dimanche 25 novembre 2007

Baco-Djicoroni ACI : Un ex-rebelle de Bouaké promet de tuer sa femme malienne

Banditisme/Insécurité
Baco-Djicoroni ACI : Un ex-rebelle de Bouaké promet de tuer sa femme malienne
KABAKO, 25/11/2007 Commentaires [ 7 ] E-mail Imprimer

Un ex-rebelle de Bouaké a failli tuer sa femme qu’il a épousée à Bamako, en lui assénant des coups violents. Après s’être extirpée des griffes de son agresseur, la victime a vite atterri dans le bureau de la commissaire divisionnaire de police Ami Kane, chargée de la Brigade des mœurs où elle a porté plainte contre son mari pour coups et blessures volontaires et menace de mort. L’ex-rebelle est arrêté sans le moindre coup de feu.

Il s’appelle Ismaël Bamba, ex-conducteur de bus reconverti militaire à la faveur de la rébellion en Côte d’Ivoire. Il est le chef hiérarchique militaire de AB qui a eu maille à partir avec la justice malienne, il y a de cela quelques années. Après l’attaque de la BCEAO de Bouaké suivie de l’éclatement des dissensions au sein même de la rébellion entre les partisans de IB et ceux de Guillaume Soro, certains dieux du maquis ivoiriens se sont terrés à Bamako avec en main des mallettes bien pleines de magot.

Sur la terre paisible des trois caïmans (symbole de la ville de Bamako), ils se sont livrés à toutes sortes de jouissance : la voiture, la villa et, bien entendu, la femme. Ismaël Bamba bâtit son empire à Baco-Djicoroni ACI en Commune V du district de Bamako où il aurait construit une villa à 30 millions de FCFA et une autre à 27 millions. Il se marie avec la malienne H.K. Il devient un des ambassadeurs officieusement accrédités des jeunes Ivoiriens dans cette partie occidentale de la Commune V. Ici, la vie est belle et tout se passe normalement entre le jeune couple et les autres membres de la cour impériale, malgré quelques scènes de ménage inhérentes à tout foyer conjugal uni pour le meilleur et pour le pire.

L’entourage des Bamba croyait que ces scènes de ménage étaient plutôt passagères, mais voilà que l’atmosphère se pollue de plus en plus entre Monsieur et Madame. Cela perdure jusqu’au vendredi 2 novembre 2007 date à laquelle l’ex-rebelle franchit le rubicond, suite à certains propos de son épouse qu’il juge désobligeants. Il se jette sur elle, en lui administrant des coups de genou au niveau de son bas-ventre et des coups de poing sur son visage et sur sa nuque avant de l’étrangler finalement. H.K reste groggy entre les mains de son étrangleur jusqu’à l’arrivée des voisins qui lui ont sans doute sauvé la vie. Les traces de sang coagulé étaient visibles autour de son cou. Convaincue alors la dangerosité de son conjoint, elle s’est précipitée à la Brigade des mœurs pour se confier à la divisionnaire de police Ami Kane.

D’après des confidences de la plaignante, Ismaël Bamba a tous les attributs d’un rebelle : méchant, agressif et capable de faire couler le sang à tout moment, car, ajoute-t-elle, son instinct de rebelle tueur d’hommes l’accompagne toujours. Comme si cela ne suffit pas à H.K, elle accuse son époux de pédophilie sur leur fillette de deux ans. Selon un rapport médical, cette dernière souffre de blessures sur son appareil génital.
Montage ?

Interrogé sur les faits qui lui sont reprochés, Bamba ne nie pas le fait d’avoir bastonné sa femme. Il explique les circonstances dans lesquelles cela a pu arriver. S’agissant des menaces de mort proférées à sa victime, il apparaît dubitatif et peu convaincant devant l’enquêteur. Mais, il nie en bloc le crime de pédophilie voire d’inceste sur sa propre fille de deux ans. Pour Bamba, cette allégation n’est qu’un pur mensonge et un montage entretenu par son épouse pour des raisons qu’elle est la seule à connaître. Il soutient que sa fille se serait fait blesser par ses camarades de l’entourage.

Ces genres de déclarations n’envoûtent pas Madame la sorcière Ami Kane. Il met l’ex-rebelle sous les verrous en attendant la fin de l’enquête. Le dossier clos, il a été mis à la disposition du parquet du tribunal de la Commune III où il a peu de chance de se frayer un passage dans la nasse de Sombé Théra et de ses hommes. Un conseil : ne touchez pas à vos épouses au risque de monter la sentinelle dans une cellule au « commissariat de police de redressement des mœurs en déviation », (c’est-à-dire la Brigade des mœurs). Car, Ami Kane ne connaît pas de blague. A bon entendeur, salut.

O. BOUARE

23 novembre 2007


KABAKO, est seul responsable du contenu de cet article
427 hits

Vos commentaires
Posté par samane, le 25 Nov 2007 11:11:10 GMT
merci a la commissaire ami kane comme ça nos seront respecter
Répondre à < samane >
Posté par Amaru, le 25 Nov 2007 09:58:16 GMT
On doit se poser bien de questions car, ne connaissant pas cet homme, je
peux dire qu'elle s'est marrié par interêt mais cela n'est aps une
raisosn que cet ex rebelle se comporte de la sorte surtout sur notre
territoire. Aucun malien ne fera ça en Côte d'Ivoir. Que la justice ne
se laisse pas influencée par les quelques sous qu'il lui reste encore.
Meilleur santé à cette pauvre dame!
Répondre à < Amaru >
Posté par baguine, le 25 Nov 2007 09:21:17 GMT
Ouais c'est comme ça quand on se marie avec qui l'on ne connait pas,
Demander à notre sœur malienne de jurer qu'elle s'est mariée par amour
pour mec venant de je ne sais où; ou bien l'argent est fini hahaha !
Répondre à < baguine >
Posté par woodrd, le 25 Nov 2007 07:51:08 GMT
Beau travail de la justice malienne! esperont qu'il restera sur les
verous ou a defaut etre rapatrie!! Protegeons nos femmes wallaye !!!
Répondre à < woodrd >
Posté par X_man, le 25 Nov 2007 06:36:08 GMT
du n"importe quoi

Réponse de < yayson > à < Pelican >, le 25 Nov 2007 11:56:47 GMT
pelica et x_man que cherche vous comme info comment peut on critique cella ou vous attendez qu'il fini d'en gorge toute la ville pour poste cet info
Répondre à < yayson >
Réponse de < Pelican > à < X_man >, le 25 Nov 2007 09:42:27 GMT
Franchement du nimporte quoi. Nous avons besoin d'infos et non de blablabla.

Aucun commentaire: