mercredi 28 novembre 2007

Confidentiel

Le Républicain
Confidentiel

* Accord d’Alger : Retour prochain de Bahanga dans l’armée régulière ?

Pour libérer les otages, Bahanga aurait posé une condition à prendre ou à laisser : son retour dans l’armée régulière. ATT aurait accepté la proposition faite par le rebelle malien. En terme de diplomatie, on dit « le retour de Bahanga dans l’accord d’Alger ». Ainsi sous la couverture de l’application de l’Accord d’Alger Ibrahim Ag Bahanga pourrait revenir narguer les éléments de l’Armée régulière. Attendons de voir ...!

* Rébellion au Nord-Mali : ATT salue le rôle de nos frères algériens

Récemment vilipendée par une partie de l’opinion malienne qui l’accuse d’être derrière la rébellion au nord de notre pays, l’Algérie d’Abdelaziz Butéflika est soudainement revenue en odeur de sainteté auprès de nos hautes autorités. Le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré n’a pas caché le rôle incontournable de son voisin du nord en vue de la libération des otages maliens détenus par le rebelle Ibrahim Ag Bahanga. «L’Etat cherche à réunir les conditions pour la libération des otages et l’Algérie s’investit de manière positive pour le retour des otages au Mali», disait le président ATT à son retour d’Algérie.

* Où sont gardés les otages de Bahanga ? : On spécule ...

La réalité est que nos autorités n’en savent rien. Après avoir séjourné en Algérie, ATT est revenu avec une idée là-dessus : « les otages ont été éparpillés à travers certains cites. Il faut réunir l’ensemble de ces otages ». Là aussi cette tâche, c’est l’Algérie qui est en train de jouer ce rôle. Ce n’est peut-être pas trop demander à l’Algérie, mais à ce rythme la situation exige mûre réflexion.

Quand est-ce qu’ils seront libérés ...?

Là aussi personne ne sait. ATT pourrait tout nous dire sauf « ici et maintenant! ». Selon le président de la République, les « otages ne seront récupérés que dans les jours, les semaines à venir ...». A ce rythme, on pourrait dire dans un mois, deux, trois..., ce n’est le souhait de personne. La République réclame ses enfants pris en otage.

* Conférence permanente des chambres consulaires : La messe des opérateurs économiques

La 33è Assemblée générale de la Conférence permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAS) s’ouvre ce matin à Bamako. C’est la deuxième fois que notre pays abrite cette rencontre. Elle est organisée par l’Union des Chambres Consulaires du Mali et se poursuivra jusqu’au 30 novembre.
En prélude à cette Assemblée générale le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), Jeamille Bittar, a tenu une conférence de presse le 27 novembre. Il avait à ses côtés le délégué permanent de la Conférence, Julien Bouilhol, le président de l’Assemblée permanente des chambres d’Agriculture du Mali, Bakary Togola et celui de l’Assemblée permanente des chambres de métier, Gaoussou Fofana. Les délégués étrangers attendus sont au nombre de 250 qui viendront s’ajouter aux 50 délégués maliens.

28 novembre 2007.

Aucun commentaire: