BENISSE LE MALI
Répondre à < le phoenix >
Posté par nar, le 27 Nov 2007 09:39:05 GMT
Du courage mé n'oublie pas les études ma soeur. Si des âmes de bonnes
volonté t'aide un jour l'usine pour se mettre en place et tu lutteras
contre le chômage.
Répondre à < nar >
Posté par Mr. Guindeba, le 27 Nov 2007 08:33:57 GMT
Bravo Ma soeur, Courage. continues avec l'ecole aussi.
Répondre à < Mr. Guindeba >
Posté par Tomy, le 27 Nov 2007 07:58:20 GMT
Du courage et bonne chance
Répondre à < Tomy >
Posté par lerouni, le 27 Nov 2007 07:45:55 GMT
Bon vent à toi petite soeur comme quoi les bonnes initiatives ne
manquent pas dans ce pays .Faut savoir seulement bien observer et bien
entreprendre. Des belles idées comme celle là peuvent être une solution
au chomage des jeunes
Répondre à < lerouni >
Posté par dakan, le 27 Nov 2007 04:13:07 GMT
Bon courage ma soeur! Le Mali a besoin de l'entrepreunariat pour se
developer. Vive le Mali!

Aucun commentaire: