mercredi 28 novembre 2007

Expulsions de maliens de France : En neuf mois, 288 Maliens rapatriés

Les Echos
Expulsions de maliens de France : En neuf mois, 288 Maliens rapatriés

Ce sont 288 de nos compatriotes qui ont été refoulés par les autorités françaises au cours des neuf premiers mois de l’année 2007.

Ils sont 288 Maliens « sans papier » en situation irrégulière à être expulsés de France entre janvier et septembre 2007. C’est le chiffre donné par le ministre français de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement, Brice Hortefeux en visite dans notre pays.

Ce chiffre de M. Hortefeux est en contradiction avec celui donné par l’Association malienne des expulsés de France (Ame), qui parle de 479 de nos compatriotes expulsés de janvier à novembre 2007. Toujours est-il que l’année 2006 a enregistré l’expulsion de quelque 23 000 « sans papiers », dont plus de 400 Maliens.

Le président Sarkozy a indiqué que, pour 2007, 25 000 immigrés seront reconduits aux frontières de la France. Depuis quelques années, le nombre d’expulsés maliens va crescendo. Les expulsions se font présentement suivant une procédure très rapide, la police française voulant éviter de présenter les clandestins devant un tribunal français, quatre jours après leur arrestation.

« Ministre ADN »

Répondant aux questions d’un confrère sur le test ADN, M. Hortefeux a affirmé que douze États européens offrent déjà aux candidats au regroupement familial ce moyen supplémentaire de prouver leur filiation lorsque l’état-civil ne le permet pas. Le Parlement français, a-t-il poursuivi, a alors naturellement tenu à ce que la France propose également ce dispositif. « Ce n’est donc pas une spécificité française et les Africains le savent ».

A ses dires, il a personnellement veillé à ce que cette mesure s’inscrive dans un cadre juridique à la fois précis et protecteur. Comme le prouve le jugement favorable rendu par le Conseil constitutionnel. « La procédure des tests ADN respecte parfaitement la dignité humaine ».

M. Hortefeux dira qu’il a voulu que ces tests ne soient proposés que dans des pays où nos partenaires européens le pratiquent déjà. « Ce n’est pas le cas au Mali, qui n’est donc pas aujourd’hui concerné ».

« Le ministre ADN » a souhaité voir une plus grande circulation des artistes. « Plus de visas seront accordés aux artistes, vecteurs de la bonne image d’un pays ».

Amadou Sidibé

28 novembre 2007.

Aucun commentaire: